Sortir de la matrice

dandelion-758778_1920

Quoi de mieux que partager mon journal pour illustrer cette sortie de la matrice.
Mais avant petite précision concernant ce que je nomme désormais la Matrice : c’est un mot que j’ai choisi pour désigner le tissu informationnel présent sur terre. La Matrice est donc de l’information, une information avec laquelle nous résonnons, sur différentes fréquences et à différents degrés, par le biais de notre ego, composante essentielle de ce que nous sommes sur terre, alliée à notre autre partie que j’ai exploré ici dans ce blog, là où gît notre trésor, un trésor qui, seul, ne sert pas à grand chose. Vous le verrez, vous l’approcherez quand vous méditez, quand vous êtes amoureux, au contact de la nature ou lors d’une expérience mystique, voulue ou non.
Ce trésor, il ne suffit pas de le voir, de le savoir, de le connaitre, il s’agit de le dévoiler à l’autre, lui montrer, le partager, trouver les mots, ici, sur terre, avec notre ego, avec la matrice, pour le faire rayonner. C’est ainsi que nous modifions la matrice.

« La vie sur terre se fait dans la matrice – avec l’autre –
Nous sommes ici pour être des alchimistes qui résolvent la divine équation : 
moi – l’autre – la terre – l’univers
L’équation sublime est la foi »*
*extrait de mon livre en cours d’écriture 🙂

la-foi

Extrait journal de bord de mon voyage :
24.01.17 Foi – libération de la peur – sortie de la matrice

Aujourd’hui nous sommes le 25 mais je mets la date d’hier, trop importante sur mon chemin. il y en a eu tant des épisodes étranges, marquants, intenses, fous, à vous faire chavirer un navire à vous faire hurler de terreur, hurler de bonheur, de ce râle, ce mouvement, ce sentiment….. Voilà que je pleure.

Hier j’ai conversé avec “mes guides”, ouch, ça me fait bizarre de mettre ce mot, moi la mécréante, la non croyante, athée, agnostique sceptique. Je le suis toujours, d’un côté et je le sais qu’ils sont là, présents, autour de moi. Cette matrice fait qu’on ne peut totalement, encore, pour l’instant, les accepter, sur terre.
Cette matrice dont ils m’ont dit de me sortir, par la foi. Cette foi – la force – qui toujours m’a guidée, m’a portée, sans savoir ce qu’elle était ou qui elle était, au delà de toute croyance, au delà de tout, tout ce que je savais, me menant là où je ne savais pas mais que je savais pourtant être chez moi.
Il m’en aura fallu du temps pour accepter tout ça, mettre des mots sur tout ça, ancrer tout ça pour ne pas sombrer dans la folie, ou la mort. Ce savoir soulève tant de peurs, inscrites au couteau dans la matrice, menace suprême à qui oserait dévoiler le secret. Tu meurs si tu perces le secret, voilà ce qui est encodé dans la matrice quand tu approches le stade ultime de ce soi-disant secret qui ne doit pas être révélé ou découvert par l’homme, celui qui fait que l’on doute et qu’on se sent fier, dans le vrai de douter. Mais qui a dicté cette règle…? Celui qui doute toujours s’est-il déjà posé la question? Je ne me l’étais jamais posé, pour moi c’était une évidence, une assurance de ne pas me tromper, d’être dans le vrai si je doutais.
Ça fait bizarre, l’impression de sombrer dans la folie quand je suis dans cette totale connexion qu’ils m’invitent à incarner désormais.
Tout, tout me parle, la matière, la musique, les mots, le vent, le silence.
Ils me parlent désormais, tout le temps, par cet accès cette voie, cette communication ouverte par la foi, entre deux mondes, lien, pont sacré. Et je sais que ce n’est pas folie aujourd’hui. Je pense à ces pauvres fous qu’on enferme, eux qui commencent à percer le secret, si vites bernés, détournés par la peur, la peur, composant principal de cette matrice sur terre.

Hier donc, expérience fabuleuse, extraordinaire qui tend à devenir ordinaire, il serait temps après tout ce que j’ai vu, vécu au cours de ce beau et long voyage…! Et j’ai vu.
Oui, j’ai vu. Désormais je vois. J’ai levé ce voile collant, opaque qui m’empêchait de voir ce que je vois maintenant. J’ai tant pleuré, pas de crise de larmes mais de petites larmes, coulant lentement de ce mépris depuis si, si longtemps. La matrice, qui nous tient, là, jusque dans notre chair marquée par ses griffes, là dans le ventre, là dans la tête, ici, oui dans la nuque.
Voir. Le bien. Le mal. Discerner.
Voilà ce qu’il m’a été donné.
Comprendre, enfin.
Cette compréhension est douloureuse, elle est essentielle.

Elle est comme une nouvelle naissance qui ouvre sur un nouveau regard si différent de celui qu’on avait avant. Si différent. Ce nouveau regard, je l’avais préparé, je l’ai préparé depuis des années, en ancrage, en petit à petit pour ne pas sombrer dans la folie en voyant ce que j’ai vu, en comprenant ce que j’ai compris.
J’ai vacillé pourtant durant cette expérience de chirurgie profonde dans le subtil de mes corps, frissoné en retirant (avec l’aide de tout ce monde invisible encore à l’humain d’aujourd’hui) un à un les stigmates de la matrice dont je sentais l’impact, l’importance, l’attachement, dans chaque fibre de mon corps.

Sortir de la matrice tout en y demeurant, voilà ce que me proposent mes guides maintenant, par le biais de cet axe sacré, pont entre les deux mondes, que représente la Foi, cette foi que je cherche à décrire pour la transmettre, clé précieuse, essentielle.

Publicités

2 réflexions sur “Sortir de la matrice

    • Merci du fond du Coeur Audrey. J’ai beau avoir la foi, le doute est tout le temps présent! 😆 et tes mots viennent me nourrir, m’encourager dans ce moment délicat et somptueux de mon voyage 🌈✨

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s