Le reiki, l’amour ! Partie 1

Je suis un être humain,

parfois j’ai peur,
parfois j’ai mal,
parfois je suis fatiguée,
j’ai des hauts, des bas,
parfois je brûle de passion,
parfois je suis remplie d’une grande énergie,
parfois je suis plongée au cœur d’une joie indescriptible.
Je suis consciente, chaque jour,
consciente du mouvement qui m’habite,
le mouvement de la vie.
Je suis un être humain.

Et toujours, toujours, il y a cette flamme inaltérable.
Cette lumière, ce cœur, mon cœur, à l’intérieur, à l’extérieur,
qui m’éclaire, me guide, me répare, me console,
me remplit d’amour, chaque jour plus depuis que j’ai appris à l’entretenir, à entrer à son contact, par le biais du reiki,
avec simplement mes mains, réceptacle sacré, posées sur moi, chaque jour.

Je suis un être humain, vulnérable, puissant, mouvant, relié, en amour.
Je suis heureuse.

Enfin j’écris ce texte prévu depuis si longtemps au sujet du reiki qui est devenu ma pratique spirituelle quotidienne.
La vie m’a mis à plusieurs reprises au contact “d’autre chose” : brusques ouvertures de conscience, expériences mystiques avec toutes les joies, les difficultés et les souffrances que cela peut occasionner.
J’ai toujours aussi ressenti beaucoup d’amour dans mon cœur.

Je ne crois pas qu’une ouverture de conscience se fasse forcément dans d’atroces douleurs (aux côtés d’une joie incommensurable !) mais je crois que c’est très souvent le cas pour l’instant.
Il me semble que cette souffrance, qui peut mener à la folie ou au suicide, demeure aujourd’hui parce qu’il y a un manque d’intégration de ces expériences “extraordinaires”.

Je crois que dans d’autres cas aussi il y a une grande énergie qui contient toute manifestation qui cherche pourtant à poindre et que l’on peut ressentir sans pouvoir mettre de mots, ce qui peut causer une grande fatigue, un grand désespoir ou des angoisses.
Je crois qu’il est important pour ceux qui sont amenés à vivre cela d’avoir un outil (le reiki en est un) pour canaliser cette incroyable énergie, pour intégrer, en conscience, toutes les parties de ce que nous sommes.

Ce que nous sommes, Êtres humains, est d’une beauté fulgurante, complexe et simple, paradoxale, évidente, passionnante !

A celui qui a la chance d’approcher cette incroyable, infinie (!) diversité de la nature humaine, à celui-là plus que tout autre il incombe d’apprendre à se maîtriser, à se connaître, à être patient et surtout, surtout, tolérant, aimant et confiant envers lui-même, envers chacune de ses manifestations d’être humain en vie.
Et aujourd’hui nous avons la chance de voir les outils se multiplier pour apprendre à nous connaître !

Ces outils sont là pour tous ceux qui, expériences mystiques ou pas, se sentent attirés pour une quelconque raison et qui auront ainsi la chance d’approcher la merveilleuse nature humaine et ses possibilités infinies !

Je fais une petite appartée ici qui a son importance avant de commencer.
Je rappelle que le reiki est un enseignement libre de toute doctrine, de toute religion ou de tout enseignement spirituel, je parle de celui que l’on m’a enseigné.
On rencontre dans les ateliers reiki des gens de tous horizons, de tous âges, hommes, femmes, médecins, infirmiers, boulangers, thérapeutes, informaticiens, employés de mairies, etc.
Des personnes de toutes confessions ou religions ou bien athées.
Des ados (et même les enfants peuvent être initiés au reiki, à partir d’environ 8/10 ans) comme des personnes âgées de 70 ans, je parle de ce que j’ai vu dans les ateliers auxquels je participe deux fois par mois.

La simplicité

Le reiki que l’on m’a transmis est le reiki Usui.
Je précise cela parce que les branches sont diverses aujourd’hui mais toutes ont la même origine : Mikao Usui.

Je vais reprendre, pour commencer, la définition que nous a rapportée Odile Dahan (mon maître reiki), transmise par Hyakuten Inamoto :

“Tu lèves les mains au ciel, tu les poses, et tu souris…..”

Voilà vraiment l’essence du reiki, c’est aussi simple que ça.
Je crois que dans cette simplicité réside toute la puissance du reiki.
Je me suis longtemps interrogée sur la spécificité du reiki, notamment :

  • différences par rapport au magnétisme,
  • différences par rapport à la méditation,
  • est-ce que si quelqu’un pose les mains sur lui, exactement comme indiqué dans le reiki, sans s’initier, les effets seront différents de celui qui a été initié ?
  • Différences avec d’autres disciplines dites “énergétiques” comme le yoga, le Qi gong, etc., dont j’ai observé des effets très proches.
  • Différences avec d’autres disciplines/outils pour entrer au cœur de soi et reprendre possession de toutes nos capacités comme la pleine conscience par exemple.

D’autant que je suis persuadée que tout outil est intéressant et qu’il convient de trouver celui qui nous parle.
Mais alors… quelle spécificité du reiki par rapport à tout outil que l’on peut trouver en grand nombre aujourd’hui pour prendre soin de soi et “faire circuler l’énergie”?

Un outil sacré

En avançant avec le reiki, en poursuivant mon cheminement avec cet outil magnifique depuis un an et demi, en l’expérimentant de manière assez intensive chaque jour, je puis témoigner de la puissance de cet outil, de sa spécificité, de son caractère unique, sacré.
Je ressens aujourd’hui un amour, une gratitude immense pour cet enseignement, pour son initiateur : Mikao Usui.
Pas de cet amour qui vous enferme, qui vous attache mais de cet amour qui prend corps en vous dans chacune de vos cellules, qui vous porte, vous élève, qui vous mène, loin, loin, vers tous les horizons, sans plus aucune barrière, sans plus aucune frontière !

Pour moi le reiki est Amour, oui, c’est avec l’amour que je “travaille” chaque jour.

La facilité, le lâcher prise

Pratiquer le reiki chaque jour, c’est prendre soin de Soi dans sa totalité.
Ici, on ne prend pas soin en particulier du corps, de l’âme ou du mental, c’est une appréhension globale de l’être qui se fait tout naturellement au contact des mains, ce réceptacle sacré, disais-je.
Les mains, vos mains, regardez-les, voyez comme elles sont sensibles, capables de détecter la moindre gouttelette d’eau, la moindre fluctuation de chaleur, ces mains, vos mains qui se tendent vers l’autre, afin de lui donner, qui se tendent vers l’autre afin de recevoir, ces mains qui portent l’enfant, ces mains qui caressent, modulent à l’infini le toucher, doux ou appuyé, ces mains, vos mains, reliées au divin !

Pour une fois dans un enseignement, on ne vous dit pas de faire comme ci ou comme ça, on ne vous exhorte pas à ne plus penser ou à vider votre esprit ou pire, à vous concentrer, ici vous êtes invité tout naturellement et en douceur, à lâcher prise, pas parce qu’on vous le dit (rien de pire pour obtenir l’effet inverse que l’injonction : “vous devez lâcher prise”… :D) mais parce qu’on vous dit simplement de poser les mains et de laisser passer l’énergie de l’univers, en toute neutralité.
Et poser les mains, automatiquement, sans “travail”, c’est-à-dire sans forcer, est un lâcher prise.

Lâcher prise n’est pas une attitude de relâchement, de résignation, c’est tout le contraire, C’est se tenir, détendu, les mains ouvertes, tournées vers le ciel et savourer, accueillir ce qui s’y dépose alors, contre toute attente…

Je crois, pour avoir longuement observé mes pensées qu’un enseignement qui ne préconise rien et qui propose, en toute simplicité simplement un geste, est un grand, un précieux enseignement pour l’humain d’aujourd’hui, habitué à fonctionner en terme de performance, habitué à tout résoudre par le mental, habitué à tout résoudre par lui-même.
Nous avons tant appris, tant ingurgité…!
Quel soulagement que de se voir proposer un enseignement simple, axé avant tout sur l’expérience, de mettre un peu sa tête au repos.

En effet, l’enseignement est  très court en reiki, il se fait sur un week-end (très très dense, comme on ne peut se l’imaginer avant de l’avoir vécu…!) pour le premier degré, l’essentiel se faisant chez soi (et lors des ateliers de pratique proposés par la suite), en soin quotidien de 15 minutes sur soi et tout le reste de notre vie, en l’expérimentant !

J’ai eu beaucoup de mal – et je parle ici en mon nom bien sûr ! – avec d’autres enseignements qui pourtant me parlaient beaucoup (et que j’ai beaucoup pratiqué) comme le yoga ou la pratique de la pleine conscience, de la méditation.
Déjà il me manquait cette autonomie qui m’est si chère de pouvoir prendre soin de moi seule en toutes circonstances, avec mes mains qui ne me quitteront jamais, contrairement à certaines disciplines.
Mais surtout il y a des voix bien installées en moi, des bourreaux qui jugent en permanence ce que je fais, si je le fais bien ou mal.
Ces voix qui, tout à fait insidieusement, reprennent mon besoin d’être moi-même, d’être heureuse, d’être pleinement humain, au service de la performance.
Alors bien sûr, avec la pratique, en observant chaque jour mes pensées, j’ai appris à prendre du recul sur ces voix, je pratique d’ailleurs souvent la pleine conscience, mais à certains moments, j’ai juste envie de me reposer, de m’étendre et de me laisser guider.
Le vélo tourne alors dans ma tête et au plus j’essaie de “forcer”, d’observer en toute neutralité, au plus le vélo tourne et devient même agressif, la volonté de conscience se transformant en volonté de toute puissance et de performance…
Et bien dans ces moments, hhhuuuuummm, dans ces moments et bien je puis m’étendre en douceur, en légèreté, sans me soucier de si je pense bien ou pas, si je suis consciente ou pas, je puis juste poser les mains sur moi et laisser couler cette merveilleuse énergie, un courant qui, je le sens aujourd’hui, vient de loin, vient de tous ces hommes, ces femmes, qui ont cheminé avant moi, qui ont galéré, avant moi, qui ont résisté, défriché des terres inconnues et déterré, pas à pas, cet amour puissant qui m’est offert aujourd’hui, grâce à eux, simplement, sans travailler, sans forcer, juste en posant les mains sur moi, allongée, dans le plus grand des conforts.

Nous détenons le plus grand des pouvoir en notre centre, oui ; la majorité de ce pouvoir se manifeste quand nous apprenons à faire confiance, à lâcher prise, dans cette position de mains ouvertes au ciel, qui reçoivent alors le don divin, universel, celui qui est dans le cœur de tous les hommes.

Le Reiki, l’amour, partie 2

J’en profite ici pour informer ceux qui seraient intéressés par le reiki, qui voudraient en savoir plus, qui voudraient recevoir un soin gratuit ou simplement me rencontrer ou rencontrer Odile Dahan et d’autres praticiens reiki, que nous serons au salon Japan expo à Marseille les 6, 7 et 8 mars 2015. (seulement les 7 et 8 mars pour moi).

Je vous invite aussi à venir commenter, réagir, partager votre expérience ici, ça me fait super plaisir !!

Je vous rappelle également mon mail : voyageaucoeurdelhumain@gmail.com

A bientôt !! 🙂

Publicités

9 réactions sur “Le reiki, l’amour ! Partie 1

    • Oh merci beaucoup Flipperine !!! :-))))
      En plus, tu es du coin il me semble, tu pourrais passer me voir à la Japan expo, ça me ferait très très plaisir !

  1. Cest vrai, le moment que jai lu, cetais comme si les paroles etaient pour moi, mes yeux etaient umides de contentement. Aujoudhui jai vu le soleil orange le matin et devant lui il y avait la lune ronde, belle, ils etaient amoureux, jen suis sur 🙂 apres, jai lu ce texte, tant de inpiration wow…

    • Oh wow… Moi aussi j’ai vu la lune ce matin, et une grande mouette qui volait majestueusement juste à côté, je les ai remerciées toutes les deux ! 🙂
      Quelle joie Aline à la lecture de tes mots…! Inspirer, toucher le cœur de l’Homme voilà le sens de mes mots.
      MERCI

  2. Ah Elise, j’aime les mouettes 🙂 Avec la lune c’est une vision spetaculaire 🙂 J’aime ton chemin, ta vocation pour montrer la puissance du amour. Merci de ton existence. 🙂

    • Je suis très très touchée par tes mots…
      Je vois que tu as beaucoup d’amour en toi, toi aussi et que tu le partages avec beaucoup d’aisance,
      MERCI MERCI MERCI ❤

  3. Je te sens et comprends 🙂
    Jai sens dans ce moment une urgence de rester dans l’Amour, comment un soldat attentif que doit faire son travail en plein conscience et apprendre beaucoup encore sur energie
    Tres bonne journee Elise 🙂
    bisous, il faut qu’on se voit sur skype
    Aline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s