Lettre à mes élèves présents, passés, futurs :-)

« Je rêvais depuis toujours que le voyage que j’avais fait ces dernières 9 années, au cœur de moi-même, 
que je pourrai le transmettre comme ça de manière rapide, « facile », ou en tout cas facilitée, raccourcie. 
C’était mon rêve le plus fou dans lequel j’avais une foi immense sans parvenir toutefois à me faire confiance.
Je réalise avec une Joie indicible que, oui, oh oui, c’est possible.
J’ai vécu ces dernières années des expériences indicibles seule dans ma chambre, à sentir, à vivre dans chacune de mes cellules le Lien qui nous relie, j’ai touché à un Amour qui touche aux étoiles, à la mer et au soleil.
J’ai eu honte de ce secret que j’ai dévoilé, j’en ai eu peur, je me sentais seule mais je sentais pourtant que c’était vrai, important, à transmettre surtout, qu’il était présent en chacun.
Il a fallu pour cela que je me mette à nue face à vous, que je lève toutes ces hontes, toutes ces peurs qui m’engluaient, m’empêtraient, ça faisait des mois que je travaillais sur ça, sur ce lâcher prise qui, putain de bon dieu, est si boooonnnnn…!
Et là, à trois, avec cette magie du trois (et du Temps) ppfffffffff, ça s’est fait. 🙂
 
J’ai intégré avec vous la magie de la rencontre que je sentais dans mon cœur sans parvenir encore à l’incarner véritablement, l’autre représentait encore un danger de celle que j’étais. 
J’avais acquis cette capacité extra -ordinaire de voir la lumière au cœur de chaque être humain. Énorme, sublime mais… Je me sentais nulle (quand j’ai vu votre lumière, je vous raconte pas…!!! :D), je ne parvenais pas à me positionner, à voir ma propre lumière que pourtant j’avais rencontrée. Je l’avais vu mais… Je sais pas, il me manquait quelque chose. 
Ce quelque chose, précieux, un trésor, indicible, vous me l’avez transmis, 
– parce que j’étais prête, aussi. 🙂 
Et il s’agira toujours de cela dans les soins ou l’aide que vous apporterez autour de vous, tout ne dépend pas de Vous, oh non, c’est l’Ensemble, la Connexion, le « prêt » du divin,du Tout dont nous sommes une partie… –
Par cette magique spirale évolutive dans laquelle nous baignons tous, dans ce UN que l’on pressent et que l’on incarne chaque jour plus sur cette magnifique Terre…
 
Alors donc, je réalise que je vous ai transmis le Reiki et… ce que Je suis, mon expérience, ce que j’ai vu, vécu, compris, dans le subtil et en mots  et… (la danse, n’oubliez jamais la danse !!) vous étiez prêts à recevoir, beaucoup…! De sacrés bons élèves…!!!!!!!!!!
 
Tout ce que nous avons vu à mon sens sont des infos symboliques quant à ce que nous avons découvert, transmis et partagé sur l’instant, les uns envers les autres : la rencontre du yin et du yang, de l’Homme (dans ses archétypes) et la Femme (pareil) à leurs origines (j’étais remontée jusque là chez moi). Moi étant en toute logique un transmetteur de l’info prenant tour à tour la peau d’archétypes représentant l’énergie que je vous communiquais parce que je l’ai avais rencontrées.
.
Et le fruit de cette rencontre qui se fait par le biais de ma pierre philosophale recouvrée, dévoilée, dans mon cœur, qui permet de transmettre, le secret : l’Amour, la Connexion entre toutes choses…
Nous sommes tous Adam et Eve et nous avons tous ce trésor en notre centre : la pierre philosophale. 🙂
Nous sommes tous ce Gingko, nous sommes tous le pharaon, la prêtresse,etc. Et selon les moments de notre vie, nos découvertes, nous résonnons avec l’un, avec l’autre, et nous dansons ensemble pour créer notre réalité. (comme ces atomes qui vibrent au cœur de la matière)
Et nous les voyons avec P. Ce sont nos vies et ce sont Leur vies, c’est La Vie à l’état pur que nous captons avec nos corps (physique et subtils) : de l’information, du fluide, qui coule, s’écoule, comme une paisible rivière d’amour qui n’attend que ça… couler, immerger, baigner, laver, transmuter, source de toute Vie… 
Éternel recommencement…
 
Cela ne veut pas dire que rien n’est magique, au contraire tout est magique car tout est vrai, imbriqué dans une infinité de réalités…!
Je commence à peine à entrevoir tout cela et…
C’est le début mon dieu d’une immense aventure d’exploration !!!!!!!!!!!! Une fois qu’on a la clé –> qu’on se le permet, qu’on est en possession de sa Conscience (celle que vous avez libéré aujourd’hui et que vous avez entre vos mains avec le Reiki) qui permet le vrai libre arbitre.
 
Ces mystères sont un mélange de toutes les vérités combinées et recombinables à l’infini.
Mmmm, j’en perçois l’immensité et le désir de les explorer !
Cette vision, vous l’aurez compris passe par le cœur, ce cœur que je vous ai transmis : c’est  là que ça jouit, que ça vit, que c’est réel. 
Le reste, c’est notre enveloppe corporelle qui joue.
Ici sur terre mes amis nous jouons, qu’est ce que c’est bon !
 
Alors si vous voulez savoir si vous êtes sur le bon chemin (et où se trouve la Vérité), pensez toujours à la Joie, c’est la lumière de votre Cœur, de Nos cœurs et chaque fois que vous y êtes, vous êtes connectés à cette source magique, source de joie, de bonheur et d’abondance et vous faites alors… Énormément de Bien autour de vous…
 
Le Christ est en toi, en moi, en Nous, il suffit de le Voir….
 
Je crois que je vais m’arrêter là !!!! 🤗
Ces mots soulèveront des tas de questions et c’est tant mieux. 😁 
Notre vérité désormais est en perpétuelle re-co-Naissance par le biais des rencontres que nous ferons.
C’est ça le feu, l’ignition, ce désir – cette surprise – qui s’enflamme à chaque rencontre de Le découvrir et découvrir une partie de soi-même. Il faut de la combustion, du carburant, de la Rencontre encore, toujours, renouvelée quand on aurait envie d’y déposer nos petits pieds, dans nos petits souliers… 😉
 
Au plus nous prenons conscience de cette Beauté au plus elle se manifeste de manière tangible et perceptible autour de Nous d’où les multiples signes et synchronicités, c’est comme une Harmonie qui soudain révèle la divine musique incarnée dans la matière qui se transmute alors à la vitesse de l’éclair et qui crée des failles dans le temps, dans le dur, pour en révéler la sublime lumière…
 
Je vous aime si fort. C’est la rencontre la plus bouleversante et la plus éclairante de ma vie.
 
C’est si bon cet amour…
Pour tout cela, je vous remercie de tout cœur. 🎆
 
PS : n’oubliez pas l’équilibre dans vos rapports à l’autre, c’est probablement là le plus délicat travail pour rencontrer l’autre et l’aimer (ne pas trop se perdre, ne pas trop s’épuiser, diriger son souffle là où il veut se rendre et ne pas forcer dans un sens qui vous met à court de souffle…), jamais, c’est une pierre maîtresse, angulaire de la Vie sur Terre (on inspire et on expire, vous le sentirez ce déséquilibre, n’en ayez pas peur quand vous le sentez et alors dansez pour Reiki-librer 😉 !) En d’autres termes, quand vous en avez marre de quelque chose, de quelqu’un et que votre mental vous en extrait et se met à vous faire croire que c’est parce que ci, parce que ça, arrêtez, simplement (mais pas en y pensant dans votre tête et en nourrissant des peurs hein ..! En agissant), Ecoutez, même si vous ne comprenez pas, respectez cette Loi divine en vous que vous avez éclairée ce we (dont le phare, la boussole est la Joie). Inspirez vous de ce we magique où cet équilibre était parfait (c’est vrai quoi, indicible, on donnait et on recevait de manière totalement équilibrée…!!!! Un truc de « fou » 😉 ET au lieu de fatiguer, on se sentait de mieux en mieux, on rayonnait et on se faisait rayonner les uns les autres…!!!!!!!!!!! 
C’est ça le soleil.
 
Elise »
Moi et mes élèves à la fin de cette initiation Reiki très spéciale !!!

Ailes

Elle avait tu son amour,
son envie de dire je t’aime mille fois.
Son envie de dire à l’autre à quel point elle le trouvait Beau,
à quel point le monde, le méchant faisait partie d’un équilibre
qu’elle avait toujours senti.
Elle trouvait le monde Beau, elle s’en était émerveillée tant de fois, tant de fois,
y compris dans ce seau rempli d’eau dans lequel elle voyait le reflet du ciel.

Elle l’avait tu.
Par honte, pour faire comme les autres.
Parce qu’on lui avait dit que c’était ignorance, jeunesse, naïveté.
Innocence.
Elle verrait quand elle grandirait.
Le monde ce n’était pas ça,
L’amour n’existait pas. L’amour ne durerait pas.
Et toutes ces phrases, toutes ces pensées, toutes ces idées, maintes fois répétées,
qu’elle avait fini par prendre pour vérité.

Elle avait beaucoup appris de cette vérité qu’on lui avait enseignée.
Elle avait grandi.
Elle n’était plus naïve, non, elle avait vu et vécu l’horreur de ce monde, de cette création séculaire.

Elle avait retrouvé son Amour.
son Innocence.
Sa Vérité.

Qu’elle s’apprêtait désormais à partager.

Nous sommes des pures lumières.
Déployez vos ailes.

Être Humain, faire le lien : dévoiler l’Horizon (et les multi-dimensions !), Incarner le potentiel

Mon nouveau livre prend forme….!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :-)))))))))))))))

C’est ici, avec Vous, amis voyageurs, amis éclaireurs que j’ai envie de partager cette en-Vie qui se précise se structure, se dévoile clairement.
J’ai publié et partagé ici hier un document que je sentais très conséquent sur la dépression.
Dans le même temps je savais que mon livre devait s’écrire, je ne savais pas comment avec toujours l’angoisse, l’impression que je n’avançais pas comme il faut.

J’ai pourtant appris et je l’incarne vraiment ces derniers jours qu’en fait, l’incarnation de nos idées, de nos en-vies, ne se fait pas du tout mais pas du tout sur le modèle appris : mettre la pression, faire des plans, réfléchir, cadrer avec ce qu’on a prévu en première intention avec le mental, la logique pure.
Non, ce que je découvre et pratique quotidiennement, encore un peu difficilement aujourd’hui (la pression revient souvent prendre la place du désir et du plaisir qui s’installent :-)), c’est : maintenir mon intention claire en gardant le cap de la Foi (=contact avec le Soi) sans nourrir le cercle vicieux du : tu avances pas, tu fais n’importe quoi, etc. qui envoie des infos contradictoires à l’Intention première et qui brouillent l’accès à la source en créant une structure opaque autour du Soi.

Dans ma nouvelle manière de faire, les idées parviennent de la Source directement en Soi après avoir clairement dévoilé et posé l’intention; et après, on fait intervenir le mental pour structurer, incarner (c’est à dire, traduire en termes terriens ! :D) l’info reçue (en retour à l’émission de l’Intention :-)).

Bref, pardonnez ces digressions mais il est important aussi de partager cela, je crois. Parce que vous les vivez peut-être toutes ces choses en apprenti-sages que vous êtes ! 😉

Donc, je sentais que l’écriture de mon livre était importante. Je pressentais qu’il s’écrivait à MA manière : sur le terrain, dans mon quotidien, dans mon contact avec l’humain, en vrac, en partant a priori dans tous les sens, jusqu’au moment où tout prendrait sens.

Et c’est ce qui se passe…!!!!!!!!!!!

J’ai tenu bon, je n’ai plus nourri l’angoisse et j’ai gardé le cap sur ces « détours » qui n’en étaient pas.
Tout est relié.
Tout est relié.
Vous n’avez pas idée…

Et nous sommes en train de dé-couvrir ce Lien, profond, cette intrication subtile, complexe, sublime de toutes choses et dans toute chose,
à l’In-térieur, à l’Ex-terieur.

Donc hier, en partageant ce document sur la dépression, j’ai compris que c’était le début de mon livre qui va décrire le processus de dévoilement, de rayonnement de l’Humain et pas seulement la dépression !!! 😀

– Vous savez, quand on dévoile l’accès à la source, qu’on communique avec Elle, on ne sait rien ! Et en même temps… On a accès au Tout, la restriction étant ce qu’on est capable de comprendre sur l’instant de cette incroyable, merveilleuse intrication, imbrication des choses, des êtres, des éléments. On sait juste qu’on saura en Temps voulu, on se laisse guider en confiance par les idées qui viennent et on comprend, souvent après coup, c’est pour ça que c’est si difficile encore cet accès pour beaucoup. –

L’humain qui fait le lien entre Être et Humain. 

Et ce qui est génial mais génial et que je voulais faire depuis longtemps, c’est que ça va faire le lien entre les troubles mentaux humains : angoisse, phobie, hypersensibilité, folie, bipolarité, dépression, etc. et le processus d’évolution,
d’apprenti-sage qu’est en train de faire l’Humain.

Et ce regard, ce nouveau regard est important, il est déterminant, cela change tout…!

Pour les « malades mentaux » qui sont des Éclaireurs.
Pour l’Autre, ces Autres, qui sont des Stabilisateurs. (j’ai trouvé ce mot vite fait, faudra peut-être le faire évoluer ! :D)

Ce ne sont pas des ennemis. Ils doivent s’écouter, s’allier, Faire le lien, se Rencontrer.

Réaliser que ni l’un ni l’autre n’a tort mais qu’ils ont prévu, ensemble, de faire cette Rencontre, celle qui leur permet de réaliser, d‘incarner ce potentiel d’évolution majeure jamais atteint par l’Humain.

Parce que… Dois-je le préciser, avant de commencer mon voyage au cœur de l’humain, de dévoilement de Celle que Je suis, j’étais tout à fait ce qu’on appelle « normale » : pas du tout dépressive ou anxieuse, très équilibrée, menant ma petite vie tranquillement devant mon poste télé ! 😀
C’est un Voyage que beaucoup d’Humains s’apprêtent à faire désormais et on voudrait pas qu’ils soient tous enfermés et que la terre se transforme en hôpital psy géant !!! 😀 😉
Il nous faut tisser ensemble ce nouveau regard, cette nouvelle croyance, cette nouvelle oeuvre d’Art en créateurs que nous sommes :-).

C’est peut-être confus, vous en saurez bientôt plus, c’est ici la base de ce livre que désormais j’écris.
J’avais besoin, j’avais envie de le partager avec vous :
tout ce désir qui me vient de la terre, de mon ventre désormais réchauffé.
toute cette imPatience de l’enfant retrouvé,
toute la sagesse acquise après ce long voyage.
Que je m’apprête à Transmettre. 

Je suis heureuse, mon dieu, heureuse comme jamais.

A très vite mes Amis ❤

PS : l’écriture du livre n’empêchera pas les ateliers à venir de débuter, je laisse venir le moment, la maturité du projet avant de vous le concrétiser et de Vous Rencontrer.

 

Les énergies négatives, le mal et… Le bien – faire le Lien

Le Mal, le Bien, le Lien.
Le Feu Sacré.
L’Alchimie.

Je fais des découvertes hallucinantes, fascinantes, passionnantes sur l’humain, son corps, son fonctionnement, sur le bien, le mal, la guérison, le bonheur, la structure même du corps et tant et tant de choses.
Avant de partager tout cela en ateliers, en soins, de manière plus structurée sur Être humain, j’ai un besoin brûlant de le coucher sur le papier, le découvrir, l’éclairer afin de le manifester.

Ces moments où tu es seul dans ta chambre, en pleine communion avec Ton être, l’Amour, l’Autre, et où tu vois, tu ressens, tu Sais dans tout ton être… (là t’es en folie, sur un petit nuage :D)
C’est un cap délicat que de venir l’incarner, le partager.

Essentiel.

Et tellement bon…!
Dans ces moments ton corps est comme dans un état intermédiaire, prêt à décoller, sous tension, pris entre l’envie et la retenue,

c’est un pur acte d’amour que de s’apprêter à créer.

Comment rassembler ces milles choses, ce subtil, comment dire ce langage universel dans le silence, le dire avec des mots, des mots qui diraient le silence, qui dirait qui diraient…
Rho la frustration qui accompagne le processus de création, qu’elle est désagréable, qu’elle est bonne !
Mes amis qui connaissez cela, vous serez d’accord pour témoigner à quel point c’est désagréable et sublime en même temps.

Je veux vous parler du mal. De ce mal dont on se protège, de ce mal que l’on fuit. De ces énergies négatives dont on se défend, à coup de mantras, de prières, de rituels divers, d’encens, de pierres, de solitude. De cette colère, brûlante envers cette société mauvaise dont on se défend.
Rester chez soi, rester seul. Ne pas participer à ce monde, ne pas être de ce monde.
L’unité, surtout pas la dualité.
Le bien, surtout pas le mal.

Et pourtant… Cette dualité, ce mal fait partie intégrante de notre structure, ici, dans la matière, au sein même de chacun de nos cellules.
Il est indispensable à notre survie, il fait partie de la Vie.

Mieux, il est un ingrédient essentiel du bonheur sur terre. De notre joie.

Il alimente le feu sacré par le miracle de l’Alchimie que nous pouvons créer avec Lui.
Ce feu sacré qui vous met en transe, vous apporte le carburant, celui qui remplace petit à petit, la peur.

Ne plus avancer, évoluer par peur, par souffrance, mais par envie, dans la joie, oui, dans la joie de ce feu sacré.

Ça faisait longtemps que je l’avais pas recontacté ce feu sacré, intimement relié à la matière, à ce monde ici, sur terre avec sa dualité, ses « méchants ».
J’ai du mal à le recontacter ici en écrivant, il brûlait en moi juste avant en dansant et voilà qu’ici, devant mon ordi il s’est fait tout petit.

Peur de brûler, peur de rayonner.
Associé au mal, depuis si longtemps,
dont nous nous sommes privés, depuis si longtemps.
Imaginez,
si vous ne prenez plus des décisions orientées par la peur
mais depuis votre centre ici, alimenté par ce feu sacré.
Imaginez,
l’orientation de votre Vie, depuis ce centre bouillonnant de Vie.
Fermez les yeux un instant et imaginez.
Voyez toutes ces barrières maintenues,
alimentées par son détenu,
le Feu Sacré.
Voyez sa chaleur, sa vibration, à quel point il est bon, à quel point il a envie de se manifester, d’éclairer, de brûler !
Pas votre corps, pas votre âme, mais ces corps, multiples, empruntés çà et là, ces structures, ces carcans qui vous maintiennent dans ces choses dont vous ne voulez plus.

Je reviendrai vous parler très vite, en vrai (les ateliers ensemble avec la webcam se préparent !!!!) et en écriture de ce mal qui nous veut du bien. 🙂
Pourquoi, et comment cela est-il possible concrètement ?
En quoi le yin et le yang sont-ils intimement reliés,
quel est le lien avec la Guérison,
comment faire le lien,

La Reconnexion.

Bisous bisous, à très vite !!!!!!!!!!!!! ❤

L’Autre, partie de Toi m’aime

L’hypersensible ressent tellement de choses et tellement fort qu’il aura souvent pris l’habitude de se divertir, vite, prendre quelque chose, quelqu’un, souvent compulsivement : relation, drogue, alcool, réseaux sociaux, travail, nourriture, n’importe quoi qui puisse l’anesthésier, faire taire le ressenti.
Un ressenti qui, reconnu, apprivoisé, maîtrisé représente un trésor d’informations pour Lui, pour le monde.
Il est temps que les hypersensibles se réveillent et s’allient à cet Autre, ennemi, a priori.

A tous les hypersensibles et… Les chevaliers aux armures d’or qui les accompagnent les soutiennent, les aident, les aime…
A ce lien profond qui les unit, bien malgré eux parfois et contre toute apparence 🙂

Je parle de Toi, de Moi, de Lui, de Nous…

Elle avait appris à vivre à travers l’autre, ressentir ses peines, ses joies, aimer avec lui, avec elle : le foot, la musique, le tennis, le roller, la peinture, l’écriture… Qu’importe !
Elle avait cette faculté à ressentir la passion qu’éprouvait l’autre et c’était trop bon.
Elle pouvait aussi, ressentir quand il avait de la peine. Et là, c’était nettement moins bon… Elle avait trouvé le moyen d’alléger cette peine, d’en prendre un peu sur elle, de faire des blagues, sourire, danser, n’importe quoi qui éloignerait l’autre de ce ressenti si difficile.
Elle ressentait tout si fort, tellement fort.
Ce soir-là la déception est grande, elle prend son cahier, essaie de se rassurer, de positiver comme elle sait si bien le faire mais elle sent qu’il est temps.
Oui, elle a appris désormais à accueillir aussi tout cela, de lâcher, tout ce poids, ces challenges constants : courage, positiver – tenir -, rigoler – tenir -, être bien – tenir -.
C’en était devenu une discipline militaire : au lever, le matin, la journée, le soir, elle traquait chaque petite parcelle de négativité en créant de belles pensées, des sourires, du positif, de la gratitude, elle avait acquis mille techniques, qu’elle savait savamment distiller selon les situations.
Elle prend son cahier
ce soin a vraiment été pourri
elle écrit :
mais c’est comme ça la vie sur terre, c’est lent, tu évolues petit pas par petit pas voyons

Rrrrrrrgggrgrrr, cette voix mielleuse, rassurante, elle commence à l’exécrer, elle aurait envie de crier, de lui dire que c’était bien un soin pourri
mais voyons, tu sais bien que l’ego et bla bla bla bla.
Son cœur hurlait, elle commençait à bouillonner, de cette sensation brûlante qu’elle connaissait bien.
Dormir. il lui fallait dormir, c’était trop fort, dans ces moments, elle avait l’impression qu’elle allait mourir ou ne plus jamais sortir de son lit.

« Je suis chargé d’électricité
Si par malheur au cœur de l’accélérateur
J’rencontre une particule qui m’mette de sale humeur
Oh non, faudrait pas que j’me laisse aller »

Elle avait mille et une techniques pour s’endormir dans TOUTES les situations, ça, c’était vraiment un super pouvoir, elle en avait conscience, sans medoc, sans rien.
Elle s’endort.
Oh dieu que c’est si bon de dormir, de sentir cette légèreté (elle avait cette faculté d’avoir cette semi-conscience, même en dormant, pouvoir sentir ce divin relâchement).
Soudain Il vient se coucher. Il tousse, ça la réveille. Et avec ça, sa fureur, sa tristesse, sa colère, son désespoir qui, elle le sait et pour cela elle dort, prennent des proportions monumentales, comme une tempête gigantesque à laquelle on ne sait si on va survivre.
Elle pleure, encore et s’exhorte avec sa technique à dormir en lui disant : pourquoi m’a-tu réveillée, c’était si dur…
Sa fureur est à son comble. Bien souvent quand elle a mal, cela la plonge dans une colère monumentale envers elle-même, être noir, triste, mal, ça ne fait pas partie de sa discipline militaire de l’amour.
L’amour, l’amour, elle le découvrait pourtant ces derniers jours que ce n’était pas du mielleux, ce n’était pas du positif, toujours.
Elle le savait et c’était même ce qu’elle voulait transmettre, elle le sentait, c’était si important !
Et elle avait repris l’écoute du métal en dansant à fond dans sa chambre. Elle avait même découvert qu’elle pouvait ressentir un amour monumental en hurlant sur du métal ! En ex-joueuse de rock métal à la batterie, elle le savait même depuis bien longtemps, elle l’avait juste peut-être un peu oublié à force de pratiquer le développement personnel et la spiritualité. Les métalleux, les rappeurs (aussi qu’elle adorait) tout comme les hypersensibles levaient le voile (si douloureusement) sur la réalité de ce que nous sommes, Humains. Ils avaient la faculté de Voir ce que d’autres ne voyaient plus :


« J’peux t’lever le bandeau que t’as sous les yeux mais faut aussi que tu les ouvres
Que t’aies mal
Comme j’ai mal »
 – Elle comprenait justement qu’il n’était pas nécessaire que l’Autre ait mal, comme Elle… Elle découvrait avec horreur qu’elle en aurait eu mille fois envie dans sa vie, pour que l’Autre la comprenne… –

Oui mais voilà, elle l’avait vécu, compris, seule, dans sa chambre et dans ce soin, face à cette femme, son ego, cette structure, cette même structure qui avait fait que, par profonde empathie, elle n’avait pu exprimer qui elle était toutes ces années, voilà que, voilà qu’elle se mettait à résonner avec elle, cette structure. Soudain elle avait peur d’aimer, soudain, elle avait peur de sa puissance, soudain, elle se sentait toute petite et toute la magie de ce qu’elle avait recouvré avait filé entre ses doigts. Elle s’était retrouvée à nouveau dans cette résonance avec l’Autre, sa douleur, ses peurs, son cynisme et elle avait plongé avec elle….
Elle savait l’origine de sa colère, de ce volcan intérieur , elle savait que parler lui aurait fait du bien mais c’était trop dur, trop fort.
Il la touche.
Réflexe animal, instinctif, compulsif de défenses, d’attaques ressenties mille fois dans sa vie sur cette terre remplie de violence et d’errance tout autour : elle le renvoie violemment. Elle pleure de ce geste violent, si différent de ce qu’elle ressent, de son désir d’aimer (Mais bon, dieu, c’était quoi aimer…?). Dans ces moments elle ne savait plus, elle était comme déconnectée, dans un puits sans fond, sans repères.
Elle n’hurlait pas cette fois comme un loup à terre.
Non, elle préférait dormir,
elle avait acquis cette foi profonde que quelque chose d’important se faisait.
Ce qui ne l’empêchait pas de ressentir chaque seconde son humanité qu’elle avait dévoilée, bien au contraire, son ressenti s’était même affiné.
Il revient. Il a compris. Après toutes ces années. Il n’a pas pris la colère pour lui.
Elle est si émue, dans son désespoir elle voit cette lumière si belle qu’elle fait vivre chaque jour et qui fait jaillir mille étincelles autour.
Elle parle. Elle pleure.Elle crie ses envies, celles-là même qu’elle n’osait voir, qu’elle n’osait exprimer dans cet ultime voile soulevé.
Qu’il fait mal ce voile lui confie-t-elle, je sais qu’il est bon de le lever mais bon dieu qu’il est douloureux.
Elle vit toute la scène en conscience et depuis plusieurs points de vues (serait-ce cela ce qu’ils nomment la multidimensionnalité…?) :
celui, humain, pris dans le désespoir,
celui confiant et serein,
celui au creux de son corps qu’elle ressent avec une acuité impressionnante :
son ventre.
Il brûle de l’intérieur. Alors qu’elle parle.
Il y a comme un relâchement et des contractions. Cela lui rappelle son accouchement.
Ses reins lui font mal, son ventre aussi.
Elle pleure, c’est douloureux
et ça lui fait tellement de bien.
Tous ces paradoxes, tous ces paradoxes humains qui se fondent, se mélangent, se refondent, s’unissent, s’éclairent.
Son point de vue mental aussi qui n’entrevoit aucune issue à ce désespoir en analysant tous les signes vitaux !
Rho là là, là, on est vraiment fichus.
Mais l’autre point de vue est là :
mais tu sais bien quand ça fait ça que c’est un moment de guérison majeure, y a un truc qui lâche vas-y continue !
Elle laisse sciemment parler toutes les parties.
Elle laisse sciemment celle en colère partir à “la dérive”, dire ce qu’elle a sur le cœur, cet aspect d’elle-même totalement déraisonnable, qui l’énerve tellement, incompatible avec sa vision de l’amour, du respect, de la gentillesse.
Elle laisse cette part d’elle s’exprimer : la guerre. L’Autre.
Mais qui est-il cet Autre bordel ? C’est un amputé de l’amour ou quoi ?
Rha je le comprends pas !
Elle observe depuis son hémicycle, elle écoute attentivement cette voix.

Et puis, elle finit par s’arrêter, se poser. elle reste en silence.
Elle a en-vie de se rapprocher de cet autre. De le remercier.
Pas pour sa discipline, non, ça vient tout seul.
Elle se met tout contre Lui.
Non, elle ne comprend pas l’Autre mais elle ressent dans tout son être l’union, le Lien.
Elle ressent même que cette différence cette incompréhension, cette colère en fait partie.
Elle ressent la tension que cela procure, délicieusement, joyeusement.
Mais que c’est dur et bizarre ce nouvel amour ! lui dit-elle.
Je n’ai plus besoin de toi, j’ai trouvé l’amour à l’intérieur de moi.
et… Je t’aime follement d’une manière tellement bizarre.
Elle le découvre, le reconnaît, le voit dans sa différence qui fait aussi partie d’elle.
Elle ne saurait trouver les mots. Elle se laisse aller dans ses bras. Ces bras qu’elle a refusé ces derniers temps, tant cela était explosif d’être juste à ces côtés.
Cet Autre.
Qui n’est plus une projection, ou un prolongement ou un fantasme.
Mais Lui, simplement, crûment.
Elle avait envie de dire ce que ça faisait d’aimer ainsi, à quel point c’était étrange, à quel point c’était beau…!
Il n’y a avait donc pas de guerre ou… il y en avait une à découvrir, à déterrer, explorer et cela lui permettait d’aimer !

Au petit matin elle se réveille avec les yeux gonflées de grenouille.
Elle sourit. Il sourit. Son fils se joint à eux, à ce gigantesque câlin de ces lendemains d’exploration, de guérison.
Elle est différente.
Son ventre…
Mon dieu son ventre. elle le sent comme elle ne l’a jamais ressenti.
Il est comme tout relâché, comme un nuage, une barbe à papa.
Elle sent sa douce chaleur.
La discipline est partie, comme ça fait du bien,
c’est un peu étrange mais elle sent qu’elle n’en a plus besoin, elle la remercie intérieurement avant de la laisser filer.
Elle ressent un relâchement..
De ces relâchements – dit-elle – qui vous donnent l’impression que vous allez mourir ou tout lâcher, tout laisser tomber.

Oui en effet, c’est alors un sacré truc que vous lâchez mais sans aucune conséquences désastreuse sur votre vie, bien au contraire. 😉

Aimer, ce n’est pas seulement respecter l’autre tel qu’il est,
c’est aussi se respecter Soi et oser l’exprimer face à l’Autre.
L’amour naît précisément de ce point de rencontre entre
Toi&Lui

Bisous d’amour à vous tous ❤

Sortir de la matrice

dandelion-758778_1920

Quoi de mieux que partager mon journal pour illustrer cette sortie de la matrice.
Mais avant petite précision concernant ce que je nomme désormais la Matrice : c’est un mot que j’ai choisi pour désigner le tissu informationnel présent sur terre. La Matrice est donc de l’information, une information avec laquelle nous résonnons, sur différentes fréquences et à différents degrés, par le biais de notre ego, composante essentielle de ce que nous sommes sur terre, alliée à notre autre partie que j’ai exploré ici dans ce blog, là où gît notre trésor, un trésor qui, seul, ne sert pas à grand chose. Vous le verrez, vous l’approcherez quand vous méditez, quand vous êtes amoureux, au contact de la nature ou lors d’une expérience mystique, voulue ou non.
Ce trésor, il ne suffit pas de le voir, de le savoir, de le connaitre, il s’agit de le dévoiler à l’autre, lui montrer, le partager, trouver les mots, ici, sur terre, avec notre ego, avec la matrice, pour le faire rayonner. C’est ainsi que nous modifions la matrice.

« La vie sur terre se fait dans la matrice – avec l’autre –
Nous sommes ici pour être des alchimistes qui résolvent la divine équation : 
moi – l’autre – la terre – l’univers
L’équation sublime est la foi »*
*extrait de mon livre en cours d’écriture 🙂

la-foi

Extrait journal de bord de mon voyage :
24.01.17 Foi – libération de la peur – sortie de la matrice

Aujourd’hui nous sommes le 25 mais je mets la date d’hier, trop importante sur mon chemin. il y en a eu tant des épisodes étranges, marquants, intenses, fous, à vous faire chavirer un navire à vous faire hurler de terreur, hurler de bonheur, de ce râle, ce mouvement, ce sentiment….. Voilà que je pleure.

Hier j’ai conversé avec “mes guides”, ouch, ça me fait bizarre de mettre ce mot, moi la mécréante, la non croyante, athée, agnostique sceptique. Je le suis toujours, d’un côté et je le sais qu’ils sont là, présents, autour de moi. Cette matrice fait qu’on ne peut totalement, encore, pour l’instant, les accepter, sur terre.
Cette matrice dont ils m’ont dit de me sortir, par la foi. Cette foi – la force – qui toujours m’a guidée, m’a portée, sans savoir ce qu’elle était ou qui elle était, au delà de toute croyance, au delà de tout, tout ce que je savais, me menant là où je ne savais pas mais que je savais pourtant être chez moi.
Il m’en aura fallu du temps pour accepter tout ça, mettre des mots sur tout ça, ancrer tout ça pour ne pas sombrer dans la folie, ou la mort. Ce savoir soulève tant de peurs, inscrites au couteau dans la matrice, menace suprême à qui oserait dévoiler le secret. Tu meurs si tu perces le secret, voilà ce qui est encodé dans la matrice quand tu approches le stade ultime de ce soi-disant secret qui ne doit pas être révélé ou découvert par l’homme, celui qui fait que l’on doute et qu’on se sent fier, dans le vrai de douter. Mais qui a dicté cette règle…? Celui qui doute toujours s’est-il déjà posé la question? Je ne me l’étais jamais posé, pour moi c’était une évidence, une assurance de ne pas me tromper, d’être dans le vrai si je doutais.
Ça fait bizarre, l’impression de sombrer dans la folie quand je suis dans cette totale connexion qu’ils m’invitent à incarner désormais.
Tout, tout me parle, la matière, la musique, les mots, le vent, le silence.
Ils me parlent désormais, tout le temps, par cet accès cette voie, cette communication ouverte par la foi, entre deux mondes, lien, pont sacré. Et je sais que ce n’est pas folie aujourd’hui. Je pense à ces pauvres fous qu’on enferme, eux qui commencent à percer le secret, si vites bernés, détournés par la peur, la peur, composant principal de cette matrice sur terre.

Hier donc, expérience fabuleuse, extraordinaire qui tend à devenir ordinaire, il serait temps après tout ce que j’ai vu, vécu au cours de ce beau et long voyage…! Et j’ai vu.
Oui, j’ai vu. Désormais je vois. J’ai levé ce voile collant, opaque qui m’empêchait de voir ce que je vois maintenant. J’ai tant pleuré, pas de crise de larmes mais de petites larmes, coulant lentement de ce mépris depuis si, si longtemps. La matrice, qui nous tient, là, jusque dans notre chair marquée par ses griffes, là dans le ventre, là dans la tête, ici, oui dans la nuque.
Voir. Le bien. Le mal. Discerner.
Voilà ce qu’il m’a été donné.
Comprendre, enfin.
Cette compréhension est douloureuse, elle est essentielle.

Elle est comme une nouvelle naissance qui ouvre sur un nouveau regard si différent de celui qu’on avait avant. Si différent. Ce nouveau regard, je l’avais préparé, je l’ai préparé depuis des années, en ancrage, en petit à petit pour ne pas sombrer dans la folie en voyant ce que j’ai vu, en comprenant ce que j’ai compris.
J’ai vacillé pourtant durant cette expérience de chirurgie profonde dans le subtil de mes corps, frissoné en retirant (avec l’aide de tout ce monde invisible encore à l’humain d’aujourd’hui) un à un les stigmates de la matrice dont je sentais l’impact, l’importance, l’attachement, dans chaque fibre de mon corps.

Sortir de la matrice tout en y demeurant, voilà ce que me proposent mes guides maintenant, par le biais de cet axe sacré, pont entre les deux mondes, que représente la Foi, cette foi que je cherche à décrire pour la transmettre, clé précieuse, essentielle.

Bilan d’un long voyage

paix-abondance

Bonjour mes amis humains voyageurs, à l’intérieur ou sur les fabuleuses contrées de cette chère planète terre ! 🙂
En ce tout début de nouvelle année qui secoue, qui vibre à fond, pleine de nouveautés avec les craintes qui y sont associées, je voulais faire un petit bilan, pour moi, pour vous.

Parce que si vous vous caillez grave là maintenant, si vous tremblez, si vous frémissez de peur, de honte ou de je ne sais quelle émotion enfouie que vous avez déterrée et bien je veux vous dire courage, courage, je confirme toujours que c’est magnifique, que ça en vaut vraiment la peine, ô si vous saviez……!!!!!

Alors je vais vous conter ces pas, gigantesques aujourd’hui, qui paraissent si dérisoires quand on est en plein dedans et qu’on se demande vraiment si on avance ou si on piétine. 😀

On peut changer mais de folie, de manière inimaginable et ce….Tout en restant le même, si si, j’vous promets.

p1010149

Moi il y a 9 ans 🙂

Comment vous parler succinctement des milliards de changements, dans chaque petite chose de mon quotidien, dans ma vision de la vie, de l’Autre, dans mon couple, dans l’éducation de mon fils rhhhaaaa…..

Chaque jour de ma vie aujourd’hui, chaque petite seconde est un big bang.
Pas une explosion fracassante, non, ma vie est un fabuleux dessin qui prend forme, se déforme, se reforme, tout en lumières, en couleurs, en candeur.
J’ai retrouvé mon hypersensibilité d’enfant que j’avais refoulée adulte, tant on me disait que c’était pas faisable et pas présentable ! 😀 Bon, avec la maîtrise de l’âge adulte, c’est mieux mais je ressens tout très très fort et je sais pourquoi et je me fais confiance et ça m’aide pour ce que je suis venue faire ici. 🙂
Je me fais confiance, je m’aime, enfin, j’accepte de me voir en photo, je me trouve belle, enfin. Avant je me cachais, j’avais honte de moi, mon mariage avait été mon pire cauchemar : être le centre de l’attention et être photographiée ! 😀
Heu, je ris, oh je ris, enfin, je ne me sens plus écrasée par le poids de la vie, de la terre, des humains, je vois tout avec un recul qui me permet de rire !!!
Je n’ai plus peur d’avoir peur, je n’ai plus peur d’être fatiguée, je vois quand je suis fatiguée ! 😀
Je ne vois plus l’autre comme un ennemi mais comme un trésor de plus à découvrir.
Je ne déteste plus l’autre qui me fait ressentir toutes ces choses, je ne cherche plus à le changer.
Le monde et ce qu’il s’y passe ne me fait plus peur, j’en perçois l’ordre et la perfection au delà de tous les faits, de toute raison.
Ma vie n’est plus un combat, ouch cette partie là aura été la plus coriace, la plus tenace !
Ma vie ici sur terre a pris sens, je me suis reconnue et je me vois vieille, une vieille heureuse malicieuse et sage, ravie de partager, dégoûtée de voir les rides, la vieillesse de son corps mais l’acceptant en riant de bon cœur ! (alors que je pensais souvent au suicide avant ou alors à clamser jeune d’une maladie, perdre sa maman alors qu’elle avait 47 ans ne vous ouvre pas a priori un horizon très grand sur votre futur)
Heu.. et la plus belle chose apprise ces tous derniers jours… je suis enfin l’artisan de ma vie, je sais aujourd’hui que je la crée à chaque seconde, j’en ressens immédiatement les implications, cette oeuvre d’art que devient ma vie, je la veux la plus belle possible et pour cela, je viens d’apprendre à faire des choix, à décider, que c’était important pour que cette belle création prenne forme.

Je voulais aussi rappeler à ceux qui ne me connaitraient pas certains changements marquants de ma vie, de mon voyage.

La douleur physique
Il y a 9 ans, j’étais encore sous traitement anti-inflammatoires quotidiennement, passant scanners, radios et examens régulièrement pour des douleurs dans tout le corps et le dos en particulier.
Aujourd’hui je n’ai plus aucun médicaments depuis bien longtemps chez moi, je n’ai plus mal nulle part et je suis dans une forme que je n’ai jamais eu avant.

(Bon je sais, vu comme ça ça peut être déprimant parce que 9 ans, ça fait long…! 😀 Ca fait très longtemps que je n’ai plus mal et tout s’est fait progressivement en douceur, avec passage phyto, homéo, thérapeutes divers. Mais chacun a son rythme et les énergies de 2017 sont magiques !!! ;))

Par contre, il me faut préciser ici que la pleine santé signifie une pleine conscience de nos états humains fluctuants. C’est-à-dire que je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie, ni éprouvé autant de colère que depuis que je me suis guérie….!!!!! 😀
Mais rassurez-vous, une fois libéré du jugement à l’égard de cette humanité encore taboue, ça devient bien plus cool, on acquiert avec le temps une sorte de recul qui aide à gérer cette humanité qui bouscule !

La jalousie, l’amour
Il y a quelques années j’étais jalouse, depuis ma tendre enfance, une jalousie passionnelle et passionnée dont l’idéal et la représentation de l’amour était Romeo et Juliette.
“Tu meurs je meurs” 🙂

Mon Steph, s’il regardait une femme ou s’il lui faisait ne serait-ce que la bise, ça me rendait malade et j’avoue que j’usais d’une manipulation insidieuse et efficace pour qu’il voie le moins de filles possibles.
Et oui.

Le voyage révèle des trucs pas très cools, vous le savez ;).

Aujourd’hui j’ai appris, notamment de Lui, de mon Stéphane qu’il existe un amour bien plus grand, bien plus fort, bien plus puissant que celui, passionnel (et émotionnel), que je revendiquais.
Je vois l’amour de manière beaucoup plus globale, qui n’exclut pas la passion (non, ça, en fille passionnée que je suis, c’était pas possible…!!!!) mais l’englobe comme une composante non une essence de l’Amour.

L’amour que je découvre aujourd’hui chaque jour est autre chose, wouahou, je m’emploierai toute ma vie à le décrire, à l’explorer !
En potentiel c’est comme une hyper présence qui met dans un état d’extase à chaque instant; en concret pour l’instant sur terre, c’est explorer cette hyper présence à soi-même, à l’autre, au monde et commencer à en jouir.
Autant vous dire que je n’éprouve plus une once de jalousie ce qui peut paraître bizarre ou mensonger, moi même je l’aurais jamais cru mais c’est vrai…!
Cela n’est pas seulement en rapport avec cette nouvelle vision de l’amour mais bien aussi en rapport avec mes découvertes sur ce que je suis. La jalousie faisait partie de mon chemin et la vie d’ailleurs m’a amené des expériences pour la mettre en lumière.

L’extraordinaire, la magie, le subtil
Alors, ce domaine est vraiment celui qui était le plus fort, le plus important, le point d’où je suis parti le plus “bas” et où je suis allée le plus loin. Disons le domaine que j’ai exploré dans un écart énorme :

départ_______________________________________________________________arrivée 😀

J’ai commencé ce voyage en lutte avec cette partie, ne me retrouvant dans aucun écrit, ne voulant adhérer à aucune thèse, à aucun dogme.
D’abord j’ai commencé que par du scientifique : la psycho, la psychiatrie et des livres écrits par des médecins sur les émotions, sur l’effet placebo, etc.
Après je me suis approchée timidement des autres domaines.
Après j’ai été obligée de m’y pencher en commençant à pratiquer le Reiki et en constatant par moi-même des effets hallucinants, énormes…!!!!!

Mais même dans ce domaine, ça été la guerre, je me rappelle d’un jour où je suis revenue de la bibliothèque avec d’une part :
René Guénon, L’erreur spirite
Et d’autre part :
Allan Kardec Le livre des esprits.

Je crois que ce jour-là j’ai mesuré ma souffrance.
J’ai mesuré la souffrance humaine dans cette guerre qui se joue entre deux parties d’elle-même.

Le livre
Mais tout est parfait dans le chemin, si si je peux vous l’assurer même si cette idée est absolument délirante et décalée dans le quotidien que l’on vit en tant qu’humain.

Donc cette guerre que j’ai menée, aujourd’hui je la comprends, j’ai du coup exploré tout, tous les auteurs, depuis les scientifiques jusqu’à ces derniers mois les “expérienceurs” qui, par exemple sortent de leur corps et racontent ce qu’ils voient, comme les excellents auteurs que sont Daniel Meurois et Anne Givaudan.

J’ai voulu entendre tous les mots, toutes les manières de dire, j’ai voulu comprendre, comprendre toutes les résistances, l’origine de toutes les guerres que se font les humains.
J’ai voulu chercher ce langage universel qui à mon sens existe et mettra un terme à la guerre que se font les humains juste parce qu’ils ne parlent pas le même langage, juste parce qu’ils sont à priori différents, juste parce qu’ils n’assument pas cette différence, ne se font pas confiance et se méfient alors de l’autre qui met en péril cette différence quand c’est une richesse, la terre promise !

Et franchement, ce que j’ai appris est immense, je me dois de le partager. C’est encore un peu tôt pour le faire ici. J’écris mon premier livre et je sais aujourd’hui que ce ne sera pas le dernier.

Et ce alors qu’enfant, je détestais lire, je ne lisais jamais et il y a 9 ans, je ne vous aurais jamais cru si vous m’aviez dit que j’allais écrire un livre ! 😀

Pour revenir succinctement au subtil, ce mot me plaît, je l’ai enfin intégré, j’ai fait la paix.
Je travaille avec le subtil aujourd’hui chaque jour, il fait partie intégrante de la vie pour moi, il en est l’origine et il est présent pour assurer le maintien de la vie aux côtés de la matière.
Cela a un grand rapport avec la santé physique car aujourd’hui je vois la “maladie” avant, dans les mots, dans les pensées que je travaille au niveau subtil ce qui me permet de rester en bonne santé et de voir autour de moi ce qui rend les gens malades.

Mais c’est quoi ce subtil ? Ben en gros, c’est une partie de nous qu’on a oublié, qu’on a pas développé et avec laquelle on compose tout naturellement enfant.
La pratique du Reiki, en posant les mains sur moi chaque jour dans le silence m’a ouvert – m’a rappelé ! – à ce subtil que j’ai petit à petit, chaque jour, senti être à l’oeuvre dans mon corps et tout autour de moi pour le nourrir, le maintenir en vie.
Et désormais j’explore beaucoup plus loin le domaine avec encore pas mal de résistances et de questionnements qui me mènent vers mon langage, mes mots.

Nous sommes bien plus que des humains ici incarnés sur terre et cela rend cette incarnation, ici et maintenant d’autant plus importante, essentielle, précieuse.

elise-taille-mini

Moi aujourd’hui 🙂

cercle-infernal-brise-2000

Une page se tourne… 🙂

Je vous souhaite une extraordinaire nouvelle année, que tous vos rêves se réalisent, que de nouveaux rêves se dévoilent !!! ❤