Toi et Moi, Homme/Femme – Pas-Sage :-)

Dans ce voyage, je me régale, l’être humain est décidément fascinant pour peu qu’on le découvre, qu’on le dévoile.

Je ressens la divine tension dans tout mon corps, celle de l’expression qui s’apprête à se faire.
C’est comme le sexe, les deux commencent à se confondre très clairement et très concrètement.
J’ai les mêmes sensations quand je crée, le même désir que quand j’ai envie de faire l’amour. Dans le corps, c’est une tension, une chaleur qui se répand et même une sensation forte dans le bas ventre, entre les jambes, dans tout le bassin qui monte.

Et la Rencontre, l’Union, fulgurante, éclairante.

Mmmmmmmm oui, cet humain est incroyablement fantastique, pour peu qu’on l’accueille dans tout ce qu’il Est, aussi difficile et incompréhensible soit-il parfois, souvent !
Mais percer ces mystères a priori insondables et illogiques demeure pour moi un plaisir qui jamais ne cesse ! 😀

Mais ce n’est pas de ça que je voulais parler enfin, si, bien sûr, il s’agit toujours de l’Humain !
C’est le yin et le yang que je veux dire, transmettre.
L’homme et la femme, physiquement et en nous, partager avec vous cette découverte encore, sublime, cette danse que j’affectionne et que mon mental prend un malin plaisir à comprendre.
Car finalement mes amis, nous ressentons tous n’est-ce pas ? Et le dire est encore autre chose et le comprendre une autre, et l’intégrer encore autre chose !

Savoir, comprendre, Vivre et Expérimenter encore et encore, Voilà le chemin de l’apprenti-sage ! 😉

Ne plus chercher à tout savoir mais se délecter de tout ce qu’il nous reste à découvrir,
Mmmm serait-ce.. Serait-ce là le bonheur…?
Mmmm ô oui ! Ça y ressemble, c’est bon, c’est si bon !
Ne plus attendre le rien : plus de douleur, plus de malheur, plus de plus de.. Merde, plus de vie…!
Mais au contraire se délecter… De connaître, de voir, de recevoir, de donner, partager encore et encore bon dieu oui !
Boulimie de sexe, boulimie d’Amour !!!!!! 😀 😀 😀

Boulimie de Vie qui parcourt tout ton Être.

Ca fait bien plusieurs jours, semaines ? Que se mène tantôt un combat, tantôt une divine danse à l’intérieur de moi (et… sur Terre, notre corps est le monde, aussi :-)).
Entre deux aspects, a priori incompatibles mais mais, qui, pourtant ont envie d’être ensemble, sont, irrémédiablement, irrésistiblement attirés l’un par l’autre.

Ce mystère humain. 🙂

Ce mystère-là m’en aura donné du fil à retordre, des batailles, des crises, tantôt l’un, tantôt l’autre !
L’un tentant de bannir l’autre, se retrouvant choqué de la nature profondément différente, a priori incompatible de l’autre, tentant alors dans un sursaut de logique de survie d’être comme l’autre, les deux forces s’annihilant alors…

Quand elle cherchent à s’unir, à créer la divine alchimie, ensemble !

Ggggggggnnnnn j’y vais, je le veux, il le faut MAINTENANT.
Patience, patience – énergie douce, si douce, maternante féminine – ooohhh
GRrrrrrrrrrr on y va MAINTENANT, je te prends sur le champ.
Oh mais voyons ne sois pas si rude, nous ne sommes pas des animaux, nous pouvons nous poser tranquillement.
Viens je te dis t’en as envie, je le sais.
Oh, oui c’est vrai mais.. non voyons.. Pourquoi ? Prenons le temps de nous découvrir, de nous dévoiler, d’entendre.
GRRrrrrrrrrr arrachons les comme ça toutes ces couches, d’un coup !
heu.. Bon.. oui je suis d’accord, qu’on les découvre maintenant ! Mais il faut que tu écoutes, aussi, mon rythme.
….. Non Attends, tu vas trop vite, j’ai peur de me mettre à nue ainsi, que tu te moques de moi et… Je ne suis pas prête.
Oh que si tu l’es ma déesse et je suis ton dieu, nous pouvons y aller maintenant et cesse de discuter, viens m’ébranler !
Mmmm oui, c’est vrai oui, c’est si bon d’y aller, oh oui !
🙂 🙂 YES
Non non attends, non, finalement non, pas maintenant, non, pas maintenant, pas comme ça, ne devrions-nous pas encore…
Viens. On y va
Je t’en prie cette fois, ne me contrains pas. 
🙂 Ma déesse

Rejoins moi, retrouvons-nous maintenant, délicieusement amoureusement.

Oui attends oui, c’est vrai, je veux y aller tout doux tu sais, je suis comme ça et en même temps de te voir, de te sentir, j’ai envie, je… Je veux que tu me pousses, que tu m’étreignes de ta force, en Puissance, tout ce que tu es, que je ne suis pas, montre moi, viens en moi, fais entrer cette force en moi, la oui, non attends, oui, non oui, non, oui..
Oh ce divin mouvement !
Dieu qu’il est bon… Pas tout dedans, pas tout dehors,
pas dans un sens pas dans l’autre
non,
le mouvement, le mouvement bon dieu,
encore encore encore ô OUI !!!!!!!!!!!

Je reviendrai vous conter non plus en poésie mais de manière plus concrète (parce que ce petit texte entre l’homme et la femme, c’est pas qu’au lit que ça se passe, c’est aussi en toi si si, sois attentif et tu verras ;)) sur Être Humain comment concilier en soi et avec l’autre nos énergies masculines et féminines qui sont complémentaires et nécessaires, l’une comme l’autre à l’accomplissement de ce nous sommes, ici, sur terre, dans la matière.
Et arrêter, bon dieu de se faire la guerre.
Et nan, je te parle pas de cet autre que tu pointes du doigt qui achète des armes et contraint un pays à se battre, je te parle de Toi aussi, qui fais la guerre à l’autre, tout le temps, oui, ben oui.
Ça se fait en nous mais aussi avec l’Autre.
Les implications dans votre vie, pour créer mais aussi au lit, on en parlera aussi ! 🙂

Les hommes, vous allez peut-être finir par comprendre et accepter la “folie” de la femme qui veut et qui veut pas, mais pourtant qui veut bien. 😀
Ne plus en avoir peur, ni d’Elle, ni de votre sexe, ni de votre infinie puissance, jouer avec elle. Apprendre d’elle.
Le sexe est un Jeu, un jeu divin, tout comme la Vie.
Amis humains re-commençons à JOUER – JOUIR !!!

– Venez-vous abonner amis voyageurs, découvrir, connaître et partager avec moi les beautés, les difficultés et les mystères de notre belle humanité sur http://www.etrehumain.fr !!!

Créons ensemble ce divin mouvement !!! 🙂
(et celui-ci n’est pas politique, économique ou théorique, il vient de nos tripes ;))

Regardez cette nouvelle rubrique que je me suis éclaté à créer : « La beauté de la Vie » dans l’onglet « Notre pain quotidien » 😀 :

la beauté de la vie arrete de croire meme 500

Bisous bisous !!!!!!!!!!!!! ❤ ❤ ❤

Publicités

Libère ta sexualité !

« Les femmes sont des putes. »
« Les hommes des salauds qui ne pensent qu’au c.. »
« Les couples mariés s’ennuient à mourir, vivre en couple, c’est s’endormir, c’est mourir. »

Et toutes ces blagues qui circulent, toujours sur le même thème, les mêmes idées, les mêmes croyances, qui reviennent autour du sexe.

Fameux masque de l’humain avec lequel j’ai appris à composer mais qui a le don de me hérisser le poil.
Attention, je vais lâcher la bride ici, ça va faire mal et ça va faire du bien. 😀
Avant de créer de manière plus posée sur Être Humain un atelier qui s’intitulera “Nouveaux couples, Nouvelle sexualité”, je vais naviguer dans le flot des mots pour y voir plus clair, bien centrer ma pensée avant de la croiser avec l’Autre.

Prêts à naviguer avec moi sur l’épineux, fascinant, extraordinaire, fougueux, tabou sujet de la sexualité ?
🙂

Pour cela, je vais vous parler de mon parcours, mon expérience, mon Histoire, intimement reliée à ce sujet.

Ma maman (ma mère était une femme EXCEPTIONNELLE, sur ce coup là, elles nous a fait bosser sur de sacrées mémoires…! ) a été prostituée (et avant hippie aussi) durant quelques années où j’étais jeune enfant (elle est décédée aujourd’hui et elle n’avait pas honte de ce “secret”, nous en parlions très (ouch,  beaucoup) librement, c’est pourquoi j’en parle ici), elle m’a rapporté énormément de témoignages de ce qu’elle a vécu, vu, entendu.
La rue. L’amour. Le couple.

J’ai quatre papa. (rassurez-vous, pas des clients, des hommes très biens, très très différents)
Je suis mariée, en couple depuis 20 ans.
Et d’autres petites choses que je garderai privées.

Ce sujet m’intéresse, je l’ai creusé, je l’ai déterré dans mon voyage, rah là là, si vous saviez ce que j’y ai trouvé…!
Je ne sais même pas par où commencer, comment partager !
Mais c’est super important et je veux le faire depuis si longtemps…!
Ca ne se fera pas en une fois, ce n’est que le début et c’est ensemble que ça se poursuivra parce que je suis loin d’avoir fini d’épuiser ce sujet fabuleux, immense qui s’ouvre à moi.

Je poursuis le partage de mon expérience, la mienne cette fois, dans mon couple.
Toute jeune j’ai été abreuvée par la même information que vous, les films pornos regardés en cachette avec mon amie, les revues, ma mère m’a fait prendre la pilule très jeune et j’étais très tôt très très informée. J’ai eu ma première expérience sexuelle à l’âge de 15 ans (j’aimais bien les garçons ;))

Ensuite j’ai rencontré mon Stéphane.
J’ai donc essayé d’aborder la sexualité sous l’angle suggéré,

– j’ai passé plus de 30 ans à baigner pleinement douloureusement dans les mémoires de l’Humain avant de m’en libérer, je m’y replonge avec vous, pour vous –

satisfaire mon homme, trouver des positions intéressantes, attrayantes, les jolis dessous, gémir, faire semblant de jouir, porter le masque, jouer la fille facile, la fille experte, la timide, etc. Des années et des années d’expérience.

Mais ce n’était pas tout mes amis, J’étais bien là Moi aussi.

Vous savez, ce truc qui clashe, qui fait que vous ne parvenez pas à vous fondre dans le moule, tout en mettant toute votre énergie à vous fondre dedans.

– la pire torture que s’inflige quotidiennement l’Humain en fait… –

Donc, en même temps que je jouais le jeu comme chacun, comme chacune, des fois j’avais pas envie.
Des fois je hurlais.
Des fois….
Je savourais sans bien comprendre une sexualité splendide, la mienne, la nôtre, la RENCONTRE, sublime, créatrice, fusionnelle, explosive, jouissive !

Mais à cette époque, je ne me connaissais pas, je ne me faisais pas confiance,
je subissais.
Avec Stéphane, j’ai toujours pu parler librement, ça a très vite été un sujet important, tantôt, douloureux, tantôt joyeux, nous en parlions beaucoup, nous cherchions.
Sans savoir ce que nous cherchions…

Jusqu’à ce que nous commencions un chemin d’évolution consciente, ça fait maintenant 8, 9 ans.
Je peux vous dire que je ne me suis jamais ennuyée (l’ennui mes amis, ne dépend absolument pas de ce que vous faites mais de ce que vous êtes !), que vivre avec une même personne durant de longues années au contraire vous fait découvrir des choses extraordinaires et il ne s’agit pas de positions, de lieu ou d’autres inventions de l’humain qui a faim.

Non, toujours dans une grande simplicité, avec beaucoup, beaucoup d’intensité.
Pas le divertissement. l’éloignement.
La profondeur, le coeur, le rapprochement.

945452_332108133584693_85359258_n

Ce que l’Homme cherche désespérément et confusément dans tout ce sexe qu’il consomme sous toutes les formes.

Entendons nous bien ici, je ne juge personne, je comprends tellement l’humain, tellement je le ressens.
Il ne s’agit pas non plus de dire ce qui est bien ou mal.

Je parle ici de ce qui sonne juste,
.
Au fond.

Et je le dis avec beaucoup de peine car je ressens si fort l’humain qui s’épuise loin de lui même, son coeur qui hurle.
L’occasion de témoigner ici sur le couple qui dure et la fidélité et ce que cela peut apporter.
Et je l’ai triturée cette question lorsque j’ai cherché ma liberté.
Bien évidemment, j’ai tout remis en cause, y compris mon couple et ma vision de la fidélité.

Cette question était même au cœur de mon voyage.

J’ai finalement consciemment fait le choix de la fidélité dans un monde qui me semble tellement tellement abusé, vicié du point de vue de la sexualité. Sur mon chemin cela m’a semblé important, juste, dans cette époque, ici et maintenant. Je sentais combien l’homme, l’Ami, le patient, pouvait glisser facilement dans ce trou vertigineux dans lequel il s’est trouvé tomber sans fin dans le domaine de la sexualité.

Il me faut répéter ici, je ne parle pas de religion, je ne parle pas de bien ou de mal extérieur mais bien plutot d’un cri, d’un cri intérieur.
Je ne suis pas non plus en train de vous dire qu’il faut être fidèle ou qu’il faut être ceci ou cela.

Je témoigne, je témoigne à celui qui se perdrait dans cette illusion de liberté qu’il se donne en cherchant la liberté dans le libertinage et en souffrirait sans parvenir à faire face à cette souffrance.

Je témoigne à celui qui se trouve coincé dans ces mémoires douloureuses de l’humain à reproduire, encore et encore le même chemin, se rassurant en se disant que le couple, c’est l’ennui.

Je témoigne à celui qui se questionne, n’en dort plus la nuit, celui qui n’y croit plus, celui qui se trouve pris entre ce qu’il ressent d’Elle et ce qu’il croit, ce que ses voix – les mémoires –  lui assènent “toutes les femmes ne sont que des putains.
Toutes les mêmes. »

Toi qui lis cela, sors de là, sors de là !
Fais toi confiance et vois ! Vois !
Laisse lui sa chance !

Laissez vous votre chance, votre chance de vivre l’amour dont vous rêvez depuis toujours car celui-ci existe, il existe et je reviendrai vous en parler.

Au sujet des ateliers : Je vais créer des ateliers à distance, avec skype ou un autre support, celui qui sera le plus pratique où nous pourrons échanger, ensemble, et « travailler » sur cette nouvelle sexualité qui cherche à émerger. La rendre consciente, effective dans la matière, qu’elle ne reste pas un idéal. Nous échangeraons sur les difficultés. Nous travaillerons aussi aussi au niveau énergétique. (il ne s’agit pas ici de dévoiler des détails « crus » de sa sexualité, je souhaite que ces ateliers restent pudiques, c’est-à-dire respectueux de la pudeur de chacun, il ne s’agit donc pas là d’un étalage de détails sur sa sexualité mais plus d’un partage de ressentis intimes)

Sur le sujet d’une « autre » sexualité, je vous conseille l’excellent livre L’amant tantrique, témoignage précieux d’un homme qui pratique cette nouvelle sexualité et la partage avec beaucoup d’amour. (pour ceux qui sont intéressés, vous pouvez me contacter par mail pour que je vous envoie un court extrait scanné 🙂 voyageaucoeurdelhumain@gmail.com)

A très vite ! ❤

Faire le lien

Je bosse dur en ce moment et parfois, j’en oublie que mon boulot est d’explorer l’humain, le faire vivre dans toutes ses facettes, ce qui est en fait extrêmement difficile et extrêmement jouissif.
En effet, ces derniers temps, je travaille une partie de moi bien développée auparavant mais associée, je crois, à de terribles souffrances.
C’est tout ce dont j’ai cherché à sortir, tout ce contre quoi je m’étais rebellée ces dernières années (et ce contre quoi ma mère se rebellait aussi !) pour trouver cette partie de moi authentique, poétique, libre, ivre.

Je travaille à m’organiser, à planifier, à écrire d’une manière concrète, claire, pédagogique, contrôlée en quelque sorte afin que mon écriture soit compréhensible au plus grand nombre, y compris les “non-poètes” (est-ce que c’est possible ça ?? Je veux dire tout humain a un cœur de poète), je veux dire par là à ceux qui ont moins eu l’occasion de développer cette partie-là. Je cherche à être concise et à ne pas trop partir en envolée, à rester concentrée sur le but, le projet, les termes que je me suis fixée pour mener à bien ce projet qui me tient à cœur, Être humain (Un site en cours de construction ou je proposerai de l’information claire et détaillée sur l’humain mais aussi un espace d’accueil et d’échange avec peut-être bien un forum ainsi que des consultations individuelles).
Cela demande que je fasse travailler ce mental qui m’en a fait voir de toutes les couleurs, dont je m’étais éloignée, merveilleuse faculté d’abstraction, de réflexion, de compréhension, de clarification quand elle est au service de l’humain.

Entendons nous bien, il ne s’agit en aucun cas de renier ce que je suis, en fait, ce que je suis n’est pas le poète, n’est pas ci ou ça, c’est tout ça, tout ça à la fois et je le découvre avec joie aujourd’hui même si c’est sacrément déstabilisant.

Le système dans lequel nous sommes, celui que nous exécrons parfois, celui que nous voulons changer, il fait partie de nous et nous en avons besoin si nous voulons le faire évoluer.
Trop de poètes, de pures pépites qui demeurent dans l’ombre, contre le système, au ban du système, écartés du système, par les autres et d’eux-mêmes, gâchis de compétences ! Perte cruciale pour la terre et les humains !
Ce monde fait partie de nous et quelle chance en fait, d’en avoir appris et saisi le fonctionnement. Vivre dans le monde d’aujourd’hui est difficile mais c’est celui que nous avons choisi, je suis là pour quelque chose et je vais le faire.

Ici sur Voyage au cœur de l’humain, mon écriture explore, je la laisse vivre, je la laisse me guider, me montrer le chemin, là-bas, c’est différent, je rassemble les pièces du puzzle patiemment trouvées ici, je les mets en ordre afin de créer un magnifique puzzle, coloré, qui donne envie, qui inspire.

Là-bas je dévoile enfin qui je suis pas seulement au niveau du cœur, mais aussi au niveau de celle que je me suis construite, ici, sur terre, ma nouvelle personnalité, celle-là dépouillée de l’ancien et revêtue d’un nouveau manteau tout beau, mon oeuvre d’art, celle que j’ai créée, celle que je crée en ce moment, ma nouvelle réalité, mon nouvel ego, mon nouveau moi qui bouge à chaque instant ! 🙂
Et ce n’est pas facile du tout parce qu’en explorant l’humain, surtout quand on atteint le cœur… (!) on trouve cette partie divine, absolument fabuleuse, merveilleuse, impalpable, parfaite, on aurait envie de quitter cette peau d’humain, qui a peur, qui a froid, qui ressent le poids de la matière, qui pense étroit, qui doute, etc..
On ne comprend pas quand on monte très haut, ça fait un choc de redescendre et c’est pourtant ce qu’on est venu faire sur terre,  et cela notre cœur nous le dit très fort aussi, faire le lien entre le ciel et la terre, faire des va et vient entre ces deux états que j’ai appris à aimer.

Vivre est une danse, une danse entre ces différents plans qui nous composent et qui font de nous des êtres d’une extraordinaire richesse.

Et je crois que c’est pour ça aussi que les humains bien souvent se rassemblent entre “ces deux parties” : ceux qui sont bien ancrés, bien intégrés qui ont un boulot, une bonne construction psychique, égotique qui leur permet d’envoyer les messages adéquats à l’autre de reconnaissance, les bonnes protections, pour survivre dans un monde de brutes il faut le dire; et ceux qui ont cette connexion naturellement avec le ciel, les esprits et le cœur ouvert en grand, avec les déroutes, l’instabilité, la peur, la souffrance que cela peut provoquer. Souvent ils sont en couples, amis.
Wouaouh, pour peu que ces deux parties là se rejoignent, à l’intérieur et à l’extérieur, se respectent et s’écoutent, mieux, travaillent ensemble, et je crois que c’est ce qui arrive, c’est …………. Ça fait faire à la terre un géant bond en avant.

Faire le lien.

La terre, la matière me permet une jouissance qui est mon moteur. Pas facile du tout à faire vivre ces temps-ci justement parce qu’à rentrer dans ce moule un peu étroit d’organisation, de travail, on en oublie vite le moteur principal (quand ce n’est plus la peur, la menace d’une punition), le carburant de notre statut d’humain ici sur terre, le plaisir, la jouissance.
Ce matin, hier, mon cou était tendu, mon ventre était douloureux, moment où j’ovule, très grande énergie qui met en lumière les tensions, encore, les retenues, toujours, à Vivre, pleinement. Pas facile à canaliser mais ça y est, ça se fait maintenant.
Je reste ciblée sur mon objectif de travail, je me fais un soin “méditatif”, pfff… ça fonctionne pas du tout !!! 😀
et puis…
c’est la jouissance qui m’appelle. Je mets la musique, je ferme les yeux….

Et laisse mon corps se déployer, se libérer de ce carcan encore en vigueur ici et maintenant sur notre belle terre et qui est en moi comme en chacun des humains. Mes sens s’éveillent, mon corps bouge, ondule, j’entends ces préoccupations dans ma tête qui doutent, qui organisent, je les entends de plus en plus loin, mon corps en a besoin !
Mes mouvements se déchaînent, je pleure, je crie, je chante, mes membres se déploient, mes ailes, se déploient ! Et les pensées s’envolent, il n’y a que le corps, le corps et la jouissance, la jouissance d’être en vie, de sentir ce corps qui devient alors léger, comme si la matière fondait, comme si plus rien n’était séparé,

le lien.

Le lien alors se fait, entre le ciel et la terre.
Dans ces moments, je dois dire que mon corps fait des mouvements d’une grâce qui n’a rien à voir avec ce qu’on apprend, ce qu’on contrôle. Je sais alors danser comme une danseuse sans avoir appris à danser. Mon corps me semble être le poids d’un enfant, il bouge tout seul et cette sensation est divine, l’énergie qui se déploie alors – le feu sacré – est considérable, monumentale.
Je crois qu’un humain qui se fait du bien quels que soient les moyens, en mangeant (et en étant pleinement présent, pas en train de penser aux kilos qu’il va prendre), en faisant l’amour, en jouant, en riant, déploie autour de lui une énergie merveilleuse pour la terre, j’en suis même certaine.

Je me rappelle Don Marcelino qui disait qu’un homme et une femme qui faisaient l’amour représentaient la plus puissante prière de l’univers, ô oui…!
Encore faut-il que l’humain apprenne à lâcher la performance ou ces pulsions réflexes, ancestrales qui l’éloignent de ce naturel, de cette beauté, de cette lenteur, divine, d’entendre, de sentir, de retenir, de savourer, de voir avec chaque partie de son corps…

Ô oui, c’est un long chemin  encore qu’il nous reste à faire pour devenir pleinement Humain et donc aussi, un dur labeur qui demande pas seulement de lâcher, de s’envoler mais aussi d’ancrer, d’organiser, de discipliner, de bosser, c’est bien en alliant ces deux parties de nous même que nous créons sur terre et c’est ensemble que nous y arrivons.