Qui suis-je ?

2014.04.23Elise

Je m’appelle Elise Raguet, je viens d’avoir 34 ans, je suis mariée, en couple depuis 18 ans et j’ai un petit garçon de 4 ans et demi.
Je te dis cela car mon foyer, ma famille sont la base sacrée de mon cheminement, de ma Vie.
Je ne travaille pas pour le moment, j’ai cette chance d’avoir beaucoup de temps pour être, m’arrêter, méditer, pratiquer divers arts qui me permettent ce voyage fabuleux.

 Ce que j’appelle voyage est un intense retour sur moi-même, seule mais aidée par des outils et des personnes que j’ai rencontrés en cours de route et qui m’ont permis de faciliter l’accès en mon cœur.
Pour plus de détails sur les étapes de mon cheminement, fais un tour par ici : Lever le voile.

L’écriture a été à la base de ce voyage, j’ai commencé à ressentir le besoin d’écrire en même temps que mon voyage a débuté.
L’écriture a ce quelque chose de magique, une sorte d’anticipation de ce que l’on s’apprête à vivre mais qu’on n’ose pas encore être, dans sa vie ; je constate avec joie aujourd’hui qu’il se crée avec le temps un ajustement, une cohérence entre ce qu’on écrit et ce qu’on vit, ce qui n’était au départ que le début d’une intuition prend forme dans la réalité, c’est extraordinaire !

 Outre la lecture et l’écriture qui me sont venus très récemment donc, je suis passionnée depuis toujours de musique et j’ai appris un peu de guitare et de piano mais je joue surtout de la batterie.
J’adore aussi dessiner, faire des mandalas, créer des bijoux, enfin bref, tu l’auras compris, j’aime l’art sous toutes ses formes, il est pour moi le mode d’expression privilégié du cœur de l’humain et j’ai besoin de le pratiquer très régulièrement.

 Aux côtés d’une lourde et magnifique histoire familiale, j’ai eu beaucoup de douleurs physiques qui m’ont amenée au cheminement (qui m’a embarqué dans une grande douleur psychique aussi !) que tu découvres ici.
J’ai donc voyagé dans mon cœur, avec ses merveilles et ses difficultés et je les ai partagées ici.
Je poursuis bien sûr toujours ce voyage, disons que l’accès en est devenu beaucoup plus aisé aujourd’hui, surtout, la grande confusion, la grande peur, l’indicible souffrance ont laissé la place à une certaine maîtrise (une maîtrise sur laquelle je “travaille” désormais), une grande sérénité.

 Je peux dire aujourd’hui que ma foi et ma pratique spirituelle sont à la base de cette évolution positive.
Oh ne prends pas peur ici !
Nul dogmatisme ou enfermement, la foi dont je te parle ici est intérieure et je peine à trouver les mots pour t’expliquer cette foi, j’ai foi en ce quelque chose que je sens, ce quelque chose dans lequel je viens me ressourcer chaque jour mais sur lequel je me refuse à mettre des mots, c’est tout bonnement indescriptible et magnifique.

Je pense qu’il existe mille moyens de voyager dans son coeur, avec mille outils, tous aussi “bons” les uns que les autres, pourvus qu’ils permettent l’ouverture et la liberté d’être soi, pourvu que la personne qui les transmet le fasse au service de l’Humain, pourvu que ça se fasse dans le plaisir, dans la facilité et dans l’évidence.
Mon outil à moi et la base de ma pratique spirituelle est le reiki, je me le suis approprié en toute liberté avec l’intégration d’autres disciplines pratiquées avant, ainsi que de nombreuses lectures d’horizons variés dans lesquelles j’ai trouvé un lien : religions, Tradition, spiritualité, ésotérisme, psychologie humaniste, etc.

Alors que je me suis essayée à de nombreuses choses sans jamais parvenir à être “disciplinée”, rebelle de nature que je suis, j’ai trouvé dans le reiki cette évidence, ce naturel : pratiquer le reiki a été tout de suite pour moi comme me laver ou manger, un besoin, une évidence donc et dans le plus grand des plaisirs (ce qui est capital pour moi).
J’écrirai peut-être, sûrement un texte pour décrire plus en détails cette pratique (comme je la vis) sur laquelle vous trouverez beaucoup de choses, parfois discordantes – parfois effrayantes – reflet de notre grande diversité !
Pour faire très court, c’est une technique de soin par imposition des mains que l’on pratique avant tout sur soi (chaque jour pour moi) et sur les autres.

Cette pratique quotidienne d’une grande simplicité s’est inclue tout naturellement dans mon voyage, au moment où le besoin s’en était ressenti, avec des effets au delà de mes espérances!
Le reiki m’a permis de poursuivre, de renforcer ce lien avec ce quelque chose d’innommable  et de sacré que j’avais rencontré à plusieurs reprises dans ma vie : dans l’art, dans l’amour, au coeur de la souffrance aussi.

J’ai beaucoup lutté jusqu’à aujourd’hui et récemment l’acceptation de cette autre réalité qui s’intègre à merveille à mon quotidien m’a apporté une sérénité que j’ai toujours cru être possible et une stabilité qui fait du bien dans ce voyage qui secoue !

 Je crois que c’est ce que j’ai toujours cherché au fond : que je puisse provoquer cette rencontre, ce voyage en ce coeur, quand j’en avais besoin et en moi-même et non plus seulement de manière miraculeuse ou aléatoire, ou provoquée par une personne extérieure et surtout aujourd’hui sans crainte, ce lieu est une source à laquelle je viens puiser régulièrement et qui m’est d’une très grande aide dans ma vie.

 Aujourd’hui je prie, je médite, je pratique le reiki et je vis chaque petite action du quotidien en conscience, avec beaucoup de gratitude et je continue d’observer en conscience mes peurs, mes vieilles souffrances, mes enfermements tout en commençant à Vivre, pleinement, librement, dans une joie indicible que j’ai toujours crue possible, aux côtés de voix tout aussi puissantes qui me disaient que cela était une illusion.

Aujourd’hui pour moi l’illusion est de croire qu’on ne peut pas grand chose, de croire que la vie humaine est souffrance, de croire qu’on est seul ; c’est la souffrance qui est une illusion qui masque le profond bonheur inscrit en nous.

Je vis aussi la spiritualité au sein de mon foyer dans mon couple et auprès de mon fils à qui j’essaie de transmettre du mieux que possible l’amour, l’ouverture, le plaisir de vivre, le plaisir d’être Soi.

Il règne dans mon foyer une douceur, un amour, un respect et une passion pour la vie comme je l’avais toujours rêvé, et qu’à un moment je ne croyais plus possible, oui je veux vous dire que cela est possible.

 Je voudrais vous dire que ce voyage s’est fait sans but, au départ malgré moi, aujourd’hui avec moi – là est toute la différence qui signe l’arrêt de ma souffrance ! – , si je réfléchis à un sens, je dirais qu’il est pour vivre dans la joie et dans la santé, dans le respect et l’amour envers les autres, pour Être Humain.