Yves Prigent, la dépression vue autrement

L’expérience dépressive Yves Prigent

Un livre sur le “désir”, sur la foi .

C’est presque à contre coeur que j’écris cet article sur le grand neuropsychiatre Yves Prigent et son précieux livre, un trésor, tant il est impossible de retranscrire la magie qui émane de ses mots.
Et pourtant, comment résister à la tentation de faire connaître son livre, que dis-je, de le déclamer, de le crier sur tous les toits…??!!!

Son point de vue sur la dépression et sur ses malades est essentiel, évident et pourtant, ce n’est pas de cette manière qu’on a l’habitude d’entendre parler de la dépression et des patients.

Plus qu’un livre sur la dépression, c’est un livre sur l’humain. D’un humain qui a du coeur, un humain qui a la foi, l’expérience du vécu (auprès de ses malades) et le savoir d’un homme de science.
Le livre d’un homme qui a su allier harmonieusement le coeur et la raison.
Le livre d’un homme amoureux de la vie, amoureux de l’humain.

Le “grand neuropsychiatre Yves Prigent” pour moi, non par sa renommée donc, mais par son intelligence du coeur.
Peut être vous est-il arrivé un jour de vous trouver plongé au coeur d’une réflexion existentielle, plongé au coeur de vous-même, à l’occasion justement d’une dépression ou en pleine tourmente à un moment difficile de votre vie.

Ce voyage dans les profondeurs de vous même vous plonge dans une sorte de brouillard, on pourrait même dire, un chaos, parfois illuminé par des puits d’intense clarté, une clarté plus dans le ressenti que vous n’arrivez pas à appréhender.
Cette même lumière que vous avez ressenti dans l’amour, l’amour envers vos proches, l’amour envers quelqu’un que vous aimez très fort.
Cette lumière, une sensation, en y réfléchissant bien, vous l’avez ressenti aussi dans des moments de créativité, en écoutant une musique, lors d’un contact particulièrement émouvant avec la nature, ces moments où en y repensant, vous étiez au coeur de vous-même. Et pourtant, à ce moment là justement, vous aviez comme perdu le contrôle de “vous-même”.

Ce ressenti est troublant, déconcertant, merveilleux.

Je commence à prendre goût à ce ressenti merveilleux, je voudrais l’apprivoiser ce petit renard comme dans le petit Prince, je voudrais le comprendre, le décortiquer, l’observer sous tous les angles, apprendre à le maîtriser, vite, trop vite, ce ressenti est tellement immense, chaud, chaleureux, doux, vibrant.

Seulement ce ressenti est fou. Il me fait peur. Il est incontrôlable, comme incompatible avec le reste. Il ne correspond à rien de connu. Ou alors, il appartient à un monde qui ne me convient pas, un monde de magie, de folie, de spiritisme, de ces gens qui ont perdu la raison, qui manquent de preuves tangibles.
Ca ressemble à ce qu’ils disent dans les religions aussi et pourtant ces religions à moi ne me conviennent pas, j’ai l’impression qu’elles apportent plus de mal que de bien et je suis un homme de science, de raison.

Pourtant ce ressenti fait partie de moi.
Il est en mon coeur, il est mon ventre. Il est essentiel.
Je veux qu’il fasse partie de ma vie sans me faire sombrer dans la folie, je veux qu’il vienne s’inscrire dans la réalité concrète de ma vie. Mais j’ai du mal. J’ai peur.

Je réalise que se mène une guerre à l’intérieur de moi-même, une guerre contre moi-même.
Le moment est pourtant venu de faire la paix.
La paix entre ce ressenti doux, chaud, vibrant, mystérieux et la réalité concrète, palpable, explicable de ma vie.
Le moment est venu où cette sensation, la foi, ne me quitte plus, elle va m’accompagner, me faire vibrer dans ma vie de tous les jours.

La peur est redescendu à un niveau acceptable, cela me permet de croquer la vie à pleines dents, d’aimer, d’être passionné parce que je suis prêt à ressentir le manque, à affronter l’incertitude de la Vie en perpétuel mouvement.

C’est de cela que traite le livre d’Yves Prigent, de ces personnes qui, pour diverses raisons qu’il détaille dans son livre, ont perdu la foi, leur “confiance existentielle”, ces personnes qui expriment “le refus de se laisser porter par la vie, la peur de se laisser embarquer sur le flux du désir”.

Le “désir” d’Yves Prigent va bien au delà de la simple notion qu’on aurait de ce mot, le désir, pour lui est la “confiance dans ce qu’il y a de plus profond, de plus chaud, de plus vivant en l’homme”.
Il expliquera, dans un langage du coeur, plein de poésie et de vie, comment ces êtres peuvent renouer avec leur désir et à quel point ce désir est essentiel pour soi-même et dans nos rapports avec les autres.

Comme il est frustrant d’écrire sur un sujet si vaste, si profond.
Mes mots ne peuvent exprimer la richesse de ce livre, la richesse du ressenti de la foi dont parle Yves Prigent.
Cette foi, c’est justement le coeur de ce blog, de ce voyage de l’humain, en son coeur, son désir qui donne accès à cette foi.
Et justement, cette foi, on l’explique si mal, ce serait comme chercher à maintenir dans sa main un oiseau chantant, coloré, en train de voler dans le ciel bleu.

Soudain entre nos mains ce petit oiseau perdrait tout son charme.

Voilà toute la difficulté de la découverte de sa foi.

Elle est fragile.

Elle est insaisissable.

Et pourtant…
Elle déclenche un besoin urgent d’échanger, de la partager.
Et voilà comment naissent l’écriture, la parole, les silences, la contemplation, la musique, les rencontres, la Vie.

Yves Prigent, tout comme la foi ne s’explique pas, on le lit, on le vit, on s’imprègne de la magie de ses mots, on vibre avec lui, notre foi s’entremêle à la sienne et on lui dit merci.

Pour aller plus loin:
La dépression vue autrement – suite – mieux la comprendre
DSM et troubles psychiatriques, vers une nouvelle vision de l’humain
Podcats chapitre 1 Y. Prigent, L’expérience dépressive

Publicités

2 réactions sur “Yves Prigent, la dépression vue autrement

  1. Bonjour,
    Merci pour cette découverte, je vais lire ce bouquin. En échange, je te propose de lire L’Intranquille écrit par Gérard Garouste, peintre français célèbre et bipolaire. N’hésite pas à proposer d’autres ouvrages qu’ils t’ont touchés.
    A bientôt,
    W.

    • 🙂
      On se croise !
      Merci pour ton livre, il a l’air passionnant en effet.

      Ce livre d’Yves Prigent est, avec les accords toltèques, un livre sur lequel j’ai ri et pleuré et remercié…!
      Il a libéré mon désir, mon désir de Vivre, à la suite de ce livre, j’ai ouvert ce blog et tant de choses se sont « ouvertes » dans ma vie….!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s