Toi et Moi, Homme/Femme – Pas-Sage :-)

Dans ce voyage, je me régale, l’être humain est décidément fascinant pour peu qu’on le découvre, qu’on le dévoile.

Je ressens la divine tension dans tout mon corps, celle de l’expression qui s’apprête à se faire.
C’est comme le sexe, les deux commencent à se confondre très clairement et très concrètement.
J’ai les mêmes sensations quand je crée, le même désir que quand j’ai envie de faire l’amour. Dans le corps, c’est une tension, une chaleur qui se répand et même une sensation forte dans le bas ventre, entre les jambes, dans tout le bassin qui monte.

Et la Rencontre, l’Union, fulgurante, éclairante.

Mmmmmmmm oui, cet humain est incroyablement fantastique, pour peu qu’on l’accueille dans tout ce qu’il Est, aussi difficile et incompréhensible soit-il parfois, souvent !
Mais percer ces mystères a priori insondables et illogiques demeure pour moi un plaisir qui jamais ne cesse ! 😀

Mais ce n’est pas de ça que je voulais parler enfin, si, bien sûr, il s’agit toujours de l’Humain !
C’est le yin et le yang que je veux dire, transmettre.
L’homme et la femme, physiquement et en nous, partager avec vous cette découverte encore, sublime, cette danse que j’affectionne et que mon mental prend un malin plaisir à comprendre.
Car finalement mes amis, nous ressentons tous n’est-ce pas ? Et le dire est encore autre chose et le comprendre une autre, et l’intégrer encore autre chose !

Savoir, comprendre, Vivre et Expérimenter encore et encore, Voilà le chemin de l’apprenti-sage ! 😉

Ne plus chercher à tout savoir mais se délecter de tout ce qu’il nous reste à découvrir,
Mmmm serait-ce.. Serait-ce là le bonheur…?
Mmmm ô oui ! Ça y ressemble, c’est bon, c’est si bon !
Ne plus attendre le rien : plus de douleur, plus de malheur, plus de plus de.. Merde, plus de vie…!
Mais au contraire se délecter… De connaître, de voir, de recevoir, de donner, partager encore et encore bon dieu oui !
Boulimie de sexe, boulimie d’Amour !!!!!! 😀 😀 😀

Boulimie de Vie qui parcourt tout ton Être.

Ca fait bien plusieurs jours, semaines ? Que se mène tantôt un combat, tantôt une divine danse à l’intérieur de moi (et… sur Terre, notre corps est le monde, aussi :-)).
Entre deux aspects, a priori incompatibles mais mais, qui, pourtant ont envie d’être ensemble, sont, irrémédiablement, irrésistiblement attirés l’un par l’autre.

Ce mystère humain. 🙂

Ce mystère-là m’en aura donné du fil à retordre, des batailles, des crises, tantôt l’un, tantôt l’autre !
L’un tentant de bannir l’autre, se retrouvant choqué de la nature profondément différente, a priori incompatible de l’autre, tentant alors dans un sursaut de logique de survie d’être comme l’autre, les deux forces s’annihilant alors…

Quand elle cherchent à s’unir, à créer la divine alchimie, ensemble !

Ggggggggnnnnn j’y vais, je le veux, il le faut MAINTENANT.
Patience, patience – énergie douce, si douce, maternante féminine – ooohhh
GRrrrrrrrrrr on y va MAINTENANT, je te prends sur le champ.
Oh mais voyons ne sois pas si rude, nous ne sommes pas des animaux, nous pouvons nous poser tranquillement.
Viens je te dis t’en as envie, je le sais.
Oh, oui c’est vrai mais.. non voyons.. Pourquoi ? Prenons le temps de nous découvrir, de nous dévoiler, d’entendre.
GRRrrrrrrrrr arrachons les comme ça toutes ces couches, d’un coup !
heu.. Bon.. oui je suis d’accord, qu’on les découvre maintenant ! Mais il faut que tu écoutes, aussi, mon rythme.
….. Non Attends, tu vas trop vite, j’ai peur de me mettre à nue ainsi, que tu te moques de moi et… Je ne suis pas prête.
Oh que si tu l’es ma déesse et je suis ton dieu, nous pouvons y aller maintenant et cesse de discuter, viens m’ébranler !
Mmmm oui, c’est vrai oui, c’est si bon d’y aller, oh oui !
🙂 🙂 YES
Non non attends, non, finalement non, pas maintenant, non, pas maintenant, pas comme ça, ne devrions-nous pas encore…
Viens. On y va
Je t’en prie cette fois, ne me contrains pas. 
🙂 Ma déesse

Rejoins moi, retrouvons-nous maintenant, délicieusement amoureusement.

Oui attends oui, c’est vrai, je veux y aller tout doux tu sais, je suis comme ça et en même temps de te voir, de te sentir, j’ai envie, je… Je veux que tu me pousses, que tu m’étreignes de ta force, en Puissance, tout ce que tu es, que je ne suis pas, montre moi, viens en moi, fais entrer cette force en moi, la oui, non attends, oui, non oui, non, oui..
Oh ce divin mouvement !
Dieu qu’il est bon… Pas tout dedans, pas tout dehors,
pas dans un sens pas dans l’autre
non,
le mouvement, le mouvement bon dieu,
encore encore encore ô OUI !!!!!!!!!!!

Je reviendrai vous conter non plus en poésie mais de manière plus concrète (parce que ce petit texte entre l’homme et la femme, c’est pas qu’au lit que ça se passe, c’est aussi en toi si si, sois attentif et tu verras ;)) sur Être Humain comment concilier en soi et avec l’autre nos énergies masculines et féminines qui sont complémentaires et nécessaires, l’une comme l’autre à l’accomplissement de ce nous sommes, ici, sur terre, dans la matière.
Et arrêter, bon dieu de se faire la guerre.
Et nan, je te parle pas de cet autre que tu pointes du doigt qui achète des armes et contraint un pays à se battre, je te parle de Toi aussi, qui fais la guerre à l’autre, tout le temps, oui, ben oui.
Ça se fait en nous mais aussi avec l’Autre.
Les implications dans votre vie, pour créer mais aussi au lit, on en parlera aussi ! 🙂

Les hommes, vous allez peut-être finir par comprendre et accepter la “folie” de la femme qui veut et qui veut pas, mais pourtant qui veut bien. 😀
Ne plus en avoir peur, ni d’Elle, ni de votre sexe, ni de votre infinie puissance, jouer avec elle. Apprendre d’elle.
Le sexe est un Jeu, un jeu divin, tout comme la Vie.
Amis humains re-commençons à JOUER – JOUIR !!!

– Venez-vous abonner amis voyageurs, découvrir, connaître et partager avec moi les beautés, les difficultés et les mystères de notre belle humanité sur http://www.etrehumain.fr !!!

Créons ensemble ce divin mouvement !!! 🙂
(et celui-ci n’est pas politique, économique ou théorique, il vient de nos tripes ;))

Regardez cette nouvelle rubrique que je me suis éclaté à créer : « La beauté de la Vie » dans l’onglet « Notre pain quotidien » 😀 :

la beauté de la vie arrete de croire meme 500

Bisous bisous !!!!!!!!!!!!! ❤ ❤ ❤

Publicités

Un pont entre les deux mondes

un-pont-entre-nos-deux-mondes

Je vais dans ma chambre, seule, la musique du grand bleu va m’accompagner.
Je suis guidée. Je n’ai plus peur.
Je pleure. Mon dieu comme je pleure, j’ai tant attendu ce moment sans même parvenir à croire qu’il puisse exister pour de vrai,
celui que je savais, que j’avais toujours su que c’était possible,
que c’était possible.

Les journées précédentes avaient été spéciales, entre ciel et terre, beaucoup de sommeil,
de silence, de travail dans le subtil,
qui cette fois ne m’inquiétait pas,
je savais.

De ce savoir où vous ne comprenez rien mais vous savez,
ici, au plus profond de votre être.

Yes we can, yes we can
m’étais-je répété.

J’avais affronté cette force, encore, la même, celle si mystérieuse pour moi, chape de plomb qui me plombait, me mettait à terre.
Et puis j’avais compris.
De ce savoir qui ne se révèle pas aux hommes, en tous cas pas ici, dans leur tête
mais se souffle dans leur cœur.

Ce cœur, ce cœur de l’humain qui m’est si cher, si sacré, lieu de tous les possibles,
celui dans lequel tant ont cessé de croire.

Sur terre, créer ce pont,
ce pont entre les mondes,

le tien, le mien, le sien, le leur,
tout en couleur,
un pont en arc-en-ciel,
entre le ciel et la terre.

Ce moment est grave, ce moment est joyeux, ce moment est heureux.

Ce moment est précieux.

Tant et tant de fois j’ai rejoint la lumière, j’ai ressenti un amour inconditionnel,
connu une joie suprême, une sensation indicible, si jouissive.
Et tant de fois la redescente a été si dure, si douloureuse.

Ce pont, il était essentiel, entre moi et moi, et toi, et lui, et nous,
et le ciel
et la terre.

Pont de lumière, accueil inconditionnel,
amour inconditionnel de tout, tout ciel et terre, matière et non matière, beau comme laid, froid comme chaud,

Précieux chaudron qui pouvait tout englober,
Graal sublime aux reflets dorés
Qui accueillait ce tout et le transformait en Amour,
ce mot si mystérieux et si connu, l’amour…
Ce plein, plein de joie, plein de toi, plein de moi, plein de lumière, de douceur, de paix et de félicité…

Alchimistes méconnus que nous sommes,
alchimistes qui s’ignorent !
Combien de temps, combien de temps, encore !

Transformer ce plomb en or…

Transformez ce plomb en or !

Ce plomb que vous pouvez sentir avec tant de justesse, qui vous accapare, vous met à terre
vous fait vous sentir si misérable, en faute, ce plomb
que nous pouvons transformer en or, à l’intérieur, à l’extérieur
précieux sublimateur, tout en couleurs,
iridescentes, chatoyantes, scintillantes…

L’ego, serait-on deux à l’intérieur de nous-même…?

L’ego est très à la mode, on en entend parler partout, j’aimerais le décrire sous tous ses aspects – y compris certains peu connus – , à la lumière de ce que j’ai découvert. L’ego, on nous dit de prendre du recul sur lui, que ce n’est pas vraiment nous et qu’il y a une…

via L’ego, serait-on deux à l’intérieur de nous-même…? — Etre Humain

Je reviens ici sur un sujet qui m’est cher, point de départ de mon voyage, point d’arrivée, cycle sans fin, au sujet de ce que nous sommes humains. Avec un regard nouveau, affiné, affirmé. Notre double nature, cet ego, qu’on connait finalement si peu et cet autre chose, en nous. Les implications de ce sujet sont énormes, dans tous les domaines de la vie d’un humain : sa santé, sa joie, son bonheur, son rapport à lui-même, à l’Autre, au monde, à l’univers…

Bilan d’un long voyage

paix-abondance

Bonjour mes amis humains voyageurs, à l’intérieur ou sur les fabuleuses contrées de cette chère planète terre ! 🙂
En ce tout début de nouvelle année qui secoue, qui vibre à fond, pleine de nouveautés avec les craintes qui y sont associées, je voulais faire un petit bilan, pour moi, pour vous.

Parce que si vous vous caillez grave là maintenant, si vous tremblez, si vous frémissez de peur, de honte ou de je ne sais quelle émotion enfouie que vous avez déterrée et bien je veux vous dire courage, courage, je confirme toujours que c’est magnifique, que ça en vaut vraiment la peine, ô si vous saviez……!!!!!

Alors je vais vous conter ces pas, gigantesques aujourd’hui, qui paraissent si dérisoires quand on est en plein dedans et qu’on se demande vraiment si on avance ou si on piétine. 😀

On peut changer mais de folie, de manière inimaginable et ce….Tout en restant le même, si si, j’vous promets.

p1010149

Moi il y a 9 ans 🙂

Comment vous parler succinctement des milliards de changements, dans chaque petite chose de mon quotidien, dans ma vision de la vie, de l’Autre, dans mon couple, dans l’éducation de mon fils rhhhaaaa…..

Chaque jour de ma vie aujourd’hui, chaque petite seconde est un big bang.
Pas une explosion fracassante, non, ma vie est un fabuleux dessin qui prend forme, se déforme, se reforme, tout en lumières, en couleurs, en candeur.
J’ai retrouvé mon hypersensibilité d’enfant que j’avais refoulée adulte, tant on me disait que c’était pas faisable et pas présentable ! 😀 Bon, avec la maîtrise de l’âge adulte, c’est mieux mais je ressens tout très très fort et je sais pourquoi et je me fais confiance et ça m’aide pour ce que je suis venue faire ici. 🙂
Je me fais confiance, je m’aime, enfin, j’accepte de me voir en photo, je me trouve belle, enfin. Avant je me cachais, j’avais honte de moi, mon mariage avait été mon pire cauchemar : être le centre de l’attention et être photographiée ! 😀
Heu, je ris, oh je ris, enfin, je ne me sens plus écrasée par le poids de la vie, de la terre, des humains, je vois tout avec un recul qui me permet de rire !!!
Je n’ai plus peur d’avoir peur, je n’ai plus peur d’être fatiguée, je vois quand je suis fatiguée ! 😀
Je ne vois plus l’autre comme un ennemi mais comme un trésor de plus à découvrir.
Je ne déteste plus l’autre qui me fait ressentir toutes ces choses, je ne cherche plus à le changer.
Le monde et ce qu’il s’y passe ne me fait plus peur, j’en perçois l’ordre et la perfection au delà de tous les faits, de toute raison.
Ma vie n’est plus un combat, ouch cette partie là aura été la plus coriace, la plus tenace !
Ma vie ici sur terre a pris sens, je me suis reconnue et je me vois vieille, une vieille heureuse malicieuse et sage, ravie de partager, dégoûtée de voir les rides, la vieillesse de son corps mais l’acceptant en riant de bon cœur ! (alors que je pensais souvent au suicide avant ou alors à clamser jeune d’une maladie, perdre sa maman alors qu’elle avait 47 ans ne vous ouvre pas a priori un horizon très grand sur votre futur)
Heu.. et la plus belle chose apprise ces tous derniers jours… je suis enfin l’artisan de ma vie, je sais aujourd’hui que je la crée à chaque seconde, j’en ressens immédiatement les implications, cette oeuvre d’art que devient ma vie, je la veux la plus belle possible et pour cela, je viens d’apprendre à faire des choix, à décider, que c’était important pour que cette belle création prenne forme.

Je voulais aussi rappeler à ceux qui ne me connaitraient pas certains changements marquants de ma vie, de mon voyage.

La douleur physique
Il y a 9 ans, j’étais encore sous traitement anti-inflammatoires quotidiennement, passant scanners, radios et examens régulièrement pour des douleurs dans tout le corps et le dos en particulier.
Aujourd’hui je n’ai plus aucun médicaments depuis bien longtemps chez moi, je n’ai plus mal nulle part et je suis dans une forme que je n’ai jamais eu avant.

(Bon je sais, vu comme ça ça peut être déprimant parce que 9 ans, ça fait long…! 😀 Ca fait très longtemps que je n’ai plus mal et tout s’est fait progressivement en douceur, avec passage phyto, homéo, thérapeutes divers. Mais chacun a son rythme et les énergies de 2017 sont magiques !!! ;))

Par contre, il me faut préciser ici que la pleine santé signifie une pleine conscience de nos états humains fluctuants. C’est-à-dire que je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie, ni éprouvé autant de colère que depuis que je me suis guérie….!!!!! 😀
Mais rassurez-vous, une fois libéré du jugement à l’égard de cette humanité encore taboue, ça devient bien plus cool, on acquiert avec le temps une sorte de recul qui aide à gérer cette humanité qui bouscule !

La jalousie, l’amour
Il y a quelques années j’étais jalouse, depuis ma tendre enfance, une jalousie passionnelle et passionnée dont l’idéal et la représentation de l’amour était Romeo et Juliette.
“Tu meurs je meurs” 🙂

Mon Steph, s’il regardait une femme ou s’il lui faisait ne serait-ce que la bise, ça me rendait malade et j’avoue que j’usais d’une manipulation insidieuse et efficace pour qu’il voie le moins de filles possibles.
Et oui.

Le voyage révèle des trucs pas très cools, vous le savez ;).

Aujourd’hui j’ai appris, notamment de Lui, de mon Stéphane qu’il existe un amour bien plus grand, bien plus fort, bien plus puissant que celui, passionnel (et émotionnel), que je revendiquais.
Je vois l’amour de manière beaucoup plus globale, qui n’exclut pas la passion (non, ça, en fille passionnée que je suis, c’était pas possible…!!!!) mais l’englobe comme une composante non une essence de l’Amour.

L’amour que je découvre aujourd’hui chaque jour est autre chose, wouahou, je m’emploierai toute ma vie à le décrire, à l’explorer !
En potentiel c’est comme une hyper présence qui met dans un état d’extase à chaque instant; en concret pour l’instant sur terre, c’est explorer cette hyper présence à soi-même, à l’autre, au monde et commencer à en jouir.
Autant vous dire que je n’éprouve plus une once de jalousie ce qui peut paraître bizarre ou mensonger, moi même je l’aurais jamais cru mais c’est vrai…!
Cela n’est pas seulement en rapport avec cette nouvelle vision de l’amour mais bien aussi en rapport avec mes découvertes sur ce que je suis. La jalousie faisait partie de mon chemin et la vie d’ailleurs m’a amené des expériences pour la mettre en lumière.

L’extraordinaire, la magie, le subtil
Alors, ce domaine est vraiment celui qui était le plus fort, le plus important, le point d’où je suis parti le plus “bas” et où je suis allée le plus loin. Disons le domaine que j’ai exploré dans un écart énorme :

départ_______________________________________________________________arrivée 😀

J’ai commencé ce voyage en lutte avec cette partie, ne me retrouvant dans aucun écrit, ne voulant adhérer à aucune thèse, à aucun dogme.
D’abord j’ai commencé que par du scientifique : la psycho, la psychiatrie et des livres écrits par des médecins sur les émotions, sur l’effet placebo, etc.
Après je me suis approchée timidement des autres domaines.
Après j’ai été obligée de m’y pencher en commençant à pratiquer le Reiki et en constatant par moi-même des effets hallucinants, énormes…!!!!!

Mais même dans ce domaine, ça été la guerre, je me rappelle d’un jour où je suis revenue de la bibliothèque avec d’une part :
René Guénon, L’erreur spirite
Et d’autre part :
Allan Kardec Le livre des esprits.

Je crois que ce jour-là j’ai mesuré ma souffrance.
J’ai mesuré la souffrance humaine dans cette guerre qui se joue entre deux parties d’elle-même.

Le livre
Mais tout est parfait dans le chemin, si si je peux vous l’assurer même si cette idée est absolument délirante et décalée dans le quotidien que l’on vit en tant qu’humain.

Donc cette guerre que j’ai menée, aujourd’hui je la comprends, j’ai du coup exploré tout, tous les auteurs, depuis les scientifiques jusqu’à ces derniers mois les “expérienceurs” qui, par exemple sortent de leur corps et racontent ce qu’ils voient, comme les excellents auteurs que sont Daniel Meurois et Anne Givaudan.

J’ai voulu entendre tous les mots, toutes les manières de dire, j’ai voulu comprendre, comprendre toutes les résistances, l’origine de toutes les guerres que se font les humains.
J’ai voulu chercher ce langage universel qui à mon sens existe et mettra un terme à la guerre que se font les humains juste parce qu’ils ne parlent pas le même langage, juste parce qu’ils sont à priori différents, juste parce qu’ils n’assument pas cette différence, ne se font pas confiance et se méfient alors de l’autre qui met en péril cette différence quand c’est une richesse, la terre promise !

Et franchement, ce que j’ai appris est immense, je me dois de le partager. C’est encore un peu tôt pour le faire ici. J’écris mon premier livre et je sais aujourd’hui que ce ne sera pas le dernier.

Et ce alors qu’enfant, je détestais lire, je ne lisais jamais et il y a 9 ans, je ne vous aurais jamais cru si vous m’aviez dit que j’allais écrire un livre ! 😀

Pour revenir succinctement au subtil, ce mot me plaît, je l’ai enfin intégré, j’ai fait la paix.
Je travaille avec le subtil aujourd’hui chaque jour, il fait partie intégrante de la vie pour moi, il en est l’origine et il est présent pour assurer le maintien de la vie aux côtés de la matière.
Cela a un grand rapport avec la santé physique car aujourd’hui je vois la “maladie” avant, dans les mots, dans les pensées que je travaille au niveau subtil ce qui me permet de rester en bonne santé et de voir autour de moi ce qui rend les gens malades.

Mais c’est quoi ce subtil ? Ben en gros, c’est une partie de nous qu’on a oublié, qu’on a pas développé et avec laquelle on compose tout naturellement enfant.
La pratique du Reiki, en posant les mains sur moi chaque jour dans le silence m’a ouvert – m’a rappelé ! – à ce subtil que j’ai petit à petit, chaque jour, senti être à l’oeuvre dans mon corps et tout autour de moi pour le nourrir, le maintenir en vie.
Et désormais j’explore beaucoup plus loin le domaine avec encore pas mal de résistances et de questionnements qui me mènent vers mon langage, mes mots.

Nous sommes bien plus que des humains ici incarnés sur terre et cela rend cette incarnation, ici et maintenant d’autant plus importante, essentielle, précieuse.

elise-taille-mini

Moi aujourd’hui 🙂

cercle-infernal-brise-2000

Une page se tourne… 🙂

Je vous souhaite une extraordinaire nouvelle année, que tous vos rêves se réalisent, que de nouveaux rêves se dévoilent !!! ❤

Etre Humain

Etre humain, Etre humain, cette idée prenait corps en moi en même temps que le site qui s’était construit petit à petit.
Tout ce que je vivais, je l’avais retranscrit et je le partagerais,
Être humain, enfin, me laisser vivre, me lâcher la grappe, à moi, aux autres !!!!!!!!!
C’était super angoissant de se lâcher la grappe, vous avez pas idée…!

Il m’était demandé d’adopter une vision nouvelle, un autre angle de vue.
A vrai dire je connaissais cet angle, et je m’étais bien gardée de le faire vivre pleinement, tant celui-ci soulève des sommets de peur rarement atteints…! Bon et puis j’étais habituée à les grimper et les passer ces sommets, toujours, même si je suais à grosses gouttes…
Mais quel était donc ce nouvel angle ?
Arg impossible d’accéder à ce savoir en y réfléchissant encore et encore ou en attendant, pressante, ni même en m’angoissant.

Il me fallait demeurer en paix, il me fallait le sentir, l’écouter, là, au creux de mon ventre, au creux de mon être, au cœur, au plus profond du cœur de l’Humain.

Je le savais et surtout, surtout, il me fallait faire vivre ça

ça

Précisément ce qu’il nous est demandé de taire, depuis toujours.
Ce qu’on a coincé là, vous savez, vous aurez beau essayer tous les régimes de la terre entière, si vous gardez fermée cette zone ici et ben ça coincera, quoi qu’il arrive…

Vous savez, cette chaleur, là,  dans le bas ventre.
Quand c’est autre chose qui vous souffle, vous souffle tout.
Mais oui, vous savez, cette voix, taboue, de dieu en nous.

Dieu plaisir, dieu désir !

Le diable si vous préférez pour d’autres.
Celui qui connait.
Celui qui sait.

Me laisser conduire, vraiment, entièrement par cette boussole que j’avais apprivoisée au fil des années, patiemment, durement, doucement, divinement.
Je savais que quand j’étais sous sa direction, plus rien ne pouvait m’atteindre, ma paix et ma joie était à son comble et mon énergie se déployait alors tel un soleil. Une force et une puissance m’habitait aussi comme jamais.

C’était sans oublier le revers. Il est là le « diable » ! Le mal suprême.

La peur.

Je ne pouvais suivre cette boussole si la peur soudain s’immisçait car alors… Là, là ça pouvait partir en vrille, se désagréger, faire n’importe quoi.

Allais-je faire vivre ce feu en moi ?
Et le partager ?

M’enfin, bien sûr que OUI !!!!!!!!!!!!!!
J’étais prête, j’avais affronté mes pires peurs, elles étaient toujours présentes bien sûr mais je pouvais les maîtriser désormais !
– Vous savez qu’il m’est arrivé ces derniers jours de prendre corps, littéralement. Je peux vous dire que ça fait bizarre, je veux dire, ça fait 35 ans que j’ai ce corps, 7 ans que je bosse dessus, en conscience, en yoga, etc. Et bien j’ai pris corps littéralement, j’ai senti que je remplissais divinement tout mon corps, tout mon être. Je faisais corps avec moi-même, tout se réunifiait en moi. –
Nan parce que tu sais quand ta boussole te dit de travailler, là ça va, ça apaise les peurs, c’est cool, c’est ce que veut ton mental : avancer, réussir, etc.
Mais quand cette boussole te dit de pousser la musique et de danser…
Quand ta boussole te dit de te faire un soin de deux heures durant lequel tu voyages,
quand ta boussole te dit d’écrire un poème quand tu sais que tu devais finir un truc super important,

Ben là ça coince, sérieusement. et si tu essaies de le mettre en oeuvre, laisse-moi te dire que ça peut soulever des peurs et des freins dont t’as pas idée… Ça peut aller au tout début du processus d’une bonne dépression à un ressenti de peur, des tensions musculaires, en passant par le ventre qui se noue…

Jusqu’à ce que ça se fasse de manière fluide, délicieuse, spacieuse dans une divine sensation qui étreint tout ton être !

Et à vrai dire, ta boussole ne t’obligera jamais à rien, en elle même elle n’est jamais dangereuse, toujours douce, toujours patiente mais si la peur prend corps et se fige en toi, là….
A vrai dire aussi, cette boussole se doit de bien se connaître, par exemple, elle doit s’accorder avec une partie agissante et créatrice qui travaille étroitement avec elle autrement elle demeure dans la passivité et l’immobilité de celui qui attend sans fin que la boussole lui dévoile le chemin…

bref…

J’étais prête à adopter ce nouvel angle de vue et à vrai dire, je le connaissais, cette boussole n’est pas si mystérieuse que ça !
C’est ce regard amoureux, acéré, regard vérité, perçant, jamais jugeant, amoureux, lumineux !
C’est cet accueil confiant de ce qui est, en soi, dans l’autre.

C’est cette assurance qui remplit, qui remplit tout !

C’est ce gouvernail royal, celui qui oriente sous un autre angle, pas selon ce que j’ai appris, pas selon ce en quoi je crois, pas selon ce que j’ai planifié, pas orienté sur l’expérience ou le temps mais sur l’instant, pile, l’instant, oui !

En cet instant ma boussole m’oriente vers un petit plaisir.
En cet instant elle m’invite à crier un bon coup !
En cet instant elle m’invite à prier !
En cet instant elle m’invite à travailler !
En cet instant elle m’invite à câliner.

Sans plus jamais me juger sur chacune de mes idées.
Le voilà, le fameux jugement dernier, il se présente à mes côtés. 🙂

Et ainsi à l’infini sans plus aucune censure, sans plus aucune censure.
La censure a été créée par celui qui navigue les yeux bandés, le cœur obscurci.
Ici mes yeux sont ouverts en grand,
mon cœur rayonne comme un grand soleil.

Un soleil que je brûle de partager à toi, à toi et aussi à toi, avec grande joie. 🙂

***

Je réalise à la fin de l’écriture de cet article que la boussole intérieure était le thème d’ouverture de ce blog il y a presque 4 ans, premier texte ici.
La boucle est bouclée. 🙂
La fin d’un cycle, le début d’un autre.

Alors je suis prête pour un nouveau voyage vers d’autres horizons, d’autres dimensions !!!
Un voyageur ne s’arrête pas en si bon chemin… 🙂

 

Stockholm Syndrome, partie 5

Stockholm syndrome partie 1

Je suis déplacée à côté d’un compagnon de cellule, un vieil ami, de très très longue date, qui me dit : “sérieux petite, on a la punition qu’on mérite, faudrait pas s’prendre pour dieu quand même. Le monde réel est ici.”

La punition, le vrai monde, se prendre pour dieu…
Le visage bouffi de coups, le sang s’écoulant encore de ma bouche, de mes oreilles, des coups reçus aussi à la poitrine, je me pose ainsi sans vraiment réfléchir mais en demeurant dans une sorte de conscience accrue de mes douleurs, mes cicatrices, mes potes de cellule autour, ma prison, mon monde, tout mon monde depuis toujours.

Que pouvait être l’autre monde ?
J’avais peur. J’en avais eu des aperçus certes mais je ne savais plus, non, je ne savais plus rien…

Il faut que j’en sache un peu plus, autrement, différemment.
Pour le moment je sais que je suis le maître des lieux, je sais que je suis mon propre bourreau, je sais que je peux me libérer mais ce savoir, loin de m’être utile, est source d’une souffrance plus terrible encore.
C’est moi qui me donne les coups, c’est moi qui me mets à terre. C’est moi qui décide de ce putain de décor tout gris.

Ce savoir est atroce, il m’est inutile, complètement, il me rend même folle de rage, une colère hurle, grandit en moi et me dévore, elle menace de faire tout péter, tout valser tout exploser, ne plus savoir, ne plus savoir, ne plus savoir…!
J’envie ces autres qui ne savent pas, je comprends pourquoi ils ne voient pas, je voudrais revenir à cette insouciance, à cette légèreté.
Sont-ils vraiment insouciants ? Sont-ils vraiment légers ?
Il me semble que la légèreté et l’insouciance que je recherche ne se trouve pas dans ce déni, oui, c’est un déni de cruauté, une souffrance masquée, une souffrance dérivée, une souffrance que l’on fuit, partout, tout autour.
Et puis ces coups que je me donne, je vois bien que beaucoup les donnent aux autres, à soi-même ou aux autres, quelle est la différence ?

Cette conscience est comme un trou vertigineux dont on ne sait ce qu’il est et quand il se termine.

***

A nouveau cette même sensation de lueur, de chaleur, de douceur.
On me chuchote des mots doux à l’oreille.
Je perçois une intense lumière, en ouvrant les yeux, tout est clair, limpide, merveilleux. tout n’est que clarté, brillance, l’espace d’un instant, sans rien comprendre, je suis dehors, je suis libre.
Mon corps bizarrement prend corps mais je le sens plus léger.
Une vive chaleur mais agréable ensemence mon cœur et grandit dans mon ventre.
Je sais, je sais qui je suis, je le sais depuis toujours, là, dans le creux de mon ventre, dans tout mon être même.

Je me dirige intuitivement vers une pièce.
Salle de cinéma ? Retour dans le passé ? Visite de mémoires de l’humanité ?
Je n’en sais fichtrement rien, comme toujours mais je m’assois dans cette drôle de machine, je ferme les yeux, je me laisse guider, je pars pour un long voyage.

C’est bizarre, je sens très fortement mon corps, je suis consciente et pourtant je ne suis plus tout à fait là.
Et les images me parviennent. C’est quoi putain c’est un cinéma dynamique…???
Je peux ressentir le vent, je peux voir des paysages jamais vu avant, en tout cas, de ce que je croyais savoir, je peux ressentir des émotions, des sensations inconnues elles aussi jusque-là.
Dans ce voyage je ne suis plus tout à fait moi, je suis projetée dans différents personnages, dans différentes réalités.

Je me sens puissant. Je ressens le pouvoir, la puissance du pouvoir. Je suis important.
J’inspire ce pouvoir, l’assurance qu’il me donne, le poids, dans tout mon corps droit et fier.
Huummmmmm que c’est bon cette sensation, moi qui me suis toujours sentie misérable, avilie, les épaules courbées.
Que c’est bon…!

Puis les images défilent, avec elles les années.

Je trahis. Je me venge.
Je suis amer. Je me sens si faible, si misérable. Je sens mon corps mort. Je sais qu’on vient de m’empoisonner. Juste rien. Plus rien.

Que suis-je dans cette scène ? Une montagne ? La nature ?

Ooooohhhhhh ici je médite, haut perché dans une montagne, seul. Je suis la montagne.
Ooh…! Je lévite…!!!!
Je ressens alors une sensation en haut de ma tête, comme si la partie haute de ma tête soudain se soulevait. C’est une sensation singulière, de chaleur, de lumière.
Puis la sensation envahit tout mon être je me sens transportée par une chaleur et une vague intense qui étreint tout mon être en une extase sublime, extraordinaire qui me relie à toute la terre.

……………. Que suis-je ici…???!!! Je ne ressens pas de corps, je ne vois pas vraiment. J’ai l’impression… Que… Que je suis dans l’espace. Je ne sais pas ce que je suis. Ça ne ressemble à rien que je connais.
hhhhhhh Je vois la terre. Non… Je la ressens. Un amour immense. J’aime la terre, mon dieu que j’aime la terre………!
Je suis l’univers. Quel est ce lieu ? C’est merveilleux.

J’ouvre les yeux, le voyage est terminé.
Je ressens une paix profonde, une chaleur dans tout mon être. Je ressens la terre au creux de mon ventre.

Je ne sais plus rien mais une intime conviction, d’une puissance bien plus grande encore que toute ma connaissance, prend corps en moi, serait-ce cela la Foi…?

***

A suivre…

Appel à la paix

Chacun est à sa juste place

 

La guerre est partout.
Oui, partout, tout autour.
Tu es contre la guerre ?
Contre la violence ?
Tu défends la paix ?

Et bien fais la paix à l’intérieur de toi-même !
Aime-toi tel que tu es,
et tu cesseras d’agresser,
ou de te violenter.
Parce qu’il n’est pas ce que tu es,
parce que tu as peur,
peur d’être qui tu es, l’exprimer,
oser l’exprimer !
Le faire rayonner !

Oui, tu fais la guerre,
en ce moment même,
et pas qu’à toi-même,
par tes mots, ta posture,
ton regard qui,
s’éloignant de la grâce
de la bonté,
de la simplicité,
de la pureté,
de la sincérité,
de la beauté,
délimitent, tel le chat, son territoire,
fronce les sourcils,
pour ne pas voir,
là, entre les deux sourcils.

Oui, regarde, observe, ressens, entends bon dieu, entends !
Ton corps se resserre,
ton cœur se resserre,
tout en tension,
en balises,
en cicatrices,
en attaque ou en défense,
où est la différence ?

L’autre n’est pas ton ennemi !
Tu le sais, oui !
Mais le sens tu, là dans cet espace sacré, où resplendit la vérité ?

Ose regarder, ose !
Là tu le pousses, tu le cognes,
ou tu te terres dans ton coin,
ton corps inondé de contractures,
ou bien as-tu développé ta musculature ?

La guerre est le propre de l’homme ?
Peut-être jusqu’à aujourd’hui,
mais c’est fini !

La lumière désormais l’attire,
la vraie, la pure il ne la confond plus avec le métal de son épée qui scintille, brille,
pacotille !
Il agonise de cette violence,
il hurle à grands cris que peut-être toi tu ne peux entendre.

Même le plus endurci est sensible à la grâce, la bonté, l’humour et l’amour qui rayonnent tout autour !

Tu es un homme réfléchi ?
De celui qui raisonne, qui sait ?
Alors regarde la nature !

Crois-tu que la marguerite s’évertue à apprendre au chêne,
comment il faut être ?
Crois-tu que la délicatesse qu’elle entretient,
la douceur, la fragilité
soit ce dont lui il a besoin ?
Doit-elle renoncer à être marguerite pour autant ?
Non, elle resplendit de sa beauté,
elle se laisse caresser, courber par le vent
et elle regarde avec amour et assurance,
ce grand chêne, stable et immense.

Ils s’inspirent ensemble
et aspirent à s’unir !
Ils rayonnent !
La marguerite, par sa présence,
sa beauté, son parfum subtil
élève le chêne qui lui
ne connait pas ce que c’est d’être marguerite,
ne pourra même jamais l’être.

Il sait qu’à seulement la regarder et la laisser exister,
il sent dans son cœur de grand arbre,
ce que c’est,
ô, ce que c’est que d’aimer !

Enlacés, unis dans l’éternité et le sacré,
rayonnant la paix et la vérité,
ils pleurent,
ô ils pleurent de voir couler ce sang,
de ce cœur qu’ils partagent ensemble, en aimant.