Le feu sacré, le côté obscur de la force

Note : aujourd’hui, j’accompagne les personnes, en mots et en soins énergétiques, et je forme à l’Art de la guérison. Pour plus de renseignements, pour trouver un espace d’accueil, de partage et d’entraide pour gérer vos difficultés d’humain sur la voie de l’évolution, je vous invite à vous rendre sur http://www.etrehumain.fr. à bientôt, peut-être « en vrai » 🙂

 Apprivoiser le feu sacré, en route vers la maîtrise du feu
 Le feu sacré, partie 1 : introduction, symptômes
 Le feu sacré, explications

Je suis déjà là pour la suite.
Vous parler de quelque chose de franchement moins cool mais qui pourtant, a son importance…
Ça fait des années que je me débats avec ce putain de côté obscur… Celui qui a montré le bout de son nez depuis le début de mon cheminement.
Moi, fille parfaitement équilibrée, sans aucune angoisse, jamais, vraiment !
Sans une once de problème (hem… sauf quand même mon corps pétri de douleurs… :D), je commence à me soigner, tout doucement et voilà que des sensations abominables prennent corps en moi, suscitant moult questionnements et une très grande culpabilité.
Le début du combat.

L’ombre et la lumière.
Mon corps lui, assez vite, ne me fera plus mal mais ce que je vais sentir alors…

Revenons à nos moutons.
Je disais que le feu sacré avait un rapport avec le lâcher prise et une acceptation totale de notre humanité, dans toutes ses dimensions.

La veille du retour de ma flamme, j’avais eu des énormes angoisses et ça faisait quelques jours qu’une petite voix me disait qu’il était temps pour moi d’apprendre à les accueillir.
En fait, ça fait des années que je le sais et que je le fais même, mais voyez-vous, il se passe un certain temps entre ce qu’on comprend mentalement et ce qu’on se met vraiment à incarner.
Et aussi, au début ça prend énormément d’énergie, comme tout ce qui est nouveau et après, ça devient de plus en plus facile.
Donc ce soir-là, j’essaye d’accueillir, avec une énorme énorme peur à la clé qui me criait “tabou tabou tabou, écarte-toi de ça, c’est malsain, ça va te faire du mal, attention attention, fuis, fais quelque chose, lis une prière, n’importe quoi !!!” mais surtout une sensation de nausée, de malaise intense accompagnait cela; sensation que je connais bien en fait en soin, sur moi-même ou sur quelqu’un d’autre, ça m’arrive souvent de ressentir des trucs énormes, pas cools du tout, et parfois même une nausée qui monte qui monte avant de ppfffffff disparaître, souvent le corps réagit à ce moment là.

Et aussi, une autre voix, tranquillou qui me soufflait : “il est temps, tu peux le faire, tu l’a déjà fait, ça fait partie de ce que tu es et de ce que tu as à faire”.
Ouais, je sais, ça a l’air évident comme ça mais je peux vous dire qu’au coeur de l’angoisse, ça l’est pas. Vous vous dites juste : “quelle est la voix juste putain de merde…!!!!!!!??”
Parce que cette sensation – que ceux qui ont vécu l’angoisse connaissent bien – viscérale, ancestrale, monumentale qui vous prend à la gorge et vous plonge dans la terreur est indescriptible, la mort, à ce moment-là serait souhaitable, je vous le dis franchement.

Et pourtant… On ne meurt pas, on ne veut pas mourir. Ça aussi c’est franchement pas cool…
Ben oui parce que, on a bossé en amont, à ce moment on a compris que la vie ne s’arrêtait pas sur terre, qu’on était responsable de soi-même, qu’on avait un grand pouvoir, qu’on était sur terre pour apprendre, pour évoluer, pas pour se tuer.
Alors ça aide, déjà à pas se précipiter sur n’importe quel moyen de se tuer.

Et après…???!!!
Chaque fois je me dis mais pourquoi ???
Qu’est ce que j’ai à comprendre ?
Qu’est ce que j’ai à apprendre….!!!!?? Putain de bordel de merde!!!!
Rrrrahhhhhhhhhha !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Et chaque fois je suis tombée dans ce piège, cette croyance profondément ancrée en moi : je me trompe, j’ai pas compris, je suis pas prête, je suis pas stable. (bon en même temps, quelque part, c’est vrai que j’avais pas trop compris :D).
Je vous passe les moments d’illumination sur mon chemin, qui m’ont fait sentir dans tout mon être que tout, vraiment tout, était parfait.

Donc chaque fois après ces crises d’angoisse : on oublie, c’est fini, ça se reproduira plus.
Sauf que…. Encore et encore, de plus en plus souvent, comme une apogée de l‘ombre jamais atteinte auparavant, surtout ces derniers temps, les angoisses sont revenues, la sensation terrible, ma plus grande peur, elle encore.

« Putain mais elle va jamais me lâcher…??!! »

Bon, pardonnez toutes ces digressions et cette manière un peu brute d’écriture, c’est qu’elle m’éclaire quand je la libère ainsi (et puis, j’ai bon espoir qu’elle éclaire d’autres qui seraient dans le même chemin que moi ;)), après je reviendrai plus apaisée et plus structurée. 🙂

Donc la veille, je parviens à accueillir l’angoisse dans un lâcher prise auquel je m’entraîne depuis tant de temps…!
…… Je perçois alors une lumière d’une intensité remarquable qui s’étend en mon sein et me dilate. Expérience fabuleuse.
S’ensuit un bien-être, une détente magnifique, je rigole avec mes hommes et le matin, le feu sacré revient.

***

Lendemain du feu sacré

Sensation que je connais bien : je me sens mal, je me sens angoissée, je me sens vidée, privée de ce cadeau qui m’est offert, certes, de plus en plus fréquemment.
A ce stade, si proche de ce quelque chose que je sens qui bloque encore sans savoir ce que ça peut être, le manque est pire encore, le vide plus terrible.
A côtoyer la lumière d’aussi prêt et de plus en plus fréquemment, je peux vous dire que le choc est violent.

Bon, c’est pas comme si j’avais pas connu ce genre d’épisode genre un million de fois.
Vais-je me ruer dans la rumination retour en arrière “qu’est ce que j’ai mal fait ? Qu’est ce que j’ai pas compris..???!!!!” ?
Non, pas cette fois.
Ni même dans ce scénario dont j’ai fait le tour à peu près mille fois :
C’est l’après feu, tu t’es enflammée, t’aurais pas dû, voilà, punie !”

A nouveau, je pose mes mains sur moi, et bien sûr, l’angoisse augmente alors.
“Merde merde ce putain de Reiki ne me fait pas du bien ggrrrrrrrrrr”
Je tiens bon, réitère l’expérience de l’avant veille, j’accueille ce gros truc que je sens coincé là dans mon ventre qui se serre, dieu quelle énergie mise dans cette action…!
Je l‘accueille avec amour.

Ouais alors ça a l’air simple comme ça mais c’est juste quelque chose qu’on n’a pas du tout, même jamais appris. C’est même l’exact inverse qu’on nous a appris, c’est :
“Non, tu pleures pas, ça y eesssssst c’est finiiiii. Arrête maintenant.
– Mais non putain c’est pas fini, laisse-moi m’arrêter, prends soin de moi espèce d’humain déshumanisé !”
Heu pardon, je m’emporte…

Et là, je reçois ce message :

« A toi, l’humain, guérisseur.
Cette fonction s’ouvre massivement chez beaucoup d’humains actuellement car c’est le moment.
De ce fait tu côtoies le mal, cela fait partie de ton évolution et de ta fonction, choisie avant de t’incarner.
Tu dois désormais te libérer de la culpabilité et du jugement à l’égard de ce mal que tu côtoies par le biais même de ta fonction.
Tu transformes ce mal en bien à chaque instant et tu en es inconscient !
Et lorsque ce mal te ronge, que tu ne sais plus qu’en faire, tu te juges, cela doit cesser !
Tu apprends à transformer ce mal, parfois cela t’est facile, d’autres fois plus difficile, accepte cela !
Cesse de te blâmer !
Le positiver n’est pas un but en soi, c’est ton outil de transformation, il n’est pas le seul,
rappelle-toi de l’accueil, de tout, tout ce qui passe en toi, bien comme mal.
Retour à la source, élévation, guérison, voilà ta fonction.
Mouvement, accueil, compassion. »

Je ressens un soulagement. Je me sens emplie de gratitude et une petite joie fait irruption.
Soudain j’me dis, putain mais ça sert à rien ces mots, je me sens toujours aussi mal et je peux même pas en faire un texte et le publier, ça me fout trop la honte. Ce doute encore, aaaahhhhh, que je connais bien…

Le travail

J’essaye alors de travailler comme je l’ai toujours fait en pleine conscience.
Quelque chose monte, monte en moi, ô je connais bien ça…
Une rage, mêlée à un désespoir d’une intensité qui pourrait faire exploser tout autour.
J’essaie de canaliser cette rage à coup de respiration, mantras. C’est juste énorme de canaliser ce flux-là.
Je réalise que le travail ne se situe plus là. Je dois alors lâcher tout ça et accueillir.
Ouais mais putain, si je lâche ça explose quoi…!
Je me shoote à coup de fleurs de Bach (ouais je sais, c’est soft, j’ai toujours été raisonnable dans ce domaine :D), Rescue pour le côté ça va exploser et la peur, Pine pour ma culpabilité et Holly pour ma colère…
Je me centre, ce travail-là est quand même super utile et alors… Un petit mot est tombé par terre : partage.

Grrrrrrr Je le sais !!!! Mais il y a une peur à me livrer, parler de ce qui m’effraie, je voudrais juste m’en détourner, être seulement dans la lumière.

J’ai peur de faire vivre cette ombre.
J’ai peur d’accueillir mon humanité si longtemps bafouée et reniée.

Cette ombre est lumineuse….

Soudain me vient l’envie de partager ce conte pour illustrer ce propos si étrange à expliquer, je l’ai découvert il y a quelques mois, je l’ai lu et relu à haute voix, en pleurant à chaque fois.
Dieu que ça prend du temps pour ancrer ce que l’on sent depuis si longtemps…!
Voici un extrait de La Tarasque (une jeune fille rencontre la bête qui a semé la terreur sur une terre en commettant d’innombrables meurtres) :
Discours entre la bête et la fille (cliquer sur chaque image pour la voir en grand) :
Lisez-le, faites pas les flemmards, ce conte est trop trop beau…!

WP_20160304_002[1]WP_20160304_003[1]WP_20160304_005[1] WP_20160304_006[1]

Pour finir, j’ai apprivoisé ma peur et je me suis confiée, contre toutes les voix de ma raison, avec la voix de mon cœur.
A Stéphane, ma tendre moitié.
Merci mon Stéphane, à force, lui aussi a appris à accueillir, sans juger, sans chercher à me raisonner, juste être là, pour moi (et ne vous y trompez pas genre : « ooooh troooop de chance ! », on a sacrément galéré avant d’en arriver là, je peux vous l’affirmer alors tenez bon !).

L’Univers aujourd’hui a répondu à chacune de mes peurs exprimées hier, synchronicités hallucinantes, merveilleux clins d’œil de l’univers, c’est vraiment beau, merci.

Le cœur de l’Humain est d’une puissance phénoménale, il est pure lumière.

Cette lumière projette l’amour le plus pur et l‘ombre la plus terrible.

Une puissance inimaginable et une vulnérabilité totale.
Je crois que les deux se tempèrent et s’équilibrent.

Dévoiler, exprimer et incarner qui je suis est la chose la plus terrifiante et la plus difficile qu’il m’ait été donné de vivre.
Mais le train est lancé, désormais je ne peux plus l’arrêter. 🙂

 

Publicités

5 réactions sur “Le feu sacré, le côté obscur de la force

  1. Bonjour Élise,

    Eh bien en ce moment, je suis en pleine bataille entre mon énergie spirituelle et le côté obscur de la force.
    Je ne sais pas vers qui aller pour parler de ce que je vis en ce moment. Je pense que je suis en train de m’éveiller une nouvelle fois au monde énergétique mais cela me fait peur car ces énergies magnétiques sont puissantes sur moi… Et j’ai peur de repartir vers le haut…
    Je ne sais pas si ces énergies me veulent du bien ou du mal, en tout cas elles me provoquent de l’angoisse car je crains qu’elles envahissent mon mental. Je m’ancre donc au maximum et je fais tout que pour que ma conscience est le dessus.
    Mais j’ai besoin d’être rassurée (enfin j’espère !) par une personne avertie, qui connaît ce monde invisible et va pouvoir me conseiller. Veux-tu bien être cette personne ? Peux-tu me communiquer ton adresse e-mail pour que je te décrive les manifestations bizarres qui me font flipper ?
    Je ne peux pas les partager avec mon mari (trop cartésien), ni avec ma psy parce que là je repars direct à HP ! 😉

    Merci de ton soutien,
    Céline.

  2. Bonjour,
    Je te remercie sincèrement de ta franchise et d’avoir osé écrire tout cela. Oui je crois que tu ne dois pas avoir honte parce que je pense que l’on est plusieurs à pouvoir te comprendre. Pour ma part je ressens toutes ces choses en moi depuis peu de temps également, et j’ai du mal à y faire face. Egalement en couple, c’est évidemment un grand chemin qui nous attend. Bien sûr c’est difficile d’évoquer nos parts sombres, mais comme toi j’ai décidé d’être transparente sur mon blog, parce que ça doit être accepté, peu importe le jugement.
    Je suis très contente de te lire et de partager cela.
    Merci 😉

    • Bonjour Cheerly girl, merci beaucoup pour ce retour chaleureux et encourageant, ça me fait énormément de bien…!!!!
      MERCI :-)))))))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s