Notre Terre qui es aux Cieux…

Mon corps chauffe, ma sensualité est à son comble,
les mots m’appellent, ma plume,
mes doigts, l’écran et moi.
Ma terre.
Ma chère Terre.
Celle que j’ai cherchée, si longtemps.
Errant,
voyageant
dans des terres arides, détrempées,
noyées,
labyrinthes obscurs, numineux,
dédales monstrueux…

La voici. enfin.
Rayon de soleil,
tant attendu, inespéré.
Mensonge colossal de l’artiste au génie torturé
dont le paradis est une connaissance intime,
certaine, sereine ;
muse, source de tout l’or dans ses mains,
ses reins,
son coeur,
ses mains,
ses yeux.
Qui observent assoiffés,
le courant,
les lueurs et la froideur,
la peur, la rancoeur
et la tristesse,
nourriture primaire,
axiale paradoxale
de son bonheur,
materia prima de sa terre,
paradis un-connu de Lui, de Nous, de Tous.

Je Lui ouvre la porte à cet enflure de paradis,
perdu, retrouvé,
Loup y es-tu ?
Risettes à gogo,
larmes de croco,
Il est pas tendre le gendre…

 

J’aime lui rire au nez, jouer avec lui, il me donne envie !
Envie de Lui !
Ce bon dieu de diable miséreux qui réclame
sa came,
son Or, sa couronne,
sa puissance,
tendu vers les sommets de son ni-gnorance…

Il m’excite le bougre, ma terre, mon paradis,
parade vers Lui avec de belles Elles…

Ils se cherchent, se trouvent se perdent, s’enlacent
se lacèrent.

Divines blessures, tendre torture
qui dessine des arc-en-ciels
dans mes veines
qui pulsent
le retour au paradis.

J’entends l’eau qui coule, le rire des enfants.
Il détale pieds nus, la serviette sous le coude vers nos chutes du Niagara,
Terra nostra.
Tout brille de cette lueur essentielle Ici,
loin des feux de pacotille,

le vert resplendit,
ça joue, ça vibre, ça jouit,
les enfants le savent, ils en jouent aussi.
De cette sensualité débordante, luxuriante
qui jouit par tous les trous,

précieuses portes d’entrée
de leurs geôles rentrées.

Ils sont accoudés à leur fenêtre,
l’Artiste leur rappelle,

de faire la fête !

Quelques notes de musiques
et leurs cœurs s’emballent à nouveau, leurs yeux pétillent de renouveau !

Renaissance.
Rassemblement.
De nos corps, nos terres.

Quel est donc ce mystère ?
La salope qui se ne laisse prendre ni même surprendre,
je voudrais l’amener vers ce point cul-nu.

La Muse et l’Artiste se jouent de ces règles,
à l’endroit à l’envers peu un porte leurs envies,

et même, surtout !
Ce qu’on avait prévu pour Lui.

Ca démange, ça bout,
ça bouge à chaque fois,
divin et diabolique mouvement
qui toujours te surprend !

Vlan !
Je te claque ta porte au nez,
tout lové contre Elle,
smellant son odeur des bois, des sombres bois
surplombés de nos voies lactées….

Divine misère
de ne rien contrôler et se laisser guider par ces vers,
Elle qui Nous sussure à l’oreille de ne surtout plus nous inquiéter…

Le paradis est là, il l’a toujours été.
Terra nostra.

Merci à Elle, notre Mère
merci à Lui, notre Père.

Merci à Lui, mon homme de toujours aux origines des origines, Stéphane Raguet,

Toi et Moi, il y a 21 ans…

Lui, à qui je vais redire OUI, à l’église cette fois (!!!!!!!!!!!!!!!!!!!), en Notre chère Terre d’Ollioules…

Merci à Toi voyageur de mes mers,
merci à Nous.

 

Publicités

Je suis

Je suis.
Je suis.
Je suis…

Je suis Elise,
je suis femme,
je suis épouse,
je suis mère,
je suis…

Je suis libre.
Je suis ivre.
Je suis, lui, elle,
toi, moi, Nous.

UN

Mes amis, cela fait si longtemps que je n’ai pas écrit ici…
comme vous le savez, ma vie est un tremblement de terre permanent, ce qui est normal vu que c’est l’élément terrestre avec lequel j’ai un lien particulier : au lendemain de ma naissance, sur cette belle terre d’Algérie, à Miliana où je suis née, tremblait la terre, un séisme d’une très forte intensité

J’ai envie d’écrire, encore, sur ce processus de création qui est extraordinaire, si facile d’accès et si difficile à appréhender.
Tout être humain peut tout à coup se sentir pris par cette chaleur dans tout ses corps, se sentir transporté, emmené, hypnotisé par cette force, obscure, mystérieuse,
à l’Oeuvre dans toute la Création…

Celle qui te fait bouger, danser, vibrer à l’intérieur,
sautiller comme un gosse !!!!!!
Celle qui fait courir, pianoter, danser tes petits doigts, sur le clavier, de ton ordinateur, quand tu écris, sur ton instrument quand tu composes et que tu t’envoles, sur les corps de ton frère humain, quand tu lui fais un soin…

I fly so high me chuchote Moby qui détonne dans mes oreilles.

La musique, la divine musique,
celle qui fait vibrer le son, dans les enceintes,
de tout ton être,
divine mélodie, divine harmonie,
quand tu entres dedans,
…………………..…!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
On voudrait ne plus en sortir, demeurer dans cet état de shoot à l’état pur, pour toujours !!!

Je me sens comme un feu follet, j’ai envie de m’attraper,
reviens reviens !
Car ici c’est une autre partie, encore, et ces milles autres qui veulent s’exprimer, pas que le feu follet, pas que le feu follet
non mais !

Je suis.
Je suis une alchimiste, d’hier et d’aujourd’hui.
Je suis.
Je suis une jolie sorcière,
je suis une divine prêtresse,
je suis une grandiose déesse !!!!!!!!
Je suis raisonnable et déraisonée,
je suis libre, sans limite et cadrée.
Je suis méchante et gentille,
en haine et en amour,
forte et douce,
courageuse et putain de flippée,
je suis folle et enragée,
je suis sérieuse et rangée,
je suis ces doigts qui courent sur le clavier,
je suis l’herbe et les prés, et ce cheval
qui broute dans ton pré,
et ta bouche,

ta bouche !

Ta langue, qui tangue délicieusement,
comme ce bateau,
je suis ce bateau !
moi aussi je tangue !
et j’aime le voyage,
naviguer sur les flots,
de ton être,
de nos êtres,
transis,
d’amour – d’humour – de foi

tant de fois,

où nous nous sommes aimés,
où nous nous sommes détestés, trahis ! encore et encore…
Pour notre plus grand amour, notre plus grand bonheur, encore!!!!

Je t’aime.

Je t’aime, je n’y peux rien.
Je te demande pardon si cet amour est trop fort, trop puissant, trop important, trop dévastant, je m’en fiche,
parce que je t’aime,
c’est dans ma nature, d’aimer,
être en lien avec toi,
toi, le ciel, la terre, la matière, le feu, le vent,
la montagne et puis l’eau…

Plouf.

Me voilà immergée dans tes profondeurs, je coule, je coule,
je me laisse bercer par les flots, par tes flots, sublimes,
en bas, tout en bas, je n’ai plus la force de remonter, t’aimer.
C’est si bon de se laisser bercer par cette sensation…

Remonter.
Continuer !
Il n’y a pas que toi, non mais !
C’est toute la création que je vais embras-ser, toute la terre, et l’univers que je veux aimer !

Il est toi l’Uni-vers, mon amour,
il est toi,
il est moi…

Entre en moi !

Ma colonne brûle, cette divine énergie qui monte dans ma colonne,
feu divin,
du fin fond de la terre, au creux de notre être,
au coeur du coeur des entrailles de la terre,
des enfers.

Dante, Dante, est-cela ?
L’amour, l’enfer, la terre, la mer,
tous ces éléments qui se lient d’amour, d’amitié,
de folie, d’envie, de divine raison ??!

Le rythme détonne dans mes oreilles, ton rythme, notre rythme,
battements du fin fond de nos terres,
africain,
américain, amérindien,
plumes, métal,
plume métal,
le fer et la pierre,
se cognent.
***
divines étincelles,
qui rallument, rallument, tout mon être…
Tu me tues quand tu es toi,
je me retrouve avec Toi.

JE SUIS.

Je suis en amour avec toute la création.
Ta création, sa création, ma création,
Notre création.
Ne vois-tu pas, ne vois-tu pas ???
Il est là.
Ton amour.
Mon amour.
Dans ce que tu aimes,
et ce que tu n’aimes pas.
Il est là, toujours là.
Tu ne peux pas échapper à mon amour, tu ne peux pas réchapper à son amour,
il est partout, il te poursuivra jusqu’au fin fond de ton être,
te hantera, jusqu’aux tréfonds de tes plus profondes ténèbres.
Il est est là.
Il est toujours là,
partout, il te suivra.

Je suis.
Je suis cet amour,
je suis cette vie,
je suis cette expansion,
je suis cette rétractaction,
je suis ton étoile,
je suis,
le soleil,
la terre et la mer.

Je suis.
Le cadavre,
le cafard
et le noir.
Et le blanc et ce banc !
Et l’éléphant.
Je suis abondant !
je suis rare, précieux,
je suis gueux.

Je suis…
Je suis…
Fatiguée de t’aimer,
fatiguée d’écrire,
fatiguée de t’écouter,
j’ai joui,
sans frustration aucune et je jouirai encore, tant de fois,
là j’ai envie d’arrêter, de t’aimer,
juste m’étendre, m’allonger
et kiffer.

Merci à ma moitié, Stéphane, mon amour de toujours, qui me révèle si douloureusement et délicieusement à mon entièreté (pareille opposition n’est pas permise, bon dieu!!!)…
Merci à mes mille et unes âmes sœurs, divines et sublimes rencontres, qui m’aident à appréhender cette entièreté sans basculer, qui m’aident à ne pas devenir trop raisonnée, qui m’aident à ne pas rester au fond et couler, qui m’aident à m’aimer et à l’aimer, Lui, mon autre moitié
moi-tu-es, moi tué, qui tue mon moi…

Avec tout mon amour…

 

La pierre chrysanthème

 

 

C’est l’histoire d’une pierre,
une pierre chrysantheme.
Elle était toute noire…
Oui mais !
Elle portait une fleur,
en Elle,
sur elle,
A travers elle,
sublime,
blanche
aux multiples pétales
parsemées ça et là comme un soleil
un divin soleil
qui éclaire et qui réchauffe en même temps.

Elle avait accompagné cette fille,
si douce, si belle
Là,
posée sur son front.

Elle avait
Elle avait…

Comment dire c’est étrange non ?
pour une pierre,
vidangé
ses
pensées,

Elle l’avait…
Nettoyée,
cette fille
si douce,
de la voie lactée,
Là,
posée tendrement sur son front,
entre ses deux yeux bleus.

cette fille divine pouvait l’entendre,
grand Dieu !
Diable !

cela était si rare…
et si précieux !
Elles avaient, ensemble,
partagé

le Lien.

Ce lien profond qui unit toute vie.

« – Merci infiniment jolie pierre,
que puis-je faire pour toi en retour…?

– Tu me reconnais, tu m’entends
tu m’accueilles, m’aimes,
me voit et
me permet
d’Être
Qui Je
suis.

Ce Je suis est plus grand encore
que moi
que toi
que Nous

Pour cela je te remercie.

Ne crois-tu pas que cela suffit…?

Ailes

Elle avait tu son amour,
son envie de dire je t’aime mille fois.
Son envie de dire à l’autre à quel point elle le trouvait Beau,
à quel point le monde, le méchant faisait partie d’un équilibre
qu’elle avait toujours senti.
Elle trouvait le monde Beau, elle s’en était émerveillée tant de fois, tant de fois,
y compris dans ce seau rempli d’eau dans lequel elle voyait le reflet du ciel.

Elle l’avait tu.
Par honte, pour faire comme les autres.
Parce qu’on lui avait dit que c’était ignorance, jeunesse, naïveté.
Innocence.
Elle verrait quand elle grandirait.
Le monde ce n’était pas ça,
L’amour n’existait pas. L’amour ne durerait pas.
Et toutes ces phrases, toutes ces pensées, toutes ces idées, maintes fois répétées,
qu’elle avait fini par prendre pour vérité.

Elle avait beaucoup appris de cette vérité qu’on lui avait enseignée.
Elle avait grandi.
Elle n’était plus naïve, non, elle avait vu et vécu l’horreur de ce monde, de cette création séculaire.

Elle avait retrouvé son Amour.
son Innocence.
Sa Vérité.

Qu’elle s’apprêtait désormais à partager.

Nous sommes des pures lumières.
Déployez vos ailes.

Tu es lumière, tu éclaires, même de loin :-)

N’oubliez pas que vous n’avez pas besoin d’être en présence des autres pour les guérir ou les aider.
Nous sommes tous reliés, tous connectés.
Quand tu as mal, j’ai mal,
quand tu ris je ris,
quand tu jouis je jouis oh OUI ! 😀
Et surtout, nous pouvons travailler la maîtrise de cette connexion,
ne plus la subir.
Ne plus être mal parce que le monde va mal,
Ne plus être triste pour son frère ou sa sœur.
construire son bonheur,
LE DÉVOILER !!!!!!!!!!!
Celui que l’on va transmettre,
information précieuse dans cette myriades de connections et d’informations.
Ne plus résonner avec les mémoires humaines,
RAYONNER LE SOLEIL.
Le pouvoir de guérison ici est tout autre. Ce n’est plus de l’empathie, c’est la Force de Vie à l’état pur, celle qui guérit tout, absolument tout.
Votre pouvoir solaire d’affirmer et de faire rayonner votre lumière, la dévoiler au grand jour.
Ce pouvoir est immense, le plus grand jamais été à la portée de l’Humain.
Et celui-ci ne fait de mal à personne, il ne contraint personne, il éclaire, simplement, divinement, comme le soleil.

Lettre à mon enfant pour ses 7 ans

Mon garçon, il y a cette lettre qui m’est venue tout à l’heure,
à mon oreille alors que nous étions endormis, l’un contre l’autre dans notre paradis.
Cela parlait d’amour, d’amour, de ce nouvel amour que tous les deux, tous les trois avec papa, nous avons appris.
Cette lettre me disait de te dire l’amour, l’amour qui élève, l’amour qui ouvre, qui respecte, libère, celui que tu es.
Une maman et son enfant voudraient se câliner tout le temps, c’est évident.
Rester bien au chaud, ensemble, tout le temps !

Mais tu le sais il est temps, il temps que tu déploies Celui que tu es,
là-bas chez l’étranger, celui que tu ne connais pas, qui te fait si peur,
quand ta mère, tu la connais par cœur,
elle te connait par cœur et devine la moindre de tes peurs, la moindre de tes envies,
cet étranger lui, est imprévisible,
bizarre, incompréhensible.
C’est si doux, le cocon de la maison !

Tu sais pourtant dans ton cœur sous toutes ces couches de peurs
que cet étranger, en fait tu le connais,
c’est lui aussi que tu es venu rencontrer, auquel tu as choisi de te confronter,
apprendre à l’aimer,
pour qui il est,
apprendre à t’aimer,
pour celui que tu es,
dans la découverte de cette belle et riche humanité
Que tu es venu aider.

C’est un super challenge ici la vie sur terre, avec ses galères, les méchants contre les gentils quand on sait que tout le monde est uni.
Ces humains qui ont un peu perdu la tête,
avec qui il est bon de faire la fête,
je t’invite à les reconnaître,
maintenant que nous nous sommes reconnus.

Tu sais, j’ai eu si peur, en tant que maman,
de mettre au monde un petit enfant innocent,
dans un monde si cruel avec ces méchants,

Et puis j’ai compris que ces méchants précisément
allaient te faire devenir grand.

J’ai compris que tu étais venu ici dans cette société précisément,
comme moi je l’avais fait avant,
pas avant pas après,
pas au ciel mais sur terre,
ici et maintenant,
éclairer de ta belle lumière la beauté de la terre,
de ses habitants et de tout l’univers.

Je sens bien maintenant pour tes 7 ans que je vais t’accompagner un peu différemment, en tant que maman,
commencer à découvrir avec tant de curiosité celui que Tu es, j’ai hâte, j’ai hâte, si tu savais !

Je me sens comblée d’être maman,
d’être précisément Ta maman,
ma petite lumière,
ma divine lumière,
mon garçon, enfant de la terre et de l’univers…

A mon fils Luc, qui a fêté aujourd’hui ses 7 ans ❤

Le vide, la création

le-vide-la-creation-effets

Créer
à chaque seconde,
écrire, dessiner, jouer, visualiser par la pensée, poétiser, silencieusement, en criant, en courant, en fermant les yeux !

Voir
à chaque seconde,
de tout mon être et par tout mon être,
tous mes sens, déploiement de l’Essence.

Maintenir le fil d’ariane de Vie, lave qui s’écoule.
Être à l’aise avec moi-même
à chaque seconde.
Ne plus redouter le vide. Voir le plein.
Le plein d’Amour.
que l’on fuit, que l’on remplit,
de peur qu’il ne s’y trouve…