Tout l’or du monde entre Nos mains…

 

Ma passion est à son comble, mon ardeur, brûlante, dévorante…

Et eux, et Lui et Elle,
qui me rap-pellent
à cette torture que je m’inflige, d’être moi, chaque fois, de les brûler, un peu,
là où ils ont froids.

Ils m’enterrent !
Les bougres, et voilà que je me mets à terre,
non pas voluptueusement, non, j’y suis catapultée !
La pute…
Connard !

Et voilà que je renifle leur merde,
que je la ramasse, encore, moi qui vient du soleil, et de l’air
là où tout est or,
cet or que je voudrais leur transmettre,
sales bourreaux de mes vies
je vais vous tuer, je vous le dis !
Vous n’allez plus me passer au crible de ce feu terrestre,
confondus, perdus que vous êtes !
Je ne parle pas du même feu bon dieu !

C’est ensemble que nous allons y aller !
Cette mort, ce noir, ces cendres qui vous font si peur,
bande d’enculés !
Cette mort est si douce, elle est divine !
C’est la vie qui vous attend !
C’est la vie que je vous tends !
De ces flammes que vous prenez pour un enfer,
celui qui gravite autour de leurs lances de fer,
Vos armures,
vos lames, acérées…
Mes larmes ne peuvent rien à côté…
Je souffre, je souflle,
ce soufre
je le brûle pour toi, tu ne vois donc pas ?
Je suis un alchimiste et tu n’es qu’un goujat !
Un soldat, un un-pitoyable soldat
armé à bloc avec ses fers, son enfer et ses balles qu’il assène à son frère…

Je t’emmerde, je t’emmerde !
De cette merde que tu mets dans ton nez et que tu projettes sur ton nouveau né !

Que je te fais sentir avec mes mots, mes armes, à moi,
tu vois…
Elles sont douces, amères, colorées,
sucrées salées,
de toutes les couleurs, de toutes les odeurs…
je t’en fais voir de toutes les couleurs,
tu vois,
de celles que tu ne vois pas,
que tu te refuses, encore, à toucher, sentir,
sentir !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Sentir !!!!!!!!!!!!!!!!!!
Sentir !!!!!!!!!!!!!!!

Voilà que ton nez se bouche encore,
tes pores qui se resserrent et lacèrent…
Embranchement de tes émotions, là, au creux de tes poumons…
qui se serrent
de peur.
Auto combustion.
Autoconfusion.
Ca crépite,
ça crépite,
ça l-évite

Putain !
Putain !

Reviens !
Je t’en prie reviens !
Mettons nous au coin de ce feu, approchons nous un peu si tu veux,
je te le ferai sentir, d’abord doucement,
sens, ressens, sa chaleur…
Approche-toi, encore.

Mais il brûle, il brûle,
c’est dangereux !

Que tu crois,
Accroché à tes balises terrestres paramétrés, ficelées et hypercadrées
que tu crois mon amour…
Mon frère, ma Terre.
Encore, approchons nous, tu veux bien. Ce feu nous attend, depuis si longtemps…!

Il a toujours été présent au coeur de notre Mère, à tous,
Regarde bordel !
Ouvre les yeux !
Ouvre ton coeur, dégage-le de ce mécanisme infernal, de métal,
qui comprime, qui serre, resserre, enterre !
Boîte de pacotille où il se sent à l’étroit,
là…
La Terre, notre chère Terre…
son centre mon ami, mon frère, mon amour, son centre est un coeur brûlant, ardent,
tu vois…

Non tu ne vois pas encore.
Naïveté enfantine de toutes ces vies…!
Qui désormais est finie.

Sache, sache mon chéri,
que ma colère sera à la hauteur de ta connerie.
Je ne vais plus manger la terre.
Je vais brûler de mon feu,
cette fois sans t’écouter et donc, sans me consumer,
seulement la merde dont je ne veux plus, seulement ton métal,
que je vais fondre et refondre,
sans aucun répit,
sans le moindre doute ni la moindre intransigeance…
retrouver l’or,
Notre or,
l’Or de nos terres…
Perdues !
Bientôt recouvrées.

Si si je t’assure !
Vois…

Tu es là,
je suis là et ensemble nous brûlons d’amour,
de passion,
d’une passion maîtrisée, cadrée et divinement révoltée.
Ensemble tout devient alors possible,
notre force est indestructible,
Force de du feu, force de dieu
force de vie colossale de ne pas faire comme eux tout en étant avec eux.

Nous pulsons au rythme de cette pulsion primitive,
divin mouvement de la vie,
nous faisons l’amour à chaque instant de cet amour brûlant qui se partage instantanément.
Cette jouissance est palpable, elle est contrôlable !
contrôlée et enviée.

Toi qui ne jouis pas,
et qui cherche à nous voler
sans vouloir L’approcher
ce secret
ce bonheur désormais recouvré et maitrisé,
nous te tenons à distance, près de ce fer de Lance,
proche de ton essence, là, sur la lueur de ce fer de lance.

Qu’ensemble nous avons appris à manier,
tels de divins et redoutables guerriers,
de l’amour, de la paix !

Je ne t’enseignerai pas cet amour sans ton accord
car alors!!!
Je serai féroce avec Lui.
Sans plus aucune pitié.

Arrière !
Si ce n’est pas pour jouir,
tu peux déguerpir.

A mon Stéphane, ma flamme jumelle, le divin ennemi de toutes mes vies, qui m’a fait grandir, dans celle-ci, puisque je n’avais que 15 ans quand je l’ai rencontré, et dans toutes les autres, où il a fait naître et grandir ma rage, de cette précieuse rage, plus grande force de vie jamais acquise sur cette belle Terre au service de l’Un et de l’Amour… 

A Notre vie passée, la seule, l’unique, dans ce divin paradis où tout était possible, grandiose, merveilleux, joyeux, heureux !

A Vous, nombreuses et précieuses âmes sœurs, qui avez m’avez rappelée à mon essence, mon amour, ma passion, ardente et dévorante, qui m’avez permis de ne jamais la lâcher auprès de Lui, ce connard d’ennemi froid et un-placable.

A Nous, Êtres Humains qui sommes si proches de cet accord essentiel pour maîtriser ce feu brûlant capable de tous les possibles, oui, tout est possible maintenant.

Et enfin aux loups, aux sorciers et sorcières et à leurs précieuses connaissances transmises depuis la nuit des temps sur la redoutable jungle humaine. Sans qui ce possible ne pourrait pas prendre corps…

Merci

Elise, Artiste, Femme, enseignante et thérapeute précurseur de l’Être Humain, au service du développement de son plein potentiel de puissance.
Vous pouvez me retrouver sur Ollioules ou à distance pour des rencontres, soins, ou initiations (Reiki) afin de vous aider à recréer ce Lien grâce auquel tout est possible…

http://www.etrehumain.fr/

We are all we need ❤ ❤ ❤

Publicités

Notre Terre qui es aux Cieux…

Mon corps chauffe, ma sensualité est à son comble,
les mots m’appellent, ma plume,
mes doigts, l’écran et moi.
Ma terre.
Ma chère Terre.
Celle que j’ai cherchée, si longtemps.
Errant,
voyageant
dans des terres arides, détrempées,
noyées,
labyrinthes obscurs, numineux,
dédales monstrueux…

La voici. enfin.
Rayon de soleil,
tant attendu, inespéré.
Mensonge colossal de l’artiste au génie torturé
dont le paradis est une connaissance intime,
certaine, sereine ;
muse, source de tout l’or dans ses mains,
ses reins,
son coeur,
ses mains,
ses yeux.
Qui observent assoiffés,
le courant,
les lueurs et la froideur,
la peur, la rancoeur
et la tristesse,
nourriture primaire,
axiale paradoxale
de son bonheur,
materia prima de sa terre,
paradis un-connu de Lui, de Nous, de Tous.

Je Lui ouvre la porte à cet enflure de paradis,
perdu, retrouvé,
Loup y es-tu ?
Risettes à gogo,
larmes de croco,
Il est pas tendre le gendre…

 

J’aime lui rire au nez, jouer avec lui, il me donne envie !
Envie de Lui !
Ce bon dieu de diable miséreux qui réclame
sa came,
son Or, sa couronne,
sa puissance,
tendu vers les sommets de son ni-gnorance…

Il m’excite le bougre, ma terre, mon paradis,
parade vers Lui avec de belles Elles…

Ils se cherchent, se trouvent se perdent, s’enlacent
se lacèrent.

Divines blessures, tendre torture
qui dessine des arc-en-ciels
dans mes veines
qui pulsent
le retour au paradis.

J’entends l’eau qui coule, le rire des enfants.
Il détale pieds nus, la serviette sous le coude vers nos chutes du Niagara,
Terra nostra.
Tout brille de cette lueur essentielle Ici,
loin des feux de pacotille,

le vert resplendit,
ça joue, ça vibre, ça jouit,
les enfants le savent, ils en jouent aussi.
De cette sensualité débordante, luxuriante
qui jouit par tous les trous,

précieuses portes d’entrée
de leurs geôles rentrées.

Ils sont accoudés à leur fenêtre,
l’Artiste leur rappelle,

de faire la fête !

Quelques notes de musiques
et leurs cœurs s’emballent à nouveau, leurs yeux pétillent de renouveau !

Renaissance.
Rassemblement.
De nos corps, nos terres.

Quel est donc ce mystère ?
La salope qui se ne laisse prendre ni même surprendre,
je voudrais l’amener vers ce point cul-nu.

La Muse et l’Artiste se jouent de ces règles,
à l’endroit à l’envers peu un porte leurs envies,

et même, surtout !
Ce qu’on avait prévu pour Lui.

Ca démange, ça bout,
ça bouge à chaque fois,
divin et diabolique mouvement
qui toujours te surprend !

Vlan !
Je te claque ta porte au nez,
tout lové contre Elle,
smellant son odeur des bois, des sombres bois
surplombés de nos voies lactées….

Divine misère
de ne rien contrôler et se laisser guider par ces vers,
Elle qui Nous sussure à l’oreille de ne surtout plus nous inquiéter…

Le paradis est là, il l’a toujours été.
Terra nostra.

Merci à Elle, notre Mère
merci à Lui, notre Père.

Merci à Lui, mon homme de toujours aux origines des origines, Stéphane Raguet,

Toi et Moi, il y a 21 ans…

Lui, à qui je vais redire OUI, à l’église cette fois (!!!!!!!!!!!!!!!!!!!), en Notre chère Terre d’Ollioules…

Merci à Toi voyageur de mes mers,
merci à Nous.

 

Voyage au cœur de la forêt

 

cerfforet

Je pleure, je pleure.
De joie, d’amour, de gratitude.

J’ai voyagé, ô, un court instant d’une telle intensité, d’une telle beauté !

J’étais assise à mon bureau, prête à inaugurer ce nouveau jour de “travail”, dans la joie, l’amour et la paix qui prennent corps en moi désormais de manière hallucinante, naturelle, merveilleuse, incroyable, tout à fait réelle.
On m’a soufflé de faire le vide et de me projeter dans la forêt.
Toujours assise sur la chaise, je ferme les yeux, le film apparaît très vite et se déroule dans une richesse de ressentis…!

– si y en a qui se disent “rhho la chance, moi j’y arrive pas !”, je vous invite à parcourir les centaines de lignes en témoignages ici depuis janvier 2013, les nuits blanches, les jours allongée par terre à hurler de rage et de douleur, les jours de dépression profonde, les années de questionnements, etc. bref, tout le temps que ça m’a pris à moi pour apprivoiser mon mental et mes résistances à Être qui Je suis et voyager, dans le bonheur et la simplicité –

Je ne me demande plus où est le vrai, il est partout où je suis, partout où ma conscience se promène.
Je marche dans cette forêt, oui j’y suis !
Je peux sentir la terre, meuble sous mes pieds nus, sentir l’odeur, cette odeur caractéristique de la forêt, la terre, l’humidité, le vert !
Les arbres sont grands, très très grands ! Tout est si vert.

Très vite je vois des petits animaux, je communique avec eux, je fais corps avec eux, comme avec cette forêt, comme avec la terre….
Dur de décrire en linéaire ici quand tout s’enchaîne dans une fluidité et un ordre différent là-bas.

Art divin de l’écriture qui, par ses mots, son rythme, son style, peut sortir de cette linéarité, de cette rigidité que parfois l’on s’impose.

Je poursuis ma balade, beaucoup d’êtres se joignent à moi dans un grande joie, réveillant la mienne,
je souris.
Des fruits, des glands, des lumières, des couleurs tout autour. On me ressource, je me ressource.
Voilà qu’apparaît un grand cerf.
Mmmm je sens sa sagesse, sa grandeur, son calme, sa majesté.
Qu’il est bon d’être
avec lui, de sentir avec lui, voir avec ses yeux, sentir avec son corps.
La lumière se fait franchement verte, je baigne dans une lumière verte.
Des petites présences lumineuses (des fées ?) tournoient autour de ma tête, je sens leur légèreté, elles me la communiquent, je suis avec elles.

Ma joie est à son comble, mon regain d’énergie énorme.

Une puissante force vient du bas, de la terre, cette chère terre, je ressens mon amour pour elle, mon lien avec elle, sa puissance, sa beauté qui me traverse, me transperce !

Ça monte en moi et puis ça descend aussi.

Une cascade, de l’eau, beaucoup d’eau et ce lieu, ce lieu où je me place, où l’on me place, lieu de ressourcement extrême.
Je jouis, je pleure.

MERCI