Etre Humain

Etre humain, Etre humain, cette idée prenait corps en moi en même temps que le site qui s’était construit petit à petit.
Tout ce que je vivais, je l’avais retranscrit et je le partagerais,
Être humain, enfin, me laisser vivre, me lâcher la grappe, à moi, aux autres !!!!!!!!!
C’était super angoissant de se lâcher la grappe, vous avez pas idée…!

Il m’était demandé d’adopter une vision nouvelle, un autre angle de vue.
A vrai dire je connaissais cet angle, et je m’étais bien gardée de le faire vivre pleinement, tant celui-ci soulève des sommets de peur rarement atteints…! Bon et puis j’étais habituée à les grimper et les passer ces sommets, toujours, même si je suais à grosses gouttes…
Mais quel était donc ce nouvel angle ?
Arg impossible d’accéder à ce savoir en y réfléchissant encore et encore ou en attendant, pressante, ni même en m’angoissant.

Il me fallait demeurer en paix, il me fallait le sentir, l’écouter, là, au creux de mon ventre, au creux de mon être, au cœur, au plus profond du cœur de l’Humain.

Je le savais et surtout, surtout, il me fallait faire vivre ça

ça

Précisément ce qu’il nous est demandé de taire, depuis toujours.
Ce qu’on a coincé là, vous savez, vous aurez beau essayer tous les régimes de la terre entière, si vous gardez fermée cette zone ici et ben ça coincera, quoi qu’il arrive…

Vous savez, cette chaleur, là,  dans le bas ventre.
Quand c’est autre chose qui vous souffle, vous souffle tout.
Mais oui, vous savez, cette voix, taboue, de dieu en nous.

Dieu plaisir, dieu désir !

Le diable si vous préférez pour d’autres.
Celui qui connait.
Celui qui sait.

Me laisser conduire, vraiment, entièrement par cette boussole que j’avais apprivoisée au fil des années, patiemment, durement, doucement, divinement.
Je savais que quand j’étais sous sa direction, plus rien ne pouvait m’atteindre, ma paix et ma joie était à son comble et mon énergie se déployait alors tel un soleil. Une force et une puissance m’habitait aussi comme jamais.

C’était sans oublier le revers. Il est là le « diable » ! Le mal suprême.

La peur.

Je ne pouvais suivre cette boussole si la peur soudain s’immisçait car alors… Là, là ça pouvait partir en vrille, se désagréger, faire n’importe quoi.

Allais-je faire vivre ce feu en moi ?
Et le partager ?

M’enfin, bien sûr que OUI !!!!!!!!!!!!!!
J’étais prête, j’avais affronté mes pires peurs, elles étaient toujours présentes bien sûr mais je pouvais les maîtriser désormais !
– Vous savez qu’il m’est arrivé ces derniers jours de prendre corps, littéralement. Je peux vous dire que ça fait bizarre, je veux dire, ça fait 35 ans que j’ai ce corps, 7 ans que je bosse dessus, en conscience, en yoga, etc. Et bien j’ai pris corps littéralement, j’ai senti que je remplissais divinement tout mon corps, tout mon être. Je faisais corps avec moi-même, tout se réunifiait en moi. –
Nan parce que tu sais quand ta boussole te dit de travailler, là ça va, ça apaise les peurs, c’est cool, c’est ce que veut ton mental : avancer, réussir, etc.
Mais quand cette boussole te dit de pousser la musique et de danser…
Quand ta boussole te dit de te faire un soin de deux heures durant lequel tu voyages,
quand ta boussole te dit d’écrire un poème quand tu sais que tu devais finir un truc super important,

Ben là ça coince, sérieusement. et si tu essaies de le mettre en oeuvre, laisse-moi te dire que ça peut soulever des peurs et des freins dont t’as pas idée… Ça peut aller au tout début du processus d’une bonne dépression à un ressenti de peur, des tensions musculaires, en passant par le ventre qui se noue…

Jusqu’à ce que ça se fasse de manière fluide, délicieuse, spacieuse dans une divine sensation qui étreint tout ton être !

Et à vrai dire, ta boussole ne t’obligera jamais à rien, en elle même elle n’est jamais dangereuse, toujours douce, toujours patiente mais si la peur prend corps et se fige en toi, là….
A vrai dire aussi, cette boussole se doit de bien se connaître, par exemple, elle doit s’accorder avec une partie agissante et créatrice qui travaille étroitement avec elle autrement elle demeure dans la passivité et l’immobilité de celui qui attend sans fin que la boussole lui dévoile le chemin…

bref…

J’étais prête à adopter ce nouvel angle de vue et à vrai dire, je le connaissais, cette boussole n’est pas si mystérieuse que ça !
C’est ce regard amoureux, acéré, regard vérité, perçant, jamais jugeant, amoureux, lumineux !
C’est cet accueil confiant de ce qui est, en soi, dans l’autre.

C’est cette assurance qui remplit, qui remplit tout !

C’est ce gouvernail royal, celui qui oriente sous un autre angle, pas selon ce que j’ai appris, pas selon ce en quoi je crois, pas selon ce que j’ai planifié, pas orienté sur l’expérience ou le temps mais sur l’instant, pile, l’instant, oui !

En cet instant ma boussole m’oriente vers un petit plaisir.
En cet instant elle m’invite à crier un bon coup !
En cet instant elle m’invite à prier !
En cet instant elle m’invite à travailler !
En cet instant elle m’invite à câliner.

Sans plus jamais me juger sur chacune de mes idées.
Le voilà, le fameux jugement dernier, il se présente à mes côtés.🙂

Et ainsi à l’infini sans plus aucune censure, sans plus aucune censure.
La censure a été créée par celui qui navigue les yeux bandés, le cœur obscurci.
Ici mes yeux sont ouverts en grand,
mon cœur rayonne comme un grand soleil.

Un soleil que je brûle de partager à toi, à toi et aussi à toi, avec grande joie.🙂

***

Je réalise à la fin de l’écriture de cet article que la boussole intérieure était le thème d’ouverture de ce blog il y a presque 4 ans, premier texte ici.
La boucle est bouclée.🙂
La fin d’un cycle, le début d’un autre.

Alors je suis prête pour un nouveau voyage vers d’autres horizons, d’autres dimensions !!!
Un voyageur ne s’arrête pas en si bon chemin…🙂

 

La perception divine

Imaginez l’espace d’un instant que vous entriez dans la communication universelle.
Vous percevez, vous voyez, vous entendez, ressentez, sans plus aucune barrière, sans avis, sans attente, sans référence.

Imaginez que cette capacité d’écoute et d’accueil se réveille, se révèle.

Imaginez ce flux immense d’informations qui vous parvient alors consciemment.
Flux que vos pensées ne sauraient suivre, tant il est immense, infini et inappréhensible.

C’est autre chose qui reçoit, qui perçoit,
qui vibre avec

L’univers.
Les étoiles.
L’eau, la terre, le feu, les continents, les arbres, le vent,
le chant.

Le chant.

Qui étreint tout votre être, celui, commun à chacun, qui vibre à l’unisson de nos cœurs,
à l’intérieur.

Imaginez, vous ne cherchez pas à faire, comprendre ou obtenir un résultat, vous vous tenez là, en amour, en réception divine,
vous ressentez une confiance absolue.

Un accueil inconditionnel.
Un amour inconditionnel.

 

Proposition d’un soin de reconnexion groupé gratuit ce vendredi :-)

Je vais proposer, en plus des soins individuels, par le biais de mon nouveau site, un soin collectif mensuel qui sera ouvert à tous, petits et grands, et qui sera gratuit.
Je commence un peu en avance ici sur Voyage au cœur de l’humain en proposant à ceux qui le souhaiteront un envoi à distance groupé ce vendredi 9 septembre à 14h. (et je vous invite, si vous avez des enfants, à leur proposer :-))
Vous n’avez pas besoin d’être spécialement disponible à ce moment-là, vous le recevrez quand ce sera le bon moment pour vous mais ceux qui le peuvent pourront se mettre au calme et prêter attention à leurs sensations et ressentis durant cet envoi qui durera 15/20 min. environ.
Si vous souhaitez recevoir ce soin, vous pouvez vous inscrire par mail à voyageaucoeurdelhumain@gmail.com en me laissant votre nom, prénom et, si vous le pouvez, votre date de naissance.

Voici quelques informations supplémentaires au sujet d’un soin à distance groupé, extrait de mon nouveau site :

Le soin mensuel gratuit est un soin que je vais envoyer collectivement à tous ceux qui en auront fait la demande, qui est ouvert à tous, petits et grands, durant lequel je vais me connecter au groupe formé et me laisser guider.
Là encore, il s’agit de reconnexion avec son essence profonde, mais aussi avec le lien qui nous unit tous.
On peut trouver étrange, déjà, le fait d’envoyer ou recevoir un soin à distance, encore plus lorsqu’il s’agit d’un groupe…!
C’est en expérimentant que l’on peut s’ouvrir à cette réalité, moi-même, je l’ai découverte par le biais de ma pratique de Reiki (le Reiki deuxième degré offre la possibilité d’envoyer du Reiki à une ou plusieurs personnes à distance).
Le Reiki m’avait enseigné un protocole pour « envoyer à distance » et, alors même que cela me paraissait bizarre voire impossible, j’ai essayé et j’ai vu et senti les effets immédiatement et ils se sont confirmés avec le temps et les retours d’expérience.

Découvrir et expérimenter cette connexion très forte et l’amour en moi ainsi qu’en chaque être auquel je me connectais a représenté une très grande joie dans ma vie !
Alors j’ai envie de la partager.🙂

Pourquoi recevoir ce soin ?

Ce soin collectif peut être l’occasion pour vous de sentir ce que ça fait un soin énergétique.
Ce peut être encore par curiosité, par envie, pour vous faire du bien mais aussi pour recevoir un coup de pouce énergétique sur votre chemin.
Ce peut être aussi pour faire grandir le lien et l’amour dans votre cœur ou plutôt, pour prendre un peu plus conscience de cette énorme lumière qui vous habite et ne demande qu’à éclairer et à rayonner.🙂

Contre indications ?

Il n’y a aucun risque et aucune contre indication à recevoir un soin énergétique à distance.

Les effets, le ressenti

Les effets que vous ressentirez dépendent de beaucoup de facteurs, ils différent d’une personne à l’autre et d’un soin à l’autre.
Ce peut être physique : ressentir des picotements, des frissons, des sensations diverses;
ce peut être à un niveau plus subtil : sentir vos idées qui se clarifient, vous sentir plus en forme, sentir un changement, de la joie, de la confiance, de la fatigue, etc.
Ce peut être absolument rien du tout😀. Ce rien du tout n’est pas le signe que vous n’êtes pas réceptif ou que ça n’a pas fonctionné mais plutôt que vous ne l’avez pas senti, à ce moment-là, pour diverses raisons (vous n’avez pas l’habitude de sentir votre corps, vous n’avez pas remarqué ou corrélé une sensation avec le soin qui est passée inaperçue, etc.)
Je vous invite à réessayer pour voir si l’expérience est différente une autre fois.🙂
Il faut savoir que tout ce qui touche à la guérison énergétique utilise un sens subtil que l’on n’a pas appris à sentir, à développer ni même à reconnaître. Avec l’expérience et le temps, il devient de plus en plus aisé de sentir l’énergie.

Dois je faire quelque chose ?

Vous pouvez au jour dit et à l’heure dite vous allonger pour sentir les effets en mettant l’accent sur l’accueil, l’observation et l’accompagnement (c’est à dire faciliter, ouvrir, lâcher prise) de ce qu’il se passe. Pouvoir conscientiser et accueillir un soin reçu est une belle expérience toujours intéressante à vivre.
Mais cela n’a aucune importance si vous faites quelque chose et n’êtes pas dispo ou détendu au moment voulu, le soin arrivera quand ce sera le bon moment pour vous.🙂

Est-ce à cause/grâce au soin si… ?

Oui et non, c’est un ensemble de choses, souvent, quand nous sommes prêts pour quelque chose, tout dans notre vie arrive « en même temps », au bon moment (rencontre, soin, idées, situation, épreuve…), par différents moyens, pas toujours faciles il est vrai.🙂
Le soin vous reconnecte à votre potentiel, votre lumière, votre amour; et cette lumière a le pouvoir d’éclairer parfois des choses qu’on avait préféré pendant un temps laisser tapies dans l’ombre (afin de les libérer et de laisser la place pour autre chose), elle a aussi le pouvoir de réveiller toutes les ressources en vous.

* Bien sûr, un soin ne remplace pas votre parcours de santé, ni votre traitement en cours, il le complète à merveille !!🙂

 

Changer le monde : recouvrer son pouvoir et sa responsabilité

Les choses s’accélèrent, mon nouveau site que je construis, presque fini, ma cave qui se transforme petit à petit en salle de soins, d’ateliers et d’initiations Reiki :-))))))))))),
les personnes en attente des initiations ou des soins qui me mettent en joie et en stress😀
les angoisses,
la confiance, la lumière,

Le rayonnement

LE POUVOIR

Hum, il fait peur ce mot, il est tabou, en tous cas pour certains, pour moi.
Ce pouvoir, associé à l’écrasement, à l’annihilation de notre humanité, à l’obéissance…
J’ai longtemps rejeté ce pouvoir et tant d’autres comme moi l’ont fait et continuent de le faire : qui courbent le dos, attendent les coups, se cachent, se figent…
Oh, il y a aussi l’autre pôle de cette victimite qui a duré tant de temps et qui doit prendre fin.

C’est le rebelle. Celui qui est contre le système, contre les “méchants”, “moi je me laisse pas faire moi” avec une lumière et une douceur, un désir d’amour que je sens si fort, là, dans son cœur…..
Il porte souvent de grosses chaines, s’habille de noir, et s’habille de ce regard fort,
des masques, encore !
des chaines, encore !
encore, encore !

Quand je voudrais moi Te voir éclore !

Toi, qui a cette conscience, sur le cœur, sur l’amour, sur le potentiel de l’humain, de l’humanité, de la société, toi qui SAIS,
tu dois cesser de te taire, cesser de te retrancher, de te cacher, de te regrouper, de manière sectaire, avec ceux qui te comprennent,

ce n’est pas là que tu veux aller.

Tu veux aller devant l’Autre, pas pour le taper, pas pour lui faire la guerre, pas te plaindre, encore ou pour gémir, de ce manque d’écoute, de considération, pour ta petite personne,

victime, victime !

Comme c’est triste, TU ES UN ROI.
Tu as le pouvoir.
Et tu en es responsable de ce pouvoir, Toi seul, oui !

Alors, l’ami, l’Humain, l’Homme de demain, c’est maintenant que ça se passe.
Où tu résistes.
Où tu y vas, franchement,
tu les brises ces chaines, tu l’ouvres,
ton centre,
là,
ouvre !

Sens la chaleur qui imbibe ton cœur et qui coule dans tes veines,
sens ce pouvoir, sens sa puissance, il inonde tout ton être et rayonne, tout autour.

***

Je voudrais revenir ici autrement que par la poésie pour poursuivre ce sujet essentiel.

Mon maître Reiki et ma pratique m’ont appris cette responsabilité, cette conscience parfois si douloureuse que chaque chose, chaque rencontre, bonne comme mauvaise n’est pas le fruit du hasard mais quelque chose qui est là pour me faire apprendre, évoluer.

Cette vérité-là contre laquelle j’ai bataillé s’est révélée à ma conscience dans des instants fulgurants.

Lorsque vous commencez un chemin de guérison, d’évolution consciente, vous allez, non plus lutter contre les événements, les personnes, vous allez au contraire apprendre à accueillir, décoder, libérer et Vivre.

Tout ce qui arrive n’est pas le fruit du hasard. “Oh non, voilà que ça me tombe encore dessus !”.
Et bien, c’est une information, précieuse pour colmater ta blessure, celle qui te maintient victime, celle qui te barre l’accès à ta puissance, à ton amour.

Il est temps de commencer maintenant. Pas à te sentir coupable de ce qui t’arrive mais responsable, c’est à dire le créateur, suprême, à la puissance infinie !

Je sais, ça fait peur mais on y va petit à petit et pour y aller, il faut commencer, maintenant.

Aujourd’hui tu vas aller bosser, faire des courses ou balader. Et malgré ta volonté de rayonner l‘amour, de positiver, de rester en paix, tu vas être bourlingué, ça va s’agiter, peut-être même entrer en ébullition.
Surtout face à lui, elle.
Tu vas encore le voir, lui, qui te pourrit la vie, qui leur pourrit la vie, tu le vois agir, tu te dis que c’est mal, que c’est un véritable enfoiré.
Pourtant, tu commences à vouloir faire rayonner la paix, l’amour et tu ressens une putain de rage contre cette enflure qui écrase les autres, les dominent, les malmènent et qui vient troubler ta paix.
Tu contiens cette rage, tu n’as plus envie de te mettre en colère. Et alors, ton corps encaisse.

Que vas-tu faire ? Ré-agir, agir à nouveau, encore, selon le même modèle, tel un pantin ?

C’est là que ta puissance entre en jeu, maintenant. Pas dans ton coin, seul, en méditant mais en étant présent, à l’extérieur, auprès de l’Autre, ton frère, celui, quel qu’il soit, qui a,
tant, tant à t’apprendre et toi,
Tant, tant, tant,
à lui donner.

Ta responsabilité : tu émets des informations par tout ton corps, certaines subtiles, d’autres plus évidentes, par tes mots, tes gestes, tes attitudes, tes ré-actions.

Quelle information veux-tu transmettre ? Qui veux-tu être ?

Celui-là, le bourreau, il résonne avec ton bourreau intérieur.
Il faut bien comprendre que tout ce avec quoi on résonne, en positif comme en négatif, fait partie de nous, nous sommes le tout. Ce ne sont pas des paroles en l’air, c’est une réalité.
Le tout est en nous. Et on peut le ressentir et on peut agir.
Ce bourreau, quand tu t’écrases devant lui, que tu cries, ou même quand tu te tais en contenant tes sentiments profonds, tu résonnes avec l’information de domination qu’il transmet, tu lui renvoies une affirmation, une confirmation, un grand oui ! Même lorsque tu cries ou que tu tapes, je te le garantis…..
Ça le fait perdurer, ça le fait exister, ça nourrit cette qualité en lui.

Si tu pouvais voir comme je vois aujourd’hui et tu le peux, tu verrais, lorsqu’il crie, la blessure, sa blessure, souvent proche de la tienne qui s’exprime avec une autre couleur. Tu saurais exactement où la situer. Et même, tu la ressentirais au creux de ton être comme si elle était tienne, là, dans le cœur.

De cette humanité malmenée, bafouée, contenue, endormie !

Qui doit se réveiller ! Qui va se réveiller !

Alors, oui, tu as un grand pouvoir, une grande responsabilité, celle de rayonner qui tu es.
Non plus être dans la réaction, la défense ou l’attaque.

Rayonner qui tu es.

Et réinformer, toi même et le monde, à la lumière de ton cœur, à l’intérieur.

Chaque fois que tu oseras sortir de ce mécanisme instinctif de défense ou d’attaque omniprésent en ce monde, tu créeras le nouveau monde, le tien, celui dans lequel tu crois.

Dans le mien, chaque humain, je dis bien chaque humain, est une parcelle de mon être, de ma vérité, de la vérité et j’attends avec impatience qu’il se défasse de toutes ces couches et qu’il rayonne de tout son être sa vérité, ma vérité, son amour, notre amour.

Alors peut-être qu’aujourd’hui, lorsque ce lieu, cette personne te fera sortir de ton calme, ta joie, ta paix, j’espère alors que plutôt que de pester contre toi, contre lui, qui t’a fait perdre ton calme, tu accueilleras ce moment précieux pour changer le monde.

Mettre de la lumière, ouvrir ton cœur, l’écouter, le laisser rayonner et te montrer, qui Tu es, qui Il est.

***

Petit extrait de l’excellent Conversations avec Dieu de Neale Donald Walsch🙂 :

conversations avec dieu extrait

Avec tout mon amour❤

 

Le pouvoir qui élève

« J’ai pleuré, alors que je m’étais agenouillée, au contact de qui Il était, de sa luminosité qui imposait le respect, non pas celui que l’on connait de nos grands chefs écrasants devant lesquels nous courbons l’échine et, même, recevons les coups. Cette puissance, ce pouvoir ressenti, alors, vous pousse à vous incliner devant la lumière, la lumière qui émane de cet être et qui fait vibrer et rayonner tout votre être, ce moment où vous ne savez plus si cette lumière est sienne, vôtre ou celle de l’univers entier. Où l’amour alors vous enveloppe tout entier. »

A Luc  <3

J’écris beaucoup, tout le temps et je sais aujourd’hui que je publierai des écrits tant ce que j’ai vécu au cœur de mon voyage se doit de se partager. En attendant, parce qu’il y a tant d’écrits et même un livre que j’ai commencé sur ce que je vis et apprends avec mon petit garçon, que je ne peux encore partager, et bien je crée cette nouvelle catégorie sur mon blog de courts extraits sur les expériences lumineuses que j’ai vécues, en espérant que cela vous inspire et vous éclaire sur votre propre lumière.

La reconnexion profonde, journal d’ouverture de perceptions

C’est important je crois de partager ces ouvertures de perceptions qui, non seulement sont amenées à se déployer naturellement chez un grand nombre d’humains mais aussi qui demandent à s’ancrer et s’intégrer chez ceux qui les refusent depuis longtemps, avec, à la clé, des maladies psychiatriques, ou de grandes résistances et donc de grandes souffrances là où une joie simple cherche à rayonner.

Ces derniers jours ont été d’une richesse incroyable.
Je recouvre mon identité, lumineuse, multi-dimensionnelle, qui Je suis, ce que je suis venue faire sur terre.
C’est la reconnexion avec cette partie taboue, utopique, incroyable, celle qui clashe tellement avec tout ce que l’on croit, tout ce qu’on a appris sur ce que nous sommes, sur la matière.
C’est l’affaire de toute une vie et ça n’en finit jamais la découverte de soi » ou « la vie après la mort demeurera à jamais éternel pour l’être humain » qu’on nous dit ! Ah ben heu, c’est-à-dire que… Ben non en fait. Évoluer, oui, le reste et bien, est tout à fait possible.

Il m’aura fallu un long et patient travail pour enfin accueillir cette partie de moi.

Je me rappelle au début, alors que j’utilisais le Reiki, comment celui-ci était passé au crible de ma raison, de mes croyances, de mon grand grand savoir, toutes ces lectures…
Chaque fois que l’énergie agissait de manière flagrante, désarmante, je ne pouvais l’accueillir totalement tant cela clashait avec une partie de moi qui ne comprenait pas et surtout, qui avait peur de croire à ces sottises, ces “enfantillages”, ces croyances ridicules, faites pour les naïfs.

Et pourtant, mon cœur et ma lumière grandissait.
Et, aux côtés de ces voix qui luttaient, contraient, jugeaient, critiquaient, il y a avait mon cœur qui me soufflait de poursuivre, que c’était peut-être bien réel, cette voix si forte en moi, enfant, qui me soufflait que tout est magique, que tout est possible, celle qui faisait que chaque matin je cherchais sous l‘oreiller ma baguette magique, je savais qu’un jour elle apparaîtrait.🙂

La voici. Elle n’est plus tellement ce que j’imaginais et… elle n’est pas si différente que ça.
C’est le continent infini de mes possibilités qui s’ouvre à moi. Avec bien sûr, de l’appréhension et un sentiment de responsabilité, aux côtés d’un amour, oui un amour sans limites à faire rayonner.

Il m’aura fallu des dizaines et des dizaines d’expériences désarmantes avant que j’accepte d’abord d’accorder un petit crédit à cela, l’existence, déjà d’une énergie, tout autour, dans tout l‘univers et dans l’humain. De l’amour partout, tout autour…!
Alors même que j’aspirais à aimer de tout mon être, comme une respiration essentielle, essentielle !
Quand j’y repense… Il ne nous faut pas tant d’expérience pour affirmer des choses en accord avec nos croyances…!

Mais faisons un saut, ce chemin vous le trouverez ici, sur Voyage au cœur de l’humain dont voici un extrait du deuxième texte, écrit en 2013 :

https://voyageaucoeurdelhumain.wordpress.com/2013/01/24/en-quete-dinformations/

“A toi, mon autre, mon messager. Qu’as-tu à me dire? Oh attention, moi vivant je ne tomberai jamais fou. Je veux bien te donner une chance de t’écouter, de te faire confiance mais il faudra pour cela que je trouve des appuis, des appuis sérieux, scientifiques, rationnels. Parce ce que ce putain de bordel que tu instaures dans ma vie m’a l’air de tout sauf de quelque chose de logique, rationnel et je ne veux pas sombrer dans le délire. Je dirige ma vie moi, je la contrôle. Je m’informe.”

Il me les fallait ces appuis, il me fallait, cette expérience, pour ne pas m’effondrer de terreur ou sombrer dans la folie.

J’ai fini par accepter le fait qu’il y ait une énergie tout autour de nous et en nous. Quand vous posez vos mains sur vous et que vous sentez littéralement que ça bouge à l’intérieur, vous commencez à “y croire” et je peux vous dire que mon cerveau fonctionne à mille à l’heure depuis toujours et que je connais sur le bout des doigts l’effet placebo et l’auto suggestion (qui, soit-dit en passant, ne sont pas la preuve de la non existence de ces faits mais bien plutôt de notre incroyable pouvoir non encore manifesté :-)).

Mon cœur aussi est très fort, depuis toujours et petit à petit, ce ne sont pas tant des confirmations intellectuelles (celles-ci étaient là, toujours mais on n’enterre pas une croyance seulement avec l’intellect, il est trop écrasant) que quelque chose qui a grandi en moi, la place prise, et accordée à mon cœur, à mon intuition, profonde, à mon amour, grandissant.

Mon contact avec le Reiki a été bouleversant. Ce n’était pas seulement physique, c’est toute ma vie qui a pris un tournant. Un tournant magnifique, sublime, régulièrement saboté, toujours par moments, par ce doute, constant, cette remise en question de tout, de tout, constamment.

C’est difficile parce que bien sûr, cette remise en question me permettait d’aller loin et de repousser toutes les limites, toutes les croyances. C’est elle aussi qui m’a permis tout ce chemin. Petit à petit je réalisais qu’elle devenait une torture, pour moi, pour ces auteurs, que je lisais et dont je sentais la peine, le manque, le cri, intérieur.

De ceux dont l’absence du cœur laisse un vide, cruel, amer, sec, aride, infernal.

A un moment déterminant, crucial et très très difficile, il m’a fallu m’engager, oser, y aller. Mon cœur me le soufflait. J’avais compris que nous étions les créateurs de notre réalité, que je créais, à chaque instant ma réalité.
Cette compréhension profonde m’a permis d’affronter pour de bon ma peur… de m’influencer…!
J’avais peur de me laisser aller à croire, à dire, même, ne serait-ce que des mots sur la vie après la mort. Peur de m’influencer, de devenir crédule et de sortir de “la vérité”.

Jusqu’au moment où j’ai compris qu’il y a avait une infinité de vérités selon où on se situait, selon ce que l’on choisissait de croire.
Nous sommes les créateurs de notre réalité.

Et c’est notre vérité que nous avons à faire vivre.

La vérité que mon cœur me criait était que notre potentiel était infini, notre amour rayonnant et irradiant, mon Voyage au cœur de l’humain m’avait révélé un trésor sublime, logé dans le cœur de chaque être humain.

Mais le reste, les “esprits”, les “théories new age” et tout ce qu’on entendait me laissaient méfiante et dubitative.
Jusqu’à ce que je rencontre et lise des personnes que je sens proches de cœur, qui me permettent de commencer à ancrer cette idée.

Il faut dire qu’alors, ce n’est plus ma raison qui m’oriente mais ma boussole intérieure, très puissante aujourd’hui, à laquelle je ne peux plus déroger !

Je découvre alors tout un monde, précis, détaillé avec des personnes ancrées, qui partagent ce que je ressens comme étant vrai dans mon cœur.
Ce ne sont plus des auteurs ou des personnes que je sens lointaines ou bizarres, non, celles-ci sont comme moi, ont des enfants (non pas qu’il faille avoir des enfants hein mais je parle ici des croyances populaires) et rayonnent d’un amour et d’une joie enfantine, qui contrastent avec le cynisme, le combat, la fermeture et la tristesse que je sens chez d’autres humains.

Je comprends que ça fait partie de ce que je suis.

Je poursuis mon voyage, je découvre des peurs ancestrales, monumentales, à tel point que je ne sais pas si je serai en mesure de les surmonter…
Ce domaine, les esprits, les capacités extra sensorielles soulèvent en moi quelque chose d’indicible, comme la pire des pires choses à faire vivre.

Mais je suis voyageuse, je suis courageuse !

Alors j’y suis allée, avec ma lumière, ma pelle, ma force, ma vulnérabilité.
J’y suis allée tout doux : voyages initiatiques en mon cœur, rencontres, livres qui viennent alors tout naturellement à moi (nous sommes les créateurs de notre réalité et attirons à nous le reflet de celle-ci) pour me permettre d’intégrer mes visions et découvertes, j’ai respecté mon rythme, j’y suis allée petit à petit avec, aux côtés de la peur, une joie grandissante, bondissante, pétillante !

Et en effet, ce sont d’abord les “dons” de mon petit garçon qui se sont dévoilés et manifestés (je ne les détaillerai pas ici mais ses perceptions sont nombreuses, voire “totales” : vision des auras, des “esprits”, des guides, guérison à distance, etc., etc.) et j’étais alors prête à les accueillir mais doucement, là encore, tranquillement, avec des doutes, des peurs et aussi une confiance et une joie grandissante.
Bien sûr, ses perceptions ont soulevé beaucoup de questions et j’ai commencé petit à petit un échange précieux avec mon fils qui a 6 ans et demi, sur ce qu’il est, ce qu’il vit, ce qu’il voit. Echange et questions que je note dans un coin de mon ordi pour les publier un jour, tant ces échanges sont lumineux, précieux, passionnants et éclairants.

Là aussi, que de tabous, d’idée reçues à faire tomber sur le sujet….! On s’imaginerait quelqu’un qui a de telles perceptions avec une vie particulière ou on s’imagine quelqu’un de bizarre, surtout pour un enfant, on s’imagine que ce ne sont pas “des choses pour les enfants”.
Ben non, pas du tout en fait. Mon fils est un petit garçon classique qui adore jouer, rigoler, qui a plein de copains qui va à l’école normale et y est tout à fait intégré et qui sait instinctivement ne pas parler de ce qu’il voit et entend à tout le monde. Et qui a ses peurs aussi !😀

Les choses évoluent à la vitesse de la lumière surtout en ce moment, sur terre…! Ce qui était auparavant un handicap, une difficulté voire une honte pour nos ancêtres (recevoir des messages de l’au delà, chercher à connaître dieu, etc.), voire l’oeuvre du diable, n’est plus du tout d’actualité aujourd’hui, sauf dans nos têtes ! Beaucoup d’enfants qui naissent sont éveillés naturellement à cette réalité, encore faut-il qu’ils puissent partager et faire entendre ce qu’ils voient, ce dont ils se souviennent, ce que nous avions oublié, et qu’ils nous aident à retrouver.

Il faut briser ces tabous, ces croyances, faire grandir la connaissance, encore, toujours ! Voilà pourquoi je partagerai et partagerai toujours.

Faire tomber le voile qui masque, cette vérité profonde, essentielle, de notre nature divine et lumineuse.

Mais revenons à mon histoire. Je comprends et découvre petit à petit que je suis amenée à recouvrer moi aussi mes dons, mes perceptions, mes capacités.
Avec encore beaucoup de peurs à la clé, oh là là, je vous raconte pas….

Je découvre et commence à apprendre à faire confiance à ma clairsentience et ma clairconnaissance, deux termes que j’avais trouvé dans un livre merveilleux de Doreen Virtue. En gros, nous avons plusieurs “canaux médiumniques”, c’est-à-dire canaux de réception : clairvoyance, clairconnaissance, clairsentience, clairaudience.
Ceux qui voient, ceux qui savent, ceux qui sentent, ceux qui entendent.
L’humain est une antenne qui échange inconsciemment des tonnes d’informations, en émission et en réception, à chaque seconde…!
Ce phénomène commence à devenir conscient pour beaucoup, ce qui n’est pas forcément encore bien facile parce qu’encore peu connu, peu enseigné et pas encore bien intégré, je pense aux hypersensibles, autistes et malades psychiatriques qui en fait, sont en cours d’apprentissage de cette conscience, encore faut-il qu’ils le sachent, le reconnaissent, reçoivent l’aide en conséquence et y travaillent…! 

On imagine bien combien il est difficile de faire confiance à un ressenti et à un savoir qui nous tombent dessus d’on ne sait où…! (la clairconnaissance, c’est tout à coup quand une idée ou un savoir nous parvient sous forme de pensée sans qu’on sache comment ni pourquoi on a su ça)

Là aussi la patience, le travail, l’expérience petit à petit vont me permettre de développer ces facultés tout en sachant que je commence à ouvrir la clairaudience et la clairvoyance.
Ce sont les sens les plus tabous pour moi parce que le ressenti, lui n’a pas de mots ou d’images, comme l’univers, les plantes, les esprits et les animaux qui ne parlent pas, donc il me semble plus vrai, plus juste.
Et les images, pour moi sont le reflet de notre culture, elles sont symboliques.
Jusqu’à ce que mon cœur me souffle d’ouvrir ça aussi.

Ces assurances dont avait besoin ma raison petit à petit se font moindre, ma structure est différente aujourd’hui. C’est difficile à expliquer, je m’autorise enfin à lâcher, lâcher ce quelque chose qui fait qu’on se sent plus léger.
Et le tout dans une confiance et un amour grandissant.

On me souffle d’accueillir de manière inconditionnelle, avec un amour et une confiance absolus tout ce qui est, en moi, dans l’autre, dans le monde.
Je commence à ressentir cette confiance et cet amour absolus.

J’ai envie de pleurer tellement c’est bon de lâcher, d’accueillir, d’avoir confiance..!

Je sais aussi aujourd’hui que nous partageons ce que nous sommes, notre vision, notre vérité, notre culture, notre chemin, notre expérience et rien d’autre.

Cela en soi est un trésor,
c’est même, je crois, en essence, le trésor de l’Humain.
Celui qu’il fuit, sans cesse, en cherchant hors de lui qui il est, en cherchant cette vérité unique, en cherchant à se calquer, sans cesse sur le modèle de l’autre !
Voilà pourquoi il a envie de tout détruire !
… et même… son frère Humain…
qui représente, alors, l’ennemi suprême, de sa vérité, de son identité, de qui Il est,
ce trésor, si précieux dont on s’est privé.

Voilà pourquoi il est en colère,
voilà pourquoi TU es en colère.

On s’est acharné depuis des siècles et des siècles à faire valoir une vérité sur une autre, à se livrer des batailles, rudes, se faire la guerre pour chercher une vérité qui réside en fait dans la réunion de toutes nos petites lumières, nos individualités propres, essentielles dans le grand soleil.

La vérité ne se situerait-elle pas dans ce merveilleux patchwork, cette toile chatoyante aux milliards de couleurs vibrantes et lumineuses…?

A suivre… Mon aventure “ghostbusters” en Auvergne😀 et la découverte de la lumineuse Lulu qui m’a permis de libérer et d’ouvrir, encore et de commencer à oser à voir…
Plus sérieusement, ces « fantômes » qui nous font si peur ne sont que des frères humains qui ont besoin d’amour pour s’élever dans la lumière… Et beaucoup de nos frères humains en ont besoin…

 

Le travail, la discipline

Mon dieu si j’avais su qu’un jour j’écrirai un texte sur la discipline et le travail, moi…! (j’exècre le travail depuis toujours… :D) Et pourtant je suis une super bosseuse comme vous allez le voir, il s’agit de le reconnaître.🙂
Et en plein mois d’août en plus…! Vraiment, je vous fais toutes mes excuses, quand ça vient, ça vient, je peux pas couper ce flux à partager🙂.

Plus sérieusement, c’est un aspect important du cheminement de l’Humain, de sa guérison, de son évolution.
Celui qui cherche à changer quelqu’habitude que ce soit dans sa vie (stopper une addiction, faire du sport, mieux manger, maîtriser son mental et ses pensées, changer de comportement envers ses enfants, etc. etc.) va devoir sérieusement se discipliner et fournir un gros travail.

Il s’agit d’apprendre à accepter cet aspect et à voir sa noblesse, son importance et son potentiel mais aussi à en cerner les écueils, les détours et les difficultés qui peuvent se présenter.

La rébellion

Au départ du chemin on est souvent rebelle, contre le système, contre l’école, la patrie, la terre entière, les autres qui ne comprennent rien à rien, etc.
Contre soi-même aussi, beaucoup.
Mais ça on ne le découvre que plus tard.

Bref, on se rend plus ou moins vite compte que la rébellion est une réaction, action opposée à une autre et engendrée par elle”, on re-agit, encore et encore selon le même schéma, tout en ayant l’illusion d’être libre.
Ben oui, quand on est rebelle au début, on se sent libre, on croit que c’est ça être libre, libre de crier, libre d’être contre le système.
Mais la liberté ne se situe pas dans la rébellion qui se révèle être un enfermement, un endoctrinement comme un autre, au lieu d’être dans le système, tu es hors du système, tu te situes par rapport à lui, toujours relié à celui-ci donc tu en fais toujours partie.

Aïe aïe aïe, je pars dans le discours philosophique et ce n’est pas mon propos. Celui-ci est intéressant certes mais il peut prendre telle ou telle forme de manière infinie, et même prendre parfois un cercle vicieux et continuer à tourner sur lui-même, dans la tête, sans passer par le cœur, lui, qui est essentiel.

Bref, on a eu l’habitude d’associer la discipline à la contrainte, à l’absence de liberté et à l’absence de plaisir et il est vrai qu’elle peut y conduire et on en reparlera, il faudra demeurer vigilant quant à cet aspect.
Cette croyance-là est présente chez beaucoup d’entre nous, y compris de ceux qui pratiquent la discipline

La discipline et le travail, quand ils sont mis au service de nous-même, de ce que l’on désire au plus profond de nous, sont un élément essentiel et même, c’est grâce à notre travail et notre discipline que nous finissons par ressentir du plaisir et savourer chaque jour un peu plus notre liberté, l’ouverture et la joie d’être soi.
Ce sont le travail et la discipline qui permettent d’ancrer le bonheur, les nouvelles pensées, les nouveaux désirs, chaque jour.

Je pratique cette discipline et ce travail chaque jour. Sur mes pensées, mes peurs, ma joie de vivre.
Mon voyage au cœur de l’humain m’a révélé qui j’étais, ce que je voulais.
Ces instants de grâce, de bonheur indicible et d’amour incommensurable sont de plus en plus nombreux mais n’ont jamais perduré dans le temps.
On me demande parfois comment je fais, pour rayonner autant d’amour et de joie de vivre.
Et bien j’y travaille, chaque jour.

Et je veux vous dire et c’est important de vous le dire que j’ai des peurs, des angoisses, des colères, des pensées qui tournent et que j’ai des outils que j’utilise au quotidien pour les gérer, ne pas les laisser vivre et polluer mes proches ou moi-même.
Et ô grand dieu, je ne vous dis surtout pas cela pour vous blâmer, vous exhorter, vous juger de ne pas faire vivre cet amour, ça c’est un écueil du travail, on en reparlera.

Je vous dis ça par souci d’honnêteté, de transparence et de partage essentiel.

Je vous dis ça parce que parfois je suis fatiguée de ce travail si difficile et je n’ai plus envie de travailler, de me discipliner, c’est tellement dur des fois.

Je vous dis ça parce qu’on ne comprend pas toujours ces moments difficiles et “négatifs” quand on travaille à faire vivre l’amour. Et quand on ne comprend pas, on rejette, on bute, on lutte, on juge. Et alors ça s’éternise et alors le travail devient plus difficile.

L’aspect difficile et négatif voire “maladif” est un aspect important et présent à celui qui chemine, qui guérit, qui évolue, qui commence à devenir lui-même.

Si tu travailles à faire vivre la confiance alors tu te confrontes à tes pires peurs quotidiennement.
Si tu travailles à faire vivre l’amour alors tu te confrontes à la colère la plus monumentale.
Si tu travailles à faire vivre le beau, le positif, alors tu côtoie l’immonde.
Si tu travailles à faire vivre la lumière, alors tu découvres l’ombre.

Et tu ne travailles pas mal lorsque tu es confronté à cette ombre présente en toi, présente sur terre.

Tu fais au contraire le plus noble des travaux, tu éclaires, tu mets de la lumière.

Merci à mon équipe céleste.🙂
Oui, il en faut du temps à certains, pour reconnaître que l’on est pas seul et quelle joie quand on l’accepte, enfin.

Mais revenons au travail, à la volonté.
Cette volonté si forte et même irrépressible de me discipliner pour aller vers ce que je suis est renforcée, nourrie et motivée chaque jour par l’expérience. L’expérience de l’amour, l’expérience de la joie, l’expérience de la beauté à l’état pur. C’est juste une évidence.
Alors on le voit bien la discipline est largement récompensée.

C’est une discipline pour apprendre à se faire du bien.

Ça vous semble tordu ? Moi des fois ça me semble bizarre, de se discipliner pour être soi, se faire du bien.
Mais c’est que l’humain a pris de sacrés chemins tortueux pour affirmer ce qu’Il est…!

C’est un travail pour suivre sa petite voix intérieure qu’on avait oubliée, qu’on avait malmenée, qu’on avait fait taire.
Et je constate que l’humain met beaucoup d’application à se discipliner dans son travail pour son boss et à refuser net tout travail et toute discipline quand il s’agit de lui-même…!
C’est un cruel manque d’expérience et de connaissance en la matière !
Ici, ce n’est pas de l’argent, des flatteries ou de bons retours qu’on obtient.

C’est la lune, l’univers, la terre et le soleil qu’on sent vibrer à l’intérieur de soi !

Alors vive la discipline !

Apprendre la discipline amoureuse, confiante et respectueuse

Alors vive la discipline, ô oui mais laquelle ?

Parce qu’il vous arrivera de glisser vers la discipline contrainte “presser, faire peser”, celle que vous connaissez bien, celle qu’on vous a enseignée et que vous maniez avec naturel et facilité. Celle qui vous met à terre, vous et les autres, vous crie, vous rabroue, vous donne des leçons, vous exhorte, à faire bien, à travailler plus, à donner plus, à faire plus, dans un laps de temps limité ! (ça vous rappelle rien tous ces bons conseils en développement personnel qu’on retrouve partout, exhibés parfois avec fierté et excès de zèle, souvent rabâchés sous forme de leçon, de morale et de jugement à l’encontre de l’autre…?🙂. A ce sujet, les pauvres pokemons et les joueurs qui vont avec en prennent pour leur grade, foutez-leur la paix, foutez-vous la paix, faites-vous du bien au lieu de vous sermonner, vous-même et les uns les autres !!!!!!!!)

Alors celle-là, c’est la discipline du mental. La classique, réflexe, celle qui nous est acquise, donc naturelle et facile et qu’on cherche à faire évoluer.
Il vous faudra vous discipliner à retourner, encore et encore dans le cœur et retrouver sa douceur, son respect, sa patience, sa compréhension, profonde et élargie, axée sur le moment présent, qui ne cherche pas de confirmation ou de logique dans une base de données limitée.
C’est un travail parce que nous changeons des habitudes, présentes en nous depuis toujours et présentes tout autour et reliées à toute une structure rigide et logique établie en nous depuis longtemps.

J’aime bien pour ça imaginer mon enfant, imaginer qu’il apprend quelque chose de nouveau et donc tout à fait inhabituel pour lui. Tiens, prenez la lecture par exemple. Pour nous c’est fluide, naturel, facile ! L’enfant qui apprend à lire sue à grosses gouttes, tout ça pour un résultat plus que médiocre, tout en lenteur et en fautes, et en plus, au bout de cinq minutes il est fatigué et demande d’arrêter…!? Non mais ! Eh, c’est facile de lire !
Vous situez le truc ? Pour moi c’est direct, je m’imagine et c’est d’ailleurs ce que je fais avec mon fils : je le félicite, je l’encourage, reconnais combien ça lui est difficile, lui dis que c’est normal de faire des erreurs en apprenant, que c’est même en faisant des erreurs qu’on apprend !
Et je l’exhorte pas à poursuivre quand il est fatigué et qu’il a accompli son travail, je l’invite à rire, à jouer, aussi.

N’oubliez jamais cela. Apprenez à le faire, à chaque instant. Pardonnez-vous aussi quand, à nouveau, dans un élan réflexe, vous vous êtes blâmé, encore, puni, auto saboté, malmené.

Vigilance quant à la discipline.

Il est des moments merveilleux et de plus en plus nombreux au fil de l’apprentissage, forcément, où tout devient naturel : les pensées créatrices et lumineuses, une joie éclatante, un amour rayonnant.
Et durant un laps de temps de plus en plus long.
Il est souvent difficile – et le mot est faible… – de “revenir” de ces instants de pur plaisir, fluides, naturels, évidents, faciles !

Et là je pense en particulier aux diagnostiqués bipolaires mais aussi à tout humain qui évolue et côtoie les hautes vibrations !

De retour de ces très hautes vibrations (quand on a une bonne conscience de son corps, on se sent littéralement vibrer, pétiller et le corps devient alors presque immatériel, d’une légèreté impressionnante, on a alors une énergie débordante.etc. j’ai déjà décrit ce phénomène ici) la rébellion et l’incompréhension se manifestent fortement.

Il est important alors de demeurer vigilant et de comprendre que nous sommes sur un chemin d’apprentis-sages et surtout sur une terre en trois dimensions, pour l’instant, en plein bouleversement, en plein r-évolution.

Ces moments de joie à l’état pur et d’amour rayonnant sont un repère, l’étape prochaine à franchir et ce qui semble être un fossé lors d’une “redescente” est largement franchissable. Cela demande du courage, de la patience, de la persévérance, bref, du travail et de la discipline (demeurer centré et dans l’instant présent étant des éléments clés) pour faire vivre, perdurer, retrouver ces nouvelles vibrations, tout en acceptant et en accueillant celles du moment.

Nous sommes en ce moment sur terre et incarnés dans la matière, avec toutes les règles (mouvantes et en constante, grande évolution ces temps-ci) et ce, pour une bonne raison, acceptons-les et faisons au mieux.
Ces temps-là sont difficiles, il faut le dire et à la fois merveilleux, ils nous révèlent un horizon inespéré, majestueux, d’une grande beauté

Je vous avoue que je travaille à mieux travailler, mieux me discipliner, c’est-à dire avec douceur, tendresse, bienveillance et respect pour le travail accompli chaque jour à faire vivre l’amour, le faire vibrer dans chacune de mes cellules et le partager (et merci à ma moitié qui m’inonde de cet amour inconditionnel quand je l’ai perdu !).

Et encore, parfois, je me pressurise, me contrains, me malmène, tel le pire des boss avec à la clé les nombreuses voix de peur et d’angoisse qui m’étreignent de nouveau avec comme conséquence la dépression, de-pressurisation, le relâchement total.
Dans ces moments où tout devient noir, heureusement mieux maîtrisés, mieux gérés – à peu près bien accueillis durant lesquels demeurent la conscience et l’espoir, toujours ! – bien moins longs mais toujours aussi sombres, qui ne demeurent que quelques petites heures désormais – merci à mon petit garçon grand sage, hyper connecté qui m’envoie alors ses merveilleux soins à distance, assisté de toute son équipe de guides et anges célestes – je relâche toute discipline et c’est alors un autre aspect indissociable et essentiel du chemin qui prend alors le relais.

Dans ces moments je prie, je prie très fort et je suis aidée, je suis guidée et bien souvent, alors, quelque chose a encore changé dans ce perpétuel mouvement qu’est la Vie.

Merci à eux, merci Stéphane, merci Luc.