Réapprendre à croire, en conscience

Apprendre à croire, je souris à l’idée d’aborder ce sujet, quelle drôle d’idée n’est-ce pas ?

Ici, je m’adresserai en particulier aux rationalistes qui comme moi (si si, je suis hyper rationaliste, j’ai un mental qui tourne à 1000 à l’heure qui commence tout juste à être bien élevé ;)), cherchent LA vérité, se méfient de toutes croyances, ne se sentent pas à l’aise dans la religion ou même dans toute autre communauté spirituelle ; ce qui aboutit parfois à un sentiment profond de solitude et empêche l’accès à la spiritualité que nous réclame pourtant notre cœur.

Je m’adresse à ceux qui, empreints de liberté, tellement fâchés de tout ce qu’on a essayé de rentrer dans leur tête, parfois dans une telle souffrance, en viennent à juger les autres, juger une certaine forme de spiritualité, se méfier à outrance de toute pratique spirituelle.
Je crois qu’en particulier les français ont cette difficulté-là mais je crois aussi  que c’est un atout puissant par ailleurs (notre liberté, toujours !)… 🙂 Pour peu qu’on retourne cette difficulté à notre avantage.

Vous le savez pour ceux qui me lisent depuis longtemps, l’accès à la spiritualité – dans laquelle je nage comme un poisson dans l’eau aujourd’hui ! – ne s’est pas fait sans grandes difficultés.
J’ai lutté, beaucoup.
J’ai jugé, pardon à toi.

Après un long voyage au cœur de mon être, j’en suis venue à la conclusion que LA vérité que je cherchais est, pour moi elle ne se dit pas, elle se vit, se savoure, s’expérimente, au cœur de soi, en silence.
Après, bien sûr, en homme parlant et pensant que nous sommes, nous tentons, de parler de cette vérité, de la penser, surtout, nous voulons partager, échanger sur cette merveilleuse chose qu’on ressent et c’est tant mieux !
Combien de récits m’ont aidé, m’ont guidé vers ma vérité intérieure, je les remercie !
Les mots sont importants donc, forcément, ce n’est pas moi qui dirai le contraire. 🙂
Mais les mots demeurent en quelque sorte des symboles pour moi, ils tentent d’approcher la vérité donc mais ce ne sont que des suppositions (j’ai déjà développé un peu cette idée qui est issue de Les quatre accords toltèques, livre déterminant dans mon cheminement) sur ce qu’en définitive, nous ne savons pas : d’où venons-nous ? Qu’y-a-t-il après la mort ? Qu’est-ce que cette “énergie” invisible et tout autour de nous ? Existe-il un Dieu ?

J’aime cette idée de supposition, c’est même le socle, la base de ma spiritualité, de ma vie. Tout n’est que croyance, ceci est d’une importance capitale; dans cette vision des choses, je me sens libre, ouverte et tolérante à l’égard de l’autre.
Certains croient qu’il n’y a rien après la mort.
D’autres croient qu’il y a un paradis et un enfer.
Certains croient aux anges.

Je crois que beaucoup de gens dans la spiritualité ne sont pas dupes, contrairement à ce qu’on pourraient croire.
Et nous, qui cherchons notre vérité, nous artisans de lumière qui travaillons en conscience, qui travaillons sur nous-même, à nous connaître, à devenir heureux, à être libre, à être humain, à aider l’autre, nous travaillons sur nos croyances, nous nous en libérons peu à peu mais nous en aurons toujours !
Nous allons en créer des nouvelles (création de notre propre rêve de paradis, nous disent merveilleusement bien les toltèques) , en sachant, cette fois – et là est toute la différence – que ce ne sont que des croyances, à faire bouger à volonté au gré de nos envies, de nos expérimentations du bonheur, de nos propres découvertes !

Je précise cela car je crois qu’on peut se retrouver en quelque sorte “bloqué” dans cette apparente absence de croyance, il me semble qu’il y a une croyance très fortement ancrée en nous et pas simple à débusquer ici pour se libérer, encore, et pouvoir échanger avec un cercle agrandi de connaissances, ce qui nous permet de s’ouvrir, encore !
Des croyances et notre égo aussi entrent donc en jeu et retardent la création de notre nouveau rêve.
Pour certains d’entre-nous en quelque sorte, nous nous maintenons dans une position de supériorité de ne pas croire naïvement tout ce qui se dit, de n’adhérer à aucune théorie, de ne pas se sentir “comme eux”, se sentir différent et donc se sentir seul, sans personne pour nous comprendre, sans personne avec qui partager ce que l’on vit au niveau spirituel, l’impression de ne se retrouver dans aucun “courant”.
Il y a un peu de vérité dans ce sentiment mais surtout, beaucoup de vécu de souffrance (d’une humanité toute entière même !), beaucoup de peurs.
C’est vrai qu’il n’est pas facile de trouver un groupe ou des personnes avec qui échanger et partager sur la spiritualité, nos croyances sont tellement différentes !
Et, à juste titre, nous ne voulons pas nous enfermer dans de nouveaux dogmes, nous avons eu assez avec les religions.
C’est vrai aussi que culturellement, avec les histoires qu’on a entendues de sectes, on a peur.
Cette peur-là d’ailleurs est une énergie qui pourraient bien nous mener vers des personnes douteuses qui nous mèneraient loin de notre liberté chère à notre cœur.

Mais aujourd’hui, en ayant regardé nos peurs en face, en étant conscient que tout n’est que suppositions, nous pouvons nous ouvrir à cette autre vision que nous propose l’autre, ces mots qu’il a trouvé pour partager cette lumière que nous sentons, nous pouvons écouter sans remettre en cause nos propres croyances (mais peut-être les faire bouger, un petit peu, s’en inspirer, pour créer les nôtres !), sans remettre en cause notre vérité, celle-là intérieure, silencieuse.
Nous pouvons apprendre ce langage, ces mots que d’autres utilisent.

Peut-être même qu’en écoutant vraiment l’autre, on découvrira qu’au delà des mots, il y a cette chose commune, cette universalité, ce lien merveilleux, cet amour que nous portons tous dans notre cœur et quel bonheur de sentir ce lien sacré et de pouvoir enfin échanger !

Il est important de distinguer un scepticisme sain, garant de la liberté, de l’ouverture et de la tolérance, du scepticisme fermé, dictatorial, dogmatique.

Ne croyez-vous pas que nous nous coupions l’accès au bonheur, le bonheur immense de croire ?
Vous savez, cette naïveté des enfants, qui croient à l’impossible, aux fées, au prince charmant, à la magie, elle ne vous manque pas à vous ? Ou peut-être l’avez vous si fortement en vous depuis toujours, sans pouvoir, sans oser l’exprimer ?
N’aimerions-nous pas nous replonger dans tout cela, retrouver notre innocence ?

Je crois que c’est ce qu’il se passe quand on entre au cœur de soi, tout naturellement, renouer avec cette magie, renouer avec toutes nos croyances d’enfant, la seule différence en tant qu’adulte, c’est que nous sommes conscients, des adultes magiciens étant conscients de leurs croyances !

Je crois sincèrement qu’il y a une porte à ouvrir, la porte qui ouvre sur un monde merveilleux, un “paradis sur terre” nous disent les toltèques, cette étape-là, que je vis en ce moment, m’a fait prendre un virage à 90 degrés sur toutes mes souffrances passées.

Il y a clairement des croyances en moi qui me fermaient l’accès à tout un monde merveilleux alors que mes nouvelles croyances, je les veux ouvertes et permissives !
En tant qu’explorateur de l’humain, je me devais d’ouvrir toutes les portes, y compris celles que je maintenais le plus fermement bloquées.
L’exploration bien sûr à défoncé certaines portes, j’ai été obligée de constater, même si ma raison vacillait, que certaines choses me dépassaient, qu’il y a avait là un territoire immense et inconnu pour moi à découvrir.
Mais mais mais, j’avais beau voir des choses à priori “extraordinaires”, vivre des choses magnifiques, je voulais laisser la porte fermée, me retranchant derrière mon jugement, et mes peurs.

Cependant, j’avais évolué quand même, je commençais à prendre conscience de ces jugements et puis j’avais surmonté le plus important en m’initiant au reiki.
Il faut pouvoir surmonter notre peur, la peur française de rejeter toute chose extraordinaire, toute manifestation spirituelle.
Mais justement, et il me semble important de pointer cette difficulté du doigt, qui nous cause tant de souffrance dans notre cheminement, j’avais beau m’être initiée au reiki, tout ce que j’ai vécu (d’énormissime et fabulissime) a été par la suite passé au crible de la mitraillette colossale, dictatoriale et punitive de ma raison surpuissante.
J’ai pensé à tout, mes amis, j’avais de solides connaissances en matière de santé, d’effet placebo, de pouvoir de l’esprit, etc.
J’ai cherché à décrypter chacune de mes expériences en petite “scientifique” parfaite…
Jusqu’à ce que ma raison s’incline, disais-je, avec respect.
Et que mes croyances bougent, ouvrir des portes, encore.
L’expérience fait bouger nos croyances mais nos croyances aussi, à un moment donné, doivent bouger pour permettre à certaines expériences de se manifester.
Fin de la dictature, petite ouverture de la porte, monde merveilleux qui s’ouvre à moi.

Car lâcher cette croyance-là, enfermante, ouvrir cette porte sur la spiritualité, sur le “surnaturel” (qui en fait par la suite devient tout à fait naturel !) n’a pas que l’effet de vous plonger dans un monde féerique !
Cela finit admirablement bien votre guérison, c’est même essentiel à la guérison !
Quand je me suis autorisée à croire (mais pour de bon, pas juste lire de loin, m’intéresser un petit peu, etc.), à explorer la spiritualité, à lire, même des ouvrages totalement tabous pour moi auparavant (comme ceux de Doreen Virtue sur les anges par ex.), à tirer des cartes même, et quand j’ai pratiqué, au quotidien, j’ai pu enfin me reposer, oui, lâcher prise, enfin !

Je le répète, la raison a tendance à se poser en dictateur au détriment d’autres parties, toutes aussi importantes de ce que nous sommes !
Aujourd’hui, ma raison se délecte, avec ce qu’elle sait, de mes nouvelles croyances (mouvantes, toujours !), ma raison sait que la gratitude que je ressens, gratitude envers un principe plus “grand” dans lequel je crois, elle sait que celle-ci modifie mon cerveau, mon système immunitaire et me fait du bien.
Elle sait que si je crois que rien n’est impossible, si je crois en la magie, alors cela se matérialise car ma raison sait que le mental est puissant, les scientifiques ont étudié cela.
Ma raison sait que si je crois aux anges, si je fais appel à eux, alors, cela occasionne un lâcher prise automatique, salutaire !
Ma raison continue d’imaginer mille théories pour expliquer et comprendre, elle continue de faire des croisements, sans cesse, entre ce que j’ai appris, ce que j’ai lu, entre ce que je sais d’un point de vue scientifique, elle crée des ponts avec ma sensibilité, ensemble, nous créons, imaginons ce monde nouveau, mélange de savoir, de sensations et d’intuitions, je sais que c’est tout cela à la fois, aucune partie de moi n’exclut une autre, quelle richesse, quelle beauté dans l’être humain !

En tant qu’explorateur de l’humain je m’autorise aujourd’hui avec bonheur ces expériences quotidiennes de test de mes nouvelles capacités, la pratique de mes nouveaux rituels, associés à mes nouvelles croyances.
Ces tests et la pratique quotidienne sont plus que convaincants (hallucinants… !), mes nouvelles croyances me transportent dans un monde féerique, me rendent heureuse, elles me soignent, moi et mes proches, de tant de souffrances passées et nous sommes si heureux !
Alors non, je ne suis pas dupe, ma raison veille au grain, elle me dit que si ça me fait du bien, à moi et à ceux qui m’entourent, alors je continue d’explorer ce monde nouveau, en conscience et de le partager ! 🙂

Alors, pensez, si vous stagnez un peu, si vous sentez comme un manque, ou comme un appel, pensez à ouvrir vous aussi cette porte et venez ici me raconter comment vous vous l’avez vécu !

Publicités

5 réactions sur “Réapprendre à croire, en conscience

  1. le Monde Spirituel n’est pas féérique, il est réaliste, il Soigne, avec les mains, le cœur, l’esprit et l’Âme,

    un spy touche son fric, mais combien suivent des thérapies abusives,
    car la Société engendre des Doc’ accrochés à leur Système, comme les Religieux, ils nuisent….

    l’Altruisme fera Merveille et produit dans l’Accompagnement, la Renaissance de l’Esprit…
    Chacun fait la route qui lui est destinée, et doit se promouvoir d’un Mental, puis d’une Essence pour Persévérer sur la Voie …

    Bien souvent nous voyons des promesses, qui deviendront des détresses, car aucune Essence sur son Existentiel n’y est inscrite !!
    et tout capote, et la désillusion devient une prison…

    celui qui ne voit pas la Prouesse de Dieu dans l’Univers, n’a pas pris conscience du « Sacré » nécessaire pour sa Guérison,
    celui qui ne voit pas la Sincérité en Lui-même, ne pourra devenir Aveugle pour se laisser à la Confiance du Créateur..
    Il est ainsi que pour beaucoup suivent des lignes dites d’Ecrits, et n’apprennent rien de leurs Apprentissages,
    aucun Dogme, aucun Ecrit n’est utile, si on Sait Juste Suivre le Sentier de son Choix….

    pour cela, il faut une Conscience d’un Bien et d’un Mal, une Etape largement Supérieure, qui est de Naissance, mais Oubliée par la Banalisation, et Inverse la Qualité,
    ce qui trouble l’Esprit et l’enfonce dans l’inconscience….
    aujourd’hui, la Foi sur l’Esprit est une Trajectoire, un mieux vivre, et si des Maitres en la Matière en ont payé fort de leur Vie,
    il faut voir les Autres s’allonger sur leurs lauriers d’argent et d’or, mais pourris de désespoir…
    l’Espoir est de se voir dans le Miroir,
    chaque situation, évènement, mot, visage, nous apprend sur nous-mêmes, et là commence le vrai Travail sur Soi,
    se remettre en question sur nos Folies, nos divergences, nos défauts,
    remettre à plat : la Conclusion, nos torts font nos raisons, et celles-ci nous offrent une Occasion d’être dans la compréhension de l’Autre…

    l’Equité de la Sagesse nous apprend que l’Ombre et la Lumière sont nécessaire à la Flamme de l’Âme…

    PS: pardon, de tagguer votre Page, le spontanée est ma spécialité avec l’Enoncé de la Spiritualité, et la Grâce de Dieu me permets de Témoigner.. Seule et sans « attache »… juste avec la main de l’Ange et l’@men merveilleux reçu de Dieu… …

  2. parler de ses croyances peut-être dur je crois qu’il faut éviter de dire si on croit ou pas l’autre peut très bien le prendre comme le prendre mal et cela peut engendrer des disputes, des moqueries, un fait tout simple quand j’étais au lycée, il y avait un aumônier qui venait et j’allais à ses rencontres on parlait de tout et de rien aussi puis il fallait retourner à la salle de permanence et dire à la pionne de où on venait et lorsque je le disais je voyais le regard des autres se moquer de moi

    • Bonjour Flipperine,

      oui, selon les personnes que j’ai en face, je ne vais pas parler de certaines croyances qu’elles ne comprendraient pas (et donc engendreraient des moqueries ou un certain malaise), j’en parle si je suis prête et si je sens que la personne en face est prête à les entendre.
      Mais le fait de bien avoir à l’esprit que ce sont des croyances évite bien des disputes quand même !
      Le fait aussi d’affronter nos peurs et nos doutes quant à nos croyances nous permet de prendre du recul par rapport au regard et au jugement des autres.
      A bientôt Flipperine et merci pour ton témoignage !

  3. Chère Elise, je venais ici pour te souhaiter une merveilleuse année 2015 !! Et je tombe sur cet article, qui me parle encore une fois beaucoup.. je pense que nous arrivons dans une période où il va être plus facile d’aborder ces sujets qui touchent à notre être profond. Ne l’as-tu pas déjà remarqué? J’ai fait l’expérience autour de moi.. il y a toujours quelques irréductibles qui se sentent comme menacés dès qu’on touche à leur hyper rationalisme (qui a du bon quelque part c’est vrai..) et il y en a pas mal qui mine de rien ont beaucoup évolué.. une curiosité est née en eux.. je ne sais pas quand, ni comment.. parfois cela vient d’un sentiment de manque, d’incomplétude.. ou justement de cette simple curiosité face à certain mystères de la vie. En tout cas j’observe qu’une brèche s’ouvre, et laisse place à plus de spiritualité. Cela me rend étrangement confiance en l’avenir. Mais comme tu le dis, c’est tout un chemin.. il ne faut pas avoir peur de tout remettre à question à tout moment.. tout est en perpétuel changement, renouvellement.. on a vite fait de s’enfermer dans de nouveaux dogmes, il y a des fois où j’ai beaucoup de mal à remettre en question, à nouveau.. alors je laisse le temps agir aussi. La vérité c’est aussi comme un sachet de thé, il faut lui laisser le temps de s’infuser calmement 😉
    Bref, tout ça pour dire bonne année à toi ! et à très bientôt !

    • Chère « essentielle »,

      pardon de répondre si tard alors que je brûlais de te répondre vite vite tant ton message m’a touchée, par sa douceur, sa bienveillance et sa générosité.
      Cette douceur féminine m’a enveloppée et mis du baume au cœur juste quand j’en ai eu besoin.
      Je voudrais te souhaiter à mon tour une merveilleuse année 2015, année de l’aboutissement il me semble de tout ce cheminement intérieur, qui va commencer à rejaillir à l’extérieur.
      Oui, je ressens les choses comme toi, moi aussi, je sens cette brèche, je sens cette ouverture tout autour et j’en suis si heureuse !
      J’aime cette image du sachet de thé qui infuse, lentement, doucement et développe tous ses arômes ! 🙂
      Au plaisir de partager encore avec toi douce essentielle,
      un grand, un énorme, un gigantesque MERCI,
      à bientôt,
      Elise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s