Notre Terre qui es aux Cieux…

Mon corps chauffe, ma sensualité est à son comble,
les mots m’appellent, ma plume,
mes doigts, l’écran et moi.
Ma terre.
Ma chère Terre.
Celle que j’ai cherchée, si longtemps.
Errant,
voyageant
dans des terres arides, détrempées,
noyées,
labyrinthes obscurs, numineux,
dédales monstrueux…

La voici. enfin.
Rayon de soleil,
tant attendu, inespéré.
Mensonge colossal de l’artiste au génie torturé
dont le paradis est une connaissance intime,
certaine, sereine ;
muse, source de tout l’or dans ses mains,
ses reins,
son coeur,
ses mains,
ses yeux.
Qui observent assoiffés,
le courant,
les lueurs et la froideur,
la peur, la rancoeur
et la tristesse,
nourriture primaire,
axiale paradoxale
de son bonheur,
materia prima de sa terre,
paradis un-connu de Lui, de Nous, de Tous.

Je Lui ouvre la porte à cet enflure de paradis,
perdu, retrouvé,
Loup y es-tu ?
Risettes à gogo,
larmes de croco,
Il est pas tendre le gendre…

 

J’aime lui rire au nez, jouer avec lui, il me donne envie !
Envie de Lui !
Ce bon dieu de diable miséreux qui réclame
sa came,
son Or, sa couronne,
sa puissance,
tendu vers les sommets de son ni-gnorance…

Il m’excite le bougre, ma terre, mon paradis,
parade vers Lui avec de belles Elles…

Ils se cherchent, se trouvent se perdent, s’enlacent
se lacèrent.

Divines blessures, tendre torture
qui dessine des arc-en-ciels
dans mes veines
qui pulsent
le retour au paradis.

J’entends l’eau qui coule, le rire des enfants.
Il détale pieds nus, la serviette sous le coude vers nos chutes du Niagara,
Terra nostra.
Tout brille de cette lueur essentielle Ici,
loin des feux de pacotille,

le vert resplendit,
ça joue, ça vibre, ça jouit,
les enfants le savent, ils en jouent aussi.
De cette sensualité débordante, luxuriante
qui jouit par tous les trous,

précieuses portes d’entrée
de leurs geôles rentrées.

Ils sont accoudés à leur fenêtre,
l’Artiste leur rappelle,

de faire la fête !

Quelques notes de musiques
et leurs cœurs s’emballent à nouveau, leurs yeux pétillent de renouveau !

Renaissance.
Rassemblement.
De nos corps, nos terres.

Quel est donc ce mystère ?
La salope qui se ne laisse prendre ni même surprendre,
je voudrais l’amener vers ce point cul-nu.

La Muse et l’Artiste se jouent de ces règles,
à l’endroit à l’envers peu un porte leurs envies,

et même, surtout !
Ce qu’on avait prévu pour Lui.

Ca démange, ça bout,
ça bouge à chaque fois,
divin et diabolique mouvement
qui toujours te surprend !

Vlan !
Je te claque ta porte au nez,
tout lové contre Elle,
smellant son odeur des bois, des sombres bois
surplombés de nos voies lactées….

Divine misère
de ne rien contrôler et se laisser guider par ces vers,
Elle qui Nous sussure à l’oreille de ne surtout plus nous inquiéter…

Le paradis est là, il l’a toujours été.
Terra nostra.

Merci à Elle, notre Mère
merci à Lui, notre Père.

Merci à Lui, mon homme de toujours aux origines des origines, Stéphane Raguet,

Toi et Moi, il y a 21 ans…

Lui, à qui je vais redire OUI, à l’église cette fois (!!!!!!!!!!!!!!!!!!!), en Notre chère Terre d’Ollioules…

Merci à Toi voyageur de mes mers,
merci à Nous.

 

Publicités

2 réactions sur “Notre Terre qui es aux Cieux…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s