Une histoire d’amour

Cet article a été inspiré et écrit dans le cadre du Festival à la croisée des blogs du mois de mars. Ce festival est l’occasion de s’exprimer, ensemble (blogueurs ou non peuvent envoyer leur article, vous trouverez toutes les infos sur le site Réussir ses relations) sur un sujet donné chaque mois, il est organisé par le site Développement personnel.
Le sujet ce mois-ci, proposé par Sandrino est : histoire de relations, si ça vous inspire, foncez !
Quant à moi, j’ai choisi de parler de l’homme de ma vie, l’occasion de partager avec vous mon histoire d’amour, merci Sandrino ! 🙂

L’histoire que je vais vous conter est une histoire d’amour, de cet amour qui vous élève, qui vous emmène, loin, loin, en ces lieux que même dans vos rêves les plus fous, vous n’auriez jamais pu imaginer.
C’est une histoire d’amour à deux, histoire d’une rencontre, histoire d’un cocon, histoire d’une libération, histoire d’une révélation.

Cette histoire remonte à 18 ans, ces deux-là s’étaient trouvés très jeunes, deux jeunes purs, beaux, innocents, marqués par le sang, aussi.
Ils s’étaient promis de se protéger pour la vie, promis de ne jamais se séparer ; au fond de leur cœur, ils avaient senti, depuis leur prime innocence, insouciante et inconsciente, que leur amour avait quelque chose d’unique, de profondément sacré.

Alors deux jeunes adolescents, ils ne se quittaient jamais se donnant des baisers mouillés et sucrés à la vue de tous, en tous lieux, dans le bus, sur la plage, devant même leurs parents ; cet amour-là, fougueux, ils ne pouvaient le réprimer, ils ne pouvaient même le dompter ou le contrôler, c’était beau, c’était magique.
Et chaque soir, alors qu’ils devaient se quitter, leurs cœurs se serraient en une attente, un manque ardent de l’autre, dont ils ne savaient pas, chaque fois, s’ils en sortiraient vivant.
C’est qu’ils approchaient la lune, peau contre peau, le soleil, la mer, la terre, ils approchaient le Tout, ce tout sur lequel nul ne peut mettre de mots, dans la rencontre de leurs sucs, de leurs langues ; dans le contact de l’autre ils découvraient alors ce qu’était le paradis, le paradis sur terre, dans l’union de leurs corps, dans l’union de leurs cœurs.
Ils sentaient alors qu’ils détenaient là le plus grand pouvoir, dans leur amour, dans leur union.

Les années passaient et leur amour étaient toujours aussi fort, ils avaient tissé de leur cœur un cocon doux et protecteur, réparateur.
Ensemble, tout était toujours possible, la moindre séparation impossible, malgré tout ce qu’ils pouvaient entendre autour : “l’amour ne dure pas toujours”, “c’est parce qu’ils sont jeunes”, “un homme a des besoins qu’il ne peut réprimer”, “une femme se lasse”, “la passion s’amoindrit”.
Malgré aussi tout ce qu’ils avaient vu de leurs yeux, elle, auprès de sa mère, au travers de ses témoignages et de son vécu sur les travers de l’homme qui se perd dans la prostitution, la drogue, l’alcool et la violence.

Leur monde à eux, qu’ils s’étaient construit, certaines fois au cœur du chaos extérieur, était pur, il était Amour, divine protection, divine vision !
Ils continuaient de croire, ensemble, ils continuaient à vivre leur amour intensément.
Mais le doute était là, la peur aussi, si les autres avaient raison ?
Le moment aussi était venu pour eux de créer de belles ouvertures dans leur cocon.
Une lumière éclatante était alors venue se déposer sur chaque petite parcelle de leur amour, le révélant au grand jour, à la vue de tous, sans protection aussi.

Le moment était venu alors pour elle, pour eux, de sortir de l’inconscience, envie de liberté, envie de se trouver.

Elle avait alors était envahie par le doute, la peur.
L’envie de tout faire valser, de chercher cette liberté, ailleurs, de sortir, de s’enfuir, de vivre libre !
Était-il seulement possible de se trouver dans une relation si forte, enfermante ?
Était-il possible de se sentir libre, de vivre libre dans un couple aussi soudé ?
De si nombreuses années, à vivre ensemble, sans jamais se quitter, où était-elle ?
Quel était le sens de la fidélité ?

Je suis là, c’est moi la fille de l’histoire ; je prends le relais ici, pour te raconter, laisse-moi te dire que je me suis trouvée, oh, oui… avec lui !!!

Je suis alors en éveil, en réveil, en réaction, à tout, absolument tout, tout ce que j’ai construit, tout ce en quoi j’ai cru jusqu’ici, envie de tout faire valser, envie de m’éloigner.
A ce moment, nous avons eu un enfant, il est encore tout petit, et je suis avec l’homme de ma vie depuis 15 ans, pour la première fois j’envisage de le quitter, d’en trouver un autre et, pire, je ne ressens plus rien pour lui.
Je me surprends à rêver de tout quitter, partir très loin, voyager, vivre ivre, libre !
J’ai toujours été passionnée ah ça oui ! J’ai toujours suivi mon cœur, que me disait-il aujourd’hui ?

Je n’étais plus sûre alors de ce qu’était mon cœur…

Était-ce ce battement de cœur que je sentais quand je voyais mon homme avant ?
Était-ce cette sensation de plaisir intense que j’éprouvais à être auprès de lui ?
Était-ce ce désir ardent que j’éprouvais quand je voyais son corps, quand ses mains me caressaient ?
Car à ce moment, je ne ressens plus rien de tout cela.
C’est le vide, la traversée du désert.
Je ne sais plus rien en fait.
Tout, absolument tout est remis en question.

Je me demande que faire, j’échange bien sûr avec lui, nous sommes très très proches, nous avons toujours tout partagé, je lui confie absolument tout, mes doutes, mes peurs, mes nouvelles envies : le quitter, tout faire valser.
C’est tout son monde à lui qui s’écroule maintenant, toutes ses certitudes qui valsent.
Ensemble nous pleurons, nous crions, nous hurlons tels des loups à la mort, des loups arrachés à leur meute sacrée, notre meute, nous deux, nous trois avec notre fils, que faire ? Que faire ?

Nous sommes tous les deux à terre, physiquement, psychiquement, inondés de larmes, accablés par la douleur, dans l’incertitude la plus profonde.
Les silences se multiplient, les discussions aussi.
Silences sacrés, parole sacrées.

 * * *

Je me demande alors : est-ce purement de la raison si j’essaie coûte que coûte de sauver mon couple ?
Vais-je devenir raisonnable, rangée, obéissante à la morale ?
Décider de me battre pour notre amour est-il raison, amour ou folie ?
Où est mon cœur ici, où est-il ?
Il me semble alors qu’il me souffle de patienter, de tout tenter, oui, de me battre pour mon amour, alors même que je ne ressens plus rien, ce ressenti pourtant ayant été jusque-là le moteur même de mon existence !
Est-il possible de vivre sans ce ressenti ?

Pendant de longs mois d’une traversée du désert terrible, je vais me retirer, m’isoler autant que je peux, je vais essayer de me trouver, de trouver cette chose qui m’a soudain été enlevée qui m’est pourtant si précieuse, essentielle, cet amour là, je vais le trouver en moi.

A ce moment je m’autorise à envisager toute issue comme étant possible.
Je recouvre alors, je découvre ma liberté, la mienne ; c’est moi ici, seule, qui vais décider, décider si je veux vivre libre, avoir plusieurs aventures, voyager seule, etc. ou décider de rester avec mon mari.

Je ne sais pas alors qu’il est possible de vivre libre en tout lieu et avec toute personne, je ne sais pas alors qu’il est possible de voyager en étant chez soi, je ne sais pas alors, que je m’apprête à vivre le plus grand voyage de ma vie.

Je commence donc à créer ce site que j’intitule Voyage au cœur de l’humain, je ne puis vous dire d’où m’est venu ce titre, je ne savais pas du tout alors ce qui m’attendait…!
J’avais appris, avant cette crise, en hypnose et en psychologie que l’être humain par nature est rebelle à tout ce qui lui est interdit et plus particulièrement moi.
Si on m’interdit quelque chose, j’ai envie de le faire.
C’est pour cela que j’ai décidé de ne rien m’interdire, de tout envisager.
C’est alors que dans cette liberté totale j’ai découvert mes propres règles, règles qui en fait n’étaient pas une morale – que je croyais “à la noix” – imposée, à laquelle j’étais rebelle par la nature, j’ai découvert que mes règles, celles qui venaient de moi, pouvaient faire mon bonheur, j’en avais besoin.

Ces règles se sont imposées à moi, allant fortement à l’encontre de certains de mes désirs : j’allais me centrer sur moi, je n’allais pas aller vers d’autres hommes, pour un temps, et quelque soit la souffrance ou l’envie de partir, j’allais essayer coûte que coûte de sauver cet amour, qui, ma raison me le rappelait, m’avait apporté tant de bonheur (et le mot est faible…!) par le passé et que j’avais construit durant 15 ans de ma vie.
Je ne désirais pas faire valser tout cela sur “un coup de tête”.
Je voulais comprendre l’humain, comprendre mon cœur, comprendre l’amour, aller au bout de moi-même, décrypter ce qui faisait de moi que j’étais moi, ici l’occasion était propice à cette quête.
J’ai fait des paris fous aussi, celui de voir, de mes yeux, avec mon cœur, qu’il était possible que ce “je ne ressens plus rien” évolue, soit mouvant, puisse donc revenir comme il s’en était allé.
C’était un sacré défi !
Ce défi était sacré.

Et… Je ne suis pas seule…!
Il est là, lui, mon prince, mon ami, mon amant, mon protecteur, mon amour !

Cette crise existentielle, je la vis seule, je la vis avec lui, il la vit, nous la vivons ensemble.
Et alors qu’à certains moments, la force me manque, je n’y crois plus, je désespère, lui se révèle, il me révèle son amour, il me révèle petit à petit son cœur, ces instants-là sont magiques, sacrés.
Je découvre, petit à petit, jour après jour, mois après mois, année après année (ce sont là bien 3 ans de crise que nous avons vécu) l’Amour inconditionnel, celui, dans mon cœur, celui, dans son cœur, celui, sacré, que nous partageons, ensemble.
Cette tempête que nous traversons, seuls, ensemble, révèle par moments des arcs-en ciel insoupçonnés, de ces moments où le temps est suspendu, de ces moments où la joie profonde qui vous traverse n’a rien à voir avec aucune joie connu auparavant, dans ces moments nous pleurons, enlacés.
Ces arcs-en-ciel, ces moments suspendus sont notre nourriture, la souffrance intolérable du début devient de plus en plus douce, tenir encore, y croire, encore, patienter devient de plus en plus aisé, la douleur, même, laisse place à une curiosité et une joie grandissante de ce qui s’offre à nous !

Et nous sommes deux, oui, oui, c’est ce deux, ce 1+1 = 3 qui nous révèle l’Amour, l’amour le plus pur, l’amour le plus beau qu’il m’ait été donné de vivre !
Cet amour est une bénédiction, oui, je remercie chaque jour le ciel.

Nous sommes deux donc, à présent bien conscients que nous sommes engagés dans un voyage au cœur de nous-même et que nous avons besoin de l’autre, à certains moments pour percer nos secrets et nos mystères, pour tenir dans ce “je ne sais pas” grandissant, pour faire naître la foi.
Oui, cette Foi qui aujourd’hui nous habite.
Dans ces moments de tempête indicible où je hurle à terre, où je souffre, lui m’ouvre son cœur, dans une écoute dont je n’aurais jamais soupçonné l’existence !
Il me connait si bien, parfois même mieux que moi-même !
Il aime, oui, il aime inconditionnellement chacune de mes manifestations d’être humain en vie, son amour bienveillant me renvoie à cet amour que je porte aussi dans mon cœur, il me rappelle, toujours, même en ces instants où je me déteste que ça aussi, c’est beau.
L’amour qu’il porte dans son cœur est l’amour que je porte dans mon cœur.

Je commence alors à nouveau à ressentir, oui, ressentir quelque chose pour lui.
Ce ressenti-là n’a plus rien à voir avec tout ce que j’ai pu ressentir auparavant.
Ce “quelque chose” étreint tout mon être, ce n’est plus simplement un ressenti (aussi fort puisse-t-il être !), c’est de l’Amour !
Quelle chance de me réveiller auprès de lui chaque jour, j’en remercie le ciel chaque nouveau jour où il m’est permis de l’enlacer, de voir son sourire.
Nous sommes différents et nous sommes les mêmes. Notre amour, sacré.

Notre foi est née, foi en nous, foi en l’humain, foi dans l’amour tout autour et c’est parce que nous sommes ensemble que nous pouvons partager cet amour.

Aujourd’hui j’ai découvert ma liberté, au sein de mon couple, épaulée par mon homme qui m’a toujours permis de manifester cette liberté.
Ma liberté ne se situe pas dans le fait d’aller voir ailleurs, j’ai fait le vœu, pour moi sacré, de fidélité, au cœur de mon voyage intérieur, pas parce que c’est bien, pas parce que la religion le dit mais parce que c’est ce que je désire, au plus profond de mon cœur.
Je suis sa femme, il est mon homme et ce pour le restant de nos jours.

Ma liberté se situe bien au delà, c’est une liberté intérieure, si difficile à décrire.

Après avoir vécu quasi exclusivement l’amour en couple, je le savoure avec mon enfant, avec ma famille et avec tous mes amis et ces nouvelles rencontres que je fais ici, grâce au blog.
Je me nourris littéralement de cet amour, j’en ai besoin, c’est ainsi que je poursuis mon voyage, que je découvre des nouvelles parties de moi (chez l’autre !) insoupçonnées, que je fais grandir l’amour en moi et que je le partage, à nouveau, en ce cercle sacré et mouvant de la vie.

Nous avons le plus grand des amours en nous, oui ; c’est avec l’Autre qu’il manifeste toute sa grandeur, toute sa puissance !

MERCI à tous pour tout l’amour que je reçois chaque jour, merci à toi Stéphane.

Publicités

19 réactions sur “Une histoire d’amour

  1. Très joli Elise, merci pour cette partage d’une vie, de trois vies ensemble pour evoluer, tes angoisses, le soutien de ton mari et la decouverte que tu fais avec ton enfant et vice-versa.
    Bisous et encore merci pour etre 🙂
    Aline

    • Coucou Aline, merci d’être là, merci pour tes mots encourageants !
      Je te souhaite une belle soirée à toi ainsi qu’à ta petite famille :-), plein de bisous,

      Elise

  2. toutes les histoires d’amour connaissent ces moments de doute, d’insensibilité, cela ne veut pas dire que l’amour est mort…simplement c’est un passage dans le noir… il faut être patient , continuer à se parler, à se respecter et l’amour peut rejaillir, différent mais toujours aussi vrai..Et si vraiment l’on doit se séparer parce que nos chemins de vie divergent trop et que la vie ensemble devient une barrière, une prison..parce que la vie ensemble tue l’élan de vie…alors on peut se quitter en restant amis, en souvenir de tous les bons moments passés ensemble…bonne route Elise !

    • Bonsoir,

      ton commentaire avait été classé parmi les indésirables, je viens de m’en rendre compte, désolée !
      Je te souhaite une bonne route à toi aussi et te remercie chaudement d’être passée par ici laisser ce commentaire si juste !

  3. Bonjour Elise et merci pour cette magnifique histoire. Quand j’ai choisi le thème « histoires de relations », je pensais qu’il y aurait des histoires intéressantes mais j’ai sous estimé la sincérité et profondeur de ce qui pouvait être raconté. Merci encore pour ta participation 🙂

    • Oh mais merci à toi pour ce si gentil commentaire ! 🙂
      Ton thème ainsi que la manière dont tu l’as développé invitaient à la sincérité !
      Merci pour ces encouragements, vraiment.

  4. Bonjour Elise, je découvre ton blog et j’aime ta plume. Je trouve que c’est effectivement lorsqu’on est capable d’aimer l’autre inconditionnellement que l’on touche à ce qu’il y a de plus fort dans une relation. Le chemin pour y parvenir est souvent une reconquête de l’amour inconditionnel que nous avons pour nous-mêmes…

    • Bonsoir Fleur, je te remercie !!! 🙂

      J’ai parcouru moi aussi ton site avec intérêt, nous avons le même désir de se trouver soi-même ainsi qu’au sein du couple, même si nous n’utilisons pas les mêmes moyens.

      J’ai vu que tu avais posté un texte sur le sujet mais le lien ne fonctionne pas.
      Et j’ai vu aussi que tu avais parcouru 1600 km à pieds…! Je suis épatée franchement ! 😀 (quand je te disais que les moyens étaient différents !!! ;))

      A bientôt Fleur (j’aime bien ton prénom !),
      Elise

  5. Magnifique histoire d’amour Amour. 💕
    Quel courage vous avez eu tous les deux. C’est un beau témoignage rempli de sincérité.

    Devant des situations difficiles, face à un choix terrible ! Il faut prendre une décision : rester ou partir, et la réponse est en nous.

    On a le premier choix : de se dire que ça sera mieux si on part et de se gonfler de courage pour rebondir.

    Ou faire le choix de la Foi en Soi et savoir que le courage est de rester et d’aimer !!!

    Dans le premier cas, je pense qu’on aura à nouveau une situation identique qui se présentera pour apprendre quelque chose…Comme l’intention d’aimer.

    Je te souhaite une belle soirée
    Et merci pour ce partage

    • 🙂 Mmmm c’est pas dit pour l’histoire de la situation identique, je crois vraiment qu’il n’y a pas de règle et parfois il vaut mieux tout bonnement partir !! 😀 Ce qui ne veut pas dire que la relation ne nous aura rien appris, se quitter pour moi n’est pas synonyme d’un échec ou d’un truc à comprendre qu’on n’aurait pas compris, il y a une infinité d’expériences possibles !!! Imagine, tu peux aussi finir par apprendre quelque chose en quittant quelqu’un par exemple qui te malmenait, ce moment où tu comprends que tu ne mérites pas d’être traité comme ça.
      Du courage oui, peut-être, pour ancrer une évidence pour Moi et pour Lui, pour Nous. C’est un subtil mélange de destin et de choix, comme la vie !
      Merci pour tes mots, sublime soirée à Toi aussi !!

      • Oui. 🙏🙏🙏
        Je te suis sur cette idée.
        Toute expérience est riche d’enseignement. On apprend toujours en fonction du choix fait .
        Je ne sais qui a écrit cette phrase, mais ça me parle beaucoup aussi : « Il n’ y a pas de bon ou mauvais choix, il y a des choix qui amènent une situation…. »
        😊
        Merci pour ces échanges riches
        Belle journée 🌞
        Bisous 😙

      • Rrrrhro tous ces beaux smileys comme je les aime, hi hi hi MERCI TOUT PLEIN, belle journée à Toi aussi ❤ ❤ ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s